Antipaludéens et problèmes visuels

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : 1re ES - 1re L | Thème(s) : Représentation visuelle : synthèse
Type : Partie 3 | Année : 2015 | Académie : Antilles, Guyane

 

27

Antilles, Guyane • Septembre 2015

Représentation visuelle • 6 points

Antipaludéens et problèmes visuels

Le paludisme est une maladie parasitaire potentiellement mortelle, transmise par des moustiques ; elle touche environ 40 % de la population des régions tropicales et subtropicales. Les médicaments dits « antipaludéens de synthèse » ou APS, sont utilisés en prévention ou dans le traitement du paludisme. On utilise aussi ces médicaments dans le traitement de rhumatismes graves. Bien qu’efficaces, les APS peuvent avoir des effets secondaires. On recommande, en particulier, aux personnes ayant pris ces médicaments de surveiller leur vue pendant les années suivant le traitement. En effet, en cas de prises importantes et prolongées, ces substances, très lentement éliminées par l’organisme, peuvent provoquer des altérations de la rétine.

Monsieur Y, qui a pris des antipaludéens sur une longue période il y a quelques années, se plaint de différents problèmes visuels et consulte donc son ophtalmologiste.

Document 1 Symptômes et bilan ophtalmologique de monsieur Y

a. Symptômes

Gêne à la lecture en vision centrale.

Difficulté à distinguer le jaune du bleu.

Pas de troubles de la vision périphérique.

b. Bilan ophtalmologique

 

Sujet sain

Monsieur Y

Examen des milieux transparents de l’œil

État normal

État normal

Examen de la rétine (« fond de l’œil)

1 : Vaisseau de la rétine

2 : Fovéa

3 : Point aveugle, départ du nerf optique

Les deux photographies sont à la même échelle.

sci1_1509_04_00C_01a

sci1_1509_04_00C_01b

D’après umvf.univ-nantes.fr/ophtalmologie

Document 2 Densité des photorécepteurs (cônes et bâtonnets) et acuité visuelle en fonction de l’excentricité dans la rétine chez un individu ne présentant pas de problèmes visuels

a. Répartition des photorécepteurs dans la rétine en fonction de l’excentricité

Sci1_1509_04_00C_02

b. Acuité visuelle de la rétine en fonction de l’excentricité

Sci1_1509_04_00C_03

À l’aide de vos connaissances et des documents, sélectionnez pour les questions 1 et 2 suivantes la proposition exacte puis répondez à la question 3.

▶ 1. On s’intéresse à la relation entre acuité visuelle et organisation de la rétine d’un individu sans trouble visuel.

On peut dire que l’acuité visuelle est :

maximale dans la zone riche en cônes.

maximale dans la zone riche en bâtonnets.

minimale dans la zone riche en cônes.

maximale au niveau du nerf optique.

▶ 2. On s’intéresse à l’origine des problèmes de monsieur Y.

L’étude des documents montre que, chez lui :

le cristallin est opaque.

le cristallin est indéformable.

la rétine présente une anomalie des vaisseaux de la rétine.

la rétine présente une anomalie au niveau de la fovéa.

▶ 3. En utilisant les données des documents ainsi que vos connaissances, proposez une hypothèse pour expliquer les problèmes visuels rencontrés par monsieur Y suite au traitement par les antipaludéens de synthèse.

Les clés du sujet

Interpréter les questions

1. et 2. Pour ces QCM, il suffit d’avoir bien analysé et compris les documents pour y répondre. Nous avons choisi de justifier les réponses pour vous aider mais cela n’est nullement exigé lors de l’épreuve.

3. Il s’agit d’une question ouverte. La difficulté est de comprendre les documents, de bien cerner la question posée, et d’y répondre en rédigeant de manière correcte scientifiquement.

Comprendre les documents

Le document 1 concerne les symptômes et un bilan ophtalmologique (fond d’œil = photo de la rétine) d’un patient atteint de symptômes visuels après avoir pris un traitement antipaludéen au long cours.

Le document 2 permet de mettre en relation la répartition des photo­récepteurs sur la rétine avec l’acuité visuelle selon l’excentricité. On rappelle que l’excentricité est la distance angulaire entre un point de la rétine et l’axe optique comportant la fovéa.

Organiser les réponses

1. Il faut utiliser le document 2, très classique : il s’agit de mettre en relation les documents 1a et 1b afin de préciser quelle zone de la rétine a la meilleure acuité, et quels photorécepteurs elle comporte.

2. Cette question vous amène à comprendre le document d’introduction et le document 1 afin de préciser l’origine des troubles visuels de monsieur Y.

3. L’énoncé est proche de la question 2, mais vous impose de rédiger et d’ordonner vos idées afin d’expliquer les problèmes visuels de monsieur Y suite à la prise d’antipaludéens.

Corrigé

Corrigé

▶ 1. On peut dire que l’acuité visuelle est maximale dans la zone riche en cônes (réponse 1).

En effet, l’acuité visuelle maximale de 10/10 est possible à 0° d’excentricité, c’est-à-dire au niveau de la fovéa. À cet endroit, il y un maximum de cônes et pas de bâtonnets.

▶ 2. Concernant l’origine des problèmes de monsieur Y, l’étude des documents montre que, chez lui la rétine présente une anomalie au niveau de la fovéa (réponse 4).

En effet, le fond d’œil de monsieur Y montre une tache blanche au niveau de la fovéa, c’est-à-dire une lésion, qui n’est pas présente chez une personne saine.

▶ 3. Monsieur Y a dû subir un traitement par des antipaludéens de synthèse nommés APS. Il est bien précisé que la prise de ces médicaments est efficace mais s’accompagne fréquemment d’effets secondaires comme des altérations de la rétine.

Monsieur Y a perdu de l’acuité au niveau du centre du champ de vision (gêne à la lecture centrale), sans opacification des milieux transparents de l’œil (comme le cristallin).

Le fond d’œil révèle une lésion de la rétine au niveau de la fovéa.

Or, la fovéa est le point d’acuité visuelle maximale et l’endroit où est mis au point le centre du champ de vision. Cela explique la perte de vision centrale.

Monsieur Y présente également des anomalies de vision de la couleur. On sait que les cônes sont principalement situés au niveau de la fovéa, où est présente la lésion, et qu’ils sont responsables de la vision des couleurs, contrairement aux bâtonnets. Cela explique la difficulté à distinguer le jaune du bleu.