Comment fonctionne un texte argumentatif ?

Cours audioFrançais2deGenres et formes de l’argumentation aux XVIIe et XVIIIe siècles

Un texte argumentatif est reconnaissable à certaines caractéristiques qui lui sont propres. Ce podcast, également disponible en version fiche de cours de français de seconde, revient sur chacune d’entre elles. Vous vous rendrez ainsi compte que tout texte argumentatif contient nécessairement, outre des arguments assortis d’exemples, un locuteur et un destinataire ainsi qu’une thèse et un enjeu. Vous retrouverez également dans ce podcast un extrait de la préface du « Dernier jour d’un condamné » de Victor Hugo, accompagné d’explications démontrant qu’il s’agit bien d’un exemple de texte argumentatif sur la peine de mort.


Connaissez-vous la préface du Dernier Jour d'un condamné ? Dans ce texte argumentatif, Victor Hugo défend, de manière assez révolutionnaire pour son époque, l'idée de l'abolition de la peine de mort.
Pour nous convaincre, il utilise des arguments logiques qui font appel à notre raison, ainsi que des procédés stylistiques susceptibles de toucher notre sensibilité.
Comment fonctionne donc un texte argumentatif comme celui-ci ?

o Revenons en premier lieu sur les trois caractéristiques de base d'un texte argumentatif.

Première caractéristique : un locuteur et un destinataire
Le texte argumentatif est un énoncé qui met en scène un locuteur, celui qui argumente, et un destinataire qu'il s'agit de convaincre. Les pronoms " nous " et " vous " sont les marques les plus fréquentes de cette mise en scène.

Deuxième caractéristique : une thèse et un enjeu
Le texte argumentatif contient au minimum une thèse, parfois plusieurs.
La thèse est le jugement du locuteur sur un thème.
Le locuteur a pour objectif de convaincre le destinataire de la validité de sa thèse. Cela constitue l'enjeu du texte.

Troisième caractéristique : des arguments et des exemples
Pour convaincre son destinataire, le locuteur se sert d'arguments et d'exemples, enchaînés de manière logique.
Attention à bien distinguer les deux éléments : un argument est une idée qui justifie une thèse ; un exemple est un fait ou une information qui l'illustre.

o Écoutez maintenant cet extrait de la préface du Dernier jour d'un condamné.

" Ceux qui jugent et qui condamnent disent la peine de mort nécessaire.
D'abord, - parce qu'il importe de retrancher de la communauté sociale un membre qui lui a déjà nui et qui pourrait lui nuire encore.
- S'il ne s'agissait que de cela, la prison perpétuelle suffirait. À quoi bon la mort ? […]
Mais, reprend-on, - il faut que la société se venge, que la société punisse.
- Ni l'un, ni l'autre. Se venger est de l'individu, punir est de Dieu. La société est entre deux. Le châtiment est au-dessus d'elle, la vengeance au-dessous. Rien de si grand et de si petit ne lui sied. Elle ne doit pas 'punir pour se venger' ; elle doit corriger pour améliorer. Transformez de cette façon la formule des criminalistes, nous la comprenons et nous y adhérons. "

On retrouve bien dans cet extrait les trois caractéristiques évoquées tout à l'heure.

• Le dialogue entre un " nous " et un " vous " transparaît clairement dans la dernière phrase : " Transformez de cette façon la formule des criminalistes, nous la comprenons et nous y adhérons. "

• La thèse défendue par Hugo - à savoir, la peine de mort doit être abolie - n'est pas formulée explicitement dans cet extrait. Néanmoins, elle se déduit facilement de l'ensemble du texte.
L'enjeu pour l'auteur est d'obtenir l'abolition de la peine de mort, face à des adversaires qui défendent son maintien.

• Ceux-ci ont deux arguments :
- " il importe de retrancher de la communauté sociale un membre qui lui a déjà nui et qui pourrait lui nuire encore ",
- " il faut que la société se venge, que la société punisse ".

À ces deux arguments correspondent deux contre-arguments énoncés par Hugo :
- l'enfermement dans une prison permet d'empêcher un coupable de nuire ;
- ni la vengeance ni la punition ne sont du ressort de la société dont la seule mission consiste à " corriger pour améliorer " .

o Attention à bien comprendre qu'un discours argumentatif ne consiste pas toujours en une démonstration. Une démonstration est une argumentation objective, reposant sur des arguments vérifiables.

Or, un texte argumentatif est en général fortement modalisé.
Le locuteur recourt à différents registres - en particulier les registres polémique et pathétique, le premier pour dévaloriser les idées de l'adversaire, le second pour susciter la pitié du destinataire.
Il emploie tous les moyens qui lui semblent bons pour convaincre :
- des moyens lexicaux (le locuteur exprime son estime ou son mépris à travers des termes valorisants ou dévalorisants) ;
- mais aussi de très nombreux procédés stylistiques. On peut citer la question oratoire qui correspond à une affirmation déguisée, mais aussi des figures de style par amplification, telles l'hyperbole et la gradation, ou celles par opposition (en particulier l'antithèse).

o Concluons.
Analyser une argumentation, c'est montrer comment le locuteur procède pour rendre sa thèse convaincante.
Une telle analyse vous permet de réfléchir en profondeur à ce qu'on attend de vous lorsqu'on vous demande de rédiger, dans le cadre du bac de français, un texte qui convainque votre examinateur !

Créez votre compte annabac.com et révisez efficacement ! Je crée mon compte Déjà inscrit ? Je m'identifie