Aires urbaines et étalement urbain

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : 3e | Thème(s) : Dynamiques territoriales de la France contemporaine
Type : Maîtriser différents langages pour raisonner et se repérer | Année : 2017 | Académie : Nouvelle-Calédonie

GÉOGRAPHIE

Dynamiques territoriales de la France contemporaine

27

hge3_1712_11_01C

Nouvelle-Calédonie • Décembre 2017

maîtriser les différents langages • 20 points

Aires urbaines et étalement urbain

1. Sous la forme d’un développement construit d’une vingtaine de lignes et en vous appuyant sur un ou des exemples vus en classe, décrivez les différents espaces d’une aire urbaine et les conséquences de l’étalement urbain en France. (15 points)

2. Localisez et nommez sur le fond de carte ci-dessous cinq des principales aires urbaines françaises. (5 points)

hge3_1712_11_01C_01

Les clés du sujet

1. En guise d’introduction, tu peux rappeler pourquoi l’essentiel de la population française peut aujourd’hui être qualifiée d’urbaine.

Pour le plan, conforme-toi à l’énoncé du sujet : présente d’abord la morphologie (la forme) d’une aire urbaine, ses différents espaces, et précise pourquoi elle « grossit » ; cela te permettra d’établir l’étalement urbain.

Explique ensuite cet étalement de la ville dans l’espace environnant et ses conséquences (négatives).

Ton professeur t’a certainement présenté l’aire urbaine dans laquelle tu vis : utilise cet exemple pour illustrer ton propos.

Corrigé

Corrigé

1. Pas moins de 85 % de la population française réside aujourd’hui dans une aire urbaine, et jusqu’à 95 % si l’on prend en compte l’ensemble des territoires sous influence urbaine. C’est dire l’importance de connaître les caractéristiques de cet espace.

remarque

Remplace le texte en italique par l’exemple que tu as étudié en classe. L’articulation du développement reste la même.

Une aire urbaine s’organise en plusieurs espaces aux morphologies différentes. La ville-centre est un espace bâti en continu, très dense : ainsi du centre historique de Rouen. Lui succèdent des banlieues, résidentielles, constituées d’habitats pavillonnaires, comme Mont-Saint-Aignan ou Bois-Guillaume, ou de grands ensembles d’habitats collectifs, tels Les Hauts de Rouen. La ville-centre et ses banlieues forment un pôle urbain, au-delà duquel se situe la couronne périurbaine : celle-ci se caractérise par un habitat qui s’agglomère autour de petits villages-centres, lesquels grossissent avec le développement des habitats pavillonnaires ; mais au moins 40 % des habitants de la couronne travaillent dans le pôle urbain. Isneauville ou Quincampoix sont de parfaites illustrations de ce périurbain en progrès.

gagne des points

Dessine un petit schéma représentant la composition d’une aire urbaine : ville-centre, banlieue et couronne périurbaine. Tu peux aussi y figurer les ­migrations pendulaires.

Les villes s’étalent et leur densité diminue. La périurbanisation gagne sur les campagnes proches, grignotant l’espace rural environnant, à la faveur du développement de l’automobile et de prix fonciers plus attractifs. La dissociation entre lieu de vie, lieu de travail, lieu de loisirs ou de consommation, a été permise par le développement de l’automobile. Cet étalement urbain a pour conséquence une explosion des mobilités. Les axes de communication sont donc saturés par les migrations pendulaires : la route de Neufchâtel, qui part de Rouen vers le nord, est ainsi quasi bloquée aux heures de pointe, car elle traverse toute la banlieue nord de l’agglomération et la connecte aux espaces périurbains. Ces mobilités génèrent pertes de temps et pollution : elles sont donc un enjeu majeur de développement durable.

2.

hge3_1712_11_01C_02

NB : Les dix aires urbaines localisées sur la carte ont ici été nommées. Il vaut mieux, le jour de l’épreuve, se contenter des cinq demandées, pour consacrer le maximum de temps au développement construit.