Autoportraits (texte de M. Leiris, tableau de F. Bacon)

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : 3e | Thème(s) : Se raconter, se représenter
Type : Sujet complet | Année : 2016 | Académie : Inédit

 

3

Sujet inédit • Se raconter, se représenter

50 points

Autoportraits

Ce sujet regroupe tous les exercices de français de la 2de épreuve écrite.

1re partie • Analyse et interprétation de textes et de documents (1 heure)

Document A Texte littéraire

À trente-quatre ans, Michel Leiris écrit son autobiographie qui débute par ce portrait de lui-même.

Je viens d’avoir trente-quatre ans, la moitié de la vie. Au physique, je suis de taille moyenne, plutôt petit. J’ai des cheveux châtains coupés court afin d’éviter qu’ils ondulent, par crainte aussi que ne se développe une calvitie1 menaçante. Autant que je puisse en juger, les traits caractéristiques de ma physionomie sont : une nuque très droite, tombant verticalement comme une muraille ou une falaise, marque classique (si l’on en croit les astrologues) des personnes nées sous le signe du Taureau, un front développé, plutôt bossué, aux veines temporales2 exagérément noueuses et saillantes. Cette ampleur de front est en rapport (selon le dire des astrologues) avec le signe du Bélier ; et en effet je suis né un 20 avril, donc aux confins de ces deux signes : le Bélier et le Taureau. Mes yeux sont bruns, avec le bord des paupières habituellement enflammé ; mon teint est coloré ; j’ai honte d’une fâcheuse tendance aux rougeurs et à la peau luisante. Mes mains sont maigres, assez velues, avec des veines très dessinées ; mes deux majeurs, incurvés vers le bout, doivent dénoter quelque chose d’assez faible ou d’assez fuyant dans mon caractère.

Ma tête est plutôt grosse pour mon corps ; j’ai les jambes un peu courtes par rapport à mon torse, les épaules trop étroites relativement aux hanches. Je marche le haut du corps incliné en avant ; j’ai tendance, lorsque je suis assis, à me tenir le dos voûté ; ma poitrine n’est pas très large et je n’ai guère de muscles. J’aime à me vêtir avec le maximum d’élégance ; pourtant à cause des défauts que je viens de relever dans ma structure et de mes moyens qui, sans que je puisse me dire pauvre, sont plutôt limités, je me juge d’ordinaire profondément inélégant ; j’ai horreur de me voir à l’improviste dans une glace car, faute de m’y être préparé, je me trouve à chaque fois d’une laideur humiliante.

Michel Leiris, L’Âge d’homme, 1939, in L’Âge d’homme précédé de De la littérature comme une tauromachie © Éditions Gallimard.

1. Calvitie : absence de cheveux.

2. Veines temporales : veines des tempes.

Document B Francis Bacon, Autoportrait, 1973

Dans ce tableau du peintre Francis Bacon (1909-1992), l’autoportrait se veut à la fois physique et moral.

© The Estate of Francis Bacon/All rights reserved/ADAGP, Paris 2016-ph © Bridgeman Images

fra3_1600_00_01C_01

questions 20 points

Les réponses doivent être entièrement rédigées.

Sur le texte littéraire (document A)

▶ 1. S’agit-il d’un portrait physique ou d’un portrait moral ? Étudiez sa construction. (3 points)

▶ 2. Quels sont les outils de la description utilisés dans ce texte ? Cochez la ou les bonnes réponses. (2 points)

L’imparfait.

La comparaison.

La métaphore.

Les adjectifs.

▶ 3. a) Relevez trois marques des sentiments ou du jugement du narrateur. (3 points)

b) Expriment-elles le doute ou la certitude ? (1 point)

▶ 4. Ce portrait vous semble-t-il flatteur ? Comment l’auteur se juge-t-il ? (3 points)

Sur le texte et l’image (documents A et B)

▶ 5. Quelle impression ce texte produit-il sur vous ? (3 points)

▶ 6. a) Quelle impression suscite en vous le tableau de Francis Bacon ? (2,5 points)

b) Quels sont les éléments qui rapprochent le texte et l’image ? (2,5 points)

2de partie • Rédaction et maîtrise de la langue (2 heures)

dictée 5 points

Le titre et la source de l’extrait, ainsi que le mot « ethnographe » sont écrits au tableau au début de la dictée.

Michel Leiris

L’Âge d’homme, 1939

© Éditions Gallimard

Un bonheur impossible

Bien qu’obligé de travailler (à une besogne d’ailleurs peu pénible, puisque mon métier d’ethnographe est assez conforme à mes goûts) je dispose d’un certain confort ; je jouis d’une assez bonne santé ; je ne manque pas d’une relative liberté et je dois, à bien des égards, me ranger parmi ceux qu’il est convenu de nommer les « heureux de la vie ». Pourtant, il y a peu d’événements dans mon existence que je puisse me rappeler avec quelque satisfaction, j’éprouve de plus en plus nettement la sensation de me débattre dans un piège et – sans aucune exagération littéraire – il me semble que je suis rongé.

réécriture 5 points

« J’aime à me vêtir avec le maximum d’élégance ; pourtant à cause des défauts que je viens de relever dans ma structure et de mes moyens qui, sans que je puisse me dire pauvre, sont plutôt limités, je me juge d’ordinaire profondément inélégant […] »

Réécrivez ce passage en commençant par nous. Vous ferez toutes les modifications nécessaires.

travail d’écriture 20 points

Vous traiterez au choix le sujet A ou le sujet B.

Votre rédaction sera d’une longueur minimale d’une soixantaine de lignes (300 mots environ).

Sujet A

Rédigez votre autoportrait. Votre texte, écrit au présent et à la première personne du singulier, comportera des notations physiques et des considérations psychologiques.

Sujet B

Pensez-vous que le monde dans lequel vous vivez aujourd’hui accorde une trop grande importance à l’apparence physique ? Vous présenterez votre réflexion dans un développement argumenté et organisé.

Les clés du sujet

Les documents

Le texte littéraire (document A)

L’autobiographie de Michel Leiris commence par cet autoportrait, pour le moins surprenant, car très dévalorisant pour son auteur. Dès la première page, la curiosité du lecteur est ainsi éveillée. On peut s’interroger sur la sincérité de ce portrait, dont Picasso, ami de Michel Leiris, aurait dit que le plus grand ennemi de l’auteur n’aurait pas pu faire pire.

Le tableau (document B)

Le peintre britannique Francis Bacon (1909-1992), autre ami de Michel Leiris, a peint de nombreux autoportraits, où il se représente défiguré. Celui-ci, daté de 1973, est marqué par la déformation du lieu et du personnage.

Travail d’écriture (Sujet A)

Recherche d’idées

Tu dois décrire ton apparence et ton caractère. Pense à ce que tes proches, amis ou membres de la famille, disent lorsqu’ils parlent de toi. Mentionne tes qualités, mais pas seulement : pour être vraisemblable et crédible, ton autoportrait doit aussi mentionner des défauts, physiques ou moraux.

Conseils de rédaction

Tu peux t’inspirer de la progression que suit l’autoportrait de Michel Leiris pour construire ton devoir : commence par des considérations générales (âge, taille, cheveux), puis attarde-toi sur la description physique (visage et corps). Tu peux intercaler des notations psychologiques, ou bien leur consacrer une partie indépendante. Pense à utiliser des comparaisons : grand comme…, aussi brune que

Travail d’écriture (Sujet B)

Recherche d’idées

Cherche les raisons pour lesquelles l’apparence physique joue souvent un rôle important : la beauté est attirante et influence le jugement ; l’apparence, par le choix des vêtements notamment, trahit souvent des traits de caractère. Réfléchis ensuite aux problèmes que cela peut poser : l’apparence doit parfois plus à la mode qu’au caractère ; on peut passer à côté des qualités morales d’un individu si on ne s’intéresse qu’à son physique.

Conseils de rédaction

Tu peux mener ta réflexion en deux temps : explique d’abord pourquoi l’apparence physique joue un grand rôle aujourd’hui, et développe ensuite les raisons pour lesquelles il ne faut pourtant pas lui accorder une trop grande importance. Cherche des exemples tirés de ta vie personnelle, de tes lectures ou de films que tu as vus.

Corrigé

Corrigé

1re partie • Analyse et interprétation de textes et de documents

questions

▶ 1. Le portrait est au premier abord essentiellement physique, et suit un certain ordre : il commence par des notations générales (taille, cheveux), puis s’intéresse au visage (nuque, front, yeux, teint), et enfin au corps (mains, jambes, épaules, hanches, posture, habillement). Mais les considérations physiques débouchent souvent sur des caractéristiques morales ou psychologiques : l’auteur a honte de sa tendance aux rougeurs, ses majeurs dénotent « quelque chose d’assez faible ou d’assez fuyant dans [son] caractère », et le choix de ses vêtements révèle des traits de caractère précis (« j’aime à…, j’ai horreur de… »).

▶ 2. La description repose principalement sur l’emploi d’adjectifs. On note également la présence d’une comparaison (« comme une muraille »).

▶ 3. a) Les marques des sentiments ou du jugement du narrateur sont nombreuses : on peut notamment relever des verbes d’opinion (« autant que je puisse en juger ») et des adverbes (« trop », « plutôt »).

b) Ces modalisateurs expriment plus le doute que la certitude.

▶ 4. C’est un portrait peu flatteur, comme en témoignent de nombreux adjectifs péjoratifs : « front bossué, veines saillantes, peau luisante, mains velues, dos voûté ». Le champ lexical de la petitesse (« petit, maigres, courtes, étroites, guère de, pas très large ») insiste sur la faiblesse du corps. Les notations psychologiques sont elles aussi très dévalorisantes : « fuyant, faible, inélégant, humiliante ». Ce n’est donc pas un portrait nuancé.

▶ 5. On peut éprouver une certaine pitié pour cet homme qui se présente sous un jour si défavorable. Mais il faut également s’interroger sur la sincérité de ce portrait : l’auteur n’essaierait-il pas de désamorcer les critiques en les devançant ? Ou peut-être essaie-t-il de surprendre son lecteur en offrant dès la première page une image si étonnante de lui-même ? Les références amusées à l’astrologie, qui offrent une parenthèse humoristique inattendue, indiquent qu’il ne faut peut-être pas prendre totalement au sérieux ce portrait aussi sombre.

▶ 6. a) L’autoportrait de Francis Bacon peut provoquer une impression dérangeante : la déformation des traits, des ombres, de l’espace accentue la tonalité triste de la représentation, sans pourtant éveiller la compassion.

Info +

Francis Bacon a peint un portrait de Michel Leiris, caractérisé lui aussi par la déformation des traits du visage.

b) Le texte peut être rapproché de l’autoportrait de Francis Bacon, puisqu’il s’agit dans les deux cas de montrer une intériorité laide et dérangeante, propre à frapper le lecteur ou le spectateur. Ces autoportraits sont à lire comme la transcription fidèle d’un état d’esprit (subjectivité) et non comme la reproduction de la réalité (objectivité).

2de partie • Rédaction et maîtrise de la langue

dictée

POINT MÉTHODE

1 Attention à la terminaison [e], qui peut correspondre à un infinitif en –er ou à un participe passé (employé comme adjectif) en –é. S’il s’agit d’un infinitif, alors tu peux le remplacer par un verbe du 3e groupe à l’infinitif : je dois me ranger je dois me voir.

2 Sois attentif à quelques homophones : ce (que tu peux remplacer par le si c’est un déterminant, et par ceci si c’est un pronom) et ceux (pronom que tu peux remplacer par celles-là) ; quelque (déterminant indéfini que tu peux remplacer par une certaine) et quel que (locution suivie du verbe être au subjonctif).

3 Mémorise l’orthographe de ces mots invariables : d’ailleurs, puisque (en un seul mot, contrairement à parce que), parmi.

Bien qu’obligé de travailler (à une besogne d’ailleurs peu pénible, puisque mon métier d’ethnographe est assez conforme à mes goûts) je dispose d’un certain confort ; je jouis d’une assez bonne santé ; je ne manque pas d’une relative liberté et je dois, à bien des égards, me ranger parmi ceux qu’il est convenu de nommer les « heureux de la vie ». Pourtant, il y a peu d’événements dans mon existence que je puisse me rappeler avec quelque satisfaction, j’éprouve de plus en plus nettement la sensation de me débattre dans un piège et – sans aucune exagération littéraire – il me semble que je suis rongé.

réécriture

Les modifications sont mises en couleur.

« Nous aimons à nous vêtir avec le maximum d’élégance ; pourtant à cause des défauts que nous venons de relever dans notre structure et de nos moyens qui, sans que nous puissions nous dire pauvres, sont plutôt limités, nous nous jugeons d’ordinaire profondément inélégants […] »

travail d’écriture

Voici un exemple de rédaction sur chacun des deux sujets.

Attention les titres en couleur ne doivent pas figurer sur ta copie.

Sujet A

Remarque

L’autoportrait relève de la description. À ce titre, les adjectifs qualificatifs y sont nombreux.

[Présentation générale] Je viens d’avoir quatorze ans. Je suis donc dans cette période de la vie parfois difficile que l’on nomme l’adolescence. Je suis un peu plus grande que la majorité des filles de ma classe, mais mes parents étant plutôt petits, je pense qu’elles me rattraperont bientôt. Mes cheveux, longs, sont bruns.

[Caractéristiques physiques amenant des considérations psychologiques]. Mon visage, plutôt rond, est assez agréable. Mais une myopie sévère, diagnostiquée très tard, m’oblige à porter des lunettes, ce que je déteste. Cela aurait pu être pire néanmoins : j’aurais pu, comme mon frère, porter un appareil dentaire ; aurait-on encore remarqué mes yeux si j’avais eu le visage bardé de métal ? Mes yeux, au dire de mes parents, sont plutôt jolis, bien que d’une couleur assez banale, marron. J’ai naturellement la peau pâle. À cause de ce visage rond et blanc, mon aîné m’a pendant des années appelée « face de lune », ce qui avait le don de m’agacer prodigieusement. Je me mets facilement en colère, notamment contre lui, mais je n’ai pas toujours le dessus dans nos disputes. Je ne suis ni enrobée ni trop maigre. Ce qui me déplaît le plus dans mon corps, ce sont mes mains : massives, carrées, noueuses, elles évoquent le travail manuel d’un ouvrier ou d’un paysan, et ne permettent à personne de me considérer comme une jeune fille délicate et distinguée.

[Portrait uniquement moral] Certaines personnes me trouvent distante et un peu hautaine : elles ont tort. C’est ma timidité qui donne parfois cette impression, car j’ai horreur de me retrouver avec des gens que je ne connais pas, et je ne suis jamais à l’aise pour converser avec des inconnus. Avec mes amis en revanche, je sais être amusante et volubile. Je sais aussi les conseiller lorsqu’ils ont des problèmes et j’espère être toujours là pour les soutenir.

Sujet B

[Introduction] L’apparence physique joue un rôle primordial dans notre vie d’aujourd’hui. Elle est ce qu’on perçoit en premier chez l’autre. Mais peut-être lui attache-t-on trop d’importance, au détriment d’autres aspects plus significatifs des qualités d’autrui. Nous étudierons d’abord les raisons pour lesquelles l’apparence physique joue un si grand rôle ; nous expliquerons ensuite pourquoi le poids de l’apparence ne devrait pas être prépondérant.

[L’apparence physique joue un grand rôle] L’apparence physique est très importante. On peut être attiré par certaines personnes rien que par leur apparence. Avoir un physique avantageux permet de nouer plus facilement des liens amicaux ou amoureux. En effet il n’est pas rare, à l’adolescence, de s’éprendre sincèrement d’une personne à qui l’on n’a jamais parlé, mais dont l’apparence nous séduit. Les choix vestimentaires sont également fondamentaux : ils révèlent à la fois l’origine sociale, les goûts et les préoccupations des gens qui les portent. Des vêtements excentriques, recherchés, dénotent une personnalité qui veut affirmer sa différence. Ainsi l’apparence physique joue un rôle primordial dans notre vie sociale en nous poussant à faire la connaissance de telle ou telle personne.

[Mais ce rôle ne doit pas être prépondérant] Mais peut-être accorde-t-on une trop grande importance à l’apparence physique, en négligeant d’autres aspects essentiels des gens que l’on rencontre. Les vêtements choisis, par exemple, reflètent souvent plus une soumission à la mode dominante qu’un aspect de la personnalité. En outre, un être humain ne se réduit jamais à son apparence physique. Une allure austère peut cacher une personnalité amusante. Un visage séduisant peut masquer une intelligence médiocre. C’est le cas dans la pièce d’Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac, où l’héroïne s’éprend du beau garçon et l’imagine paré de qualités morales et intellectuelles qu’il n’a pas.

Conseil

Il est préférable de terminer ton devoir de réflexion par le point de vue que tu souhaites défendre.

[Conclusion] On ne peut nier que l’apparence physique joue un rôle prépondérant dans l’appréciation que l’on peut se faire d’une personne. Je trouve néanmoins, pour ma part, que le poids de l’apparence est démesuré, et nous fait souvent passer à côté de qualités bien plus essentielles chez autrui.