Bergson, L’Énergie spirituelle

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle ES | Thème(s) : La conscience
Type : Explication de texte | Année : 2017 | Académie : Moyen-Orient

Liban • Mai 2017

explication de texte • Série ES

Bergson

Expliquer le texte suivant :

Qu’arrive-t-il quand une de nos actions cesse d’être spontanée pour devenir automatique ? La conscience s’en retire. Dans l’apprentissage d’un exercice, par exemple, nous commençons par être conscients de chacun des mouvements que nous exécutons, parce qu’il vient de nous, parce qu’il résulte d’une décision et implique un choix ; puis à mesure que ces mouvements s’enchaînent davantage entre eux et se déterminent plus mécaniquement les uns les autres, nous dispensant ainsi de nous décider et de choisir, la conscience que nous en avons diminue et disparaît. Quels sont, d’autre part, les moments où notre conscience atteint le plus de vivacité ? Ne sont-ce pas les moments de crise intérieure, où nous hésitons entre deux ou plusieurs partis à prendre, où nous sentons que notre avenir sera ce que nous l’aurons fait ? Les variations d’intensité de notre conscience semblent donc bien correspondre à la somme plus ou moins considérable de choix ou, si vous voulez, de création, que nous distribuons sur notre conduite. Tout porte à croire qu’il en est ainsi de la conscience en général.

Henri Bergson, L’Énergie spirituelle, 1919.

La connaissance de la doctrine de l’auteur n’est pas requise.

Il faut et il suffit que l’explication rende compte, par la compréhension précise du texte, du problème dont il est question.

Les clés du sujet

Dégager la problématique du texte

Qu’est-ce que la conscience ? N’est-elle qu’un simple savoir qui accompagne mes représentations ? Il semblerait que la conscience ne se donne pas tout d’un bloc. Elle se décline selon différents degrés. Comment le savoir ? Comment définir cette conscience qui porte sur elle-même ? Bergson propose de décrire les deux degrés extrêmes de la conscience.

Repérer la structure du texte et les procédés d’argumentation

Le texte se divise clairement en deux parties :

Tout d’abord, Bergson décrit la conscience lorsqu’elle se manifeste à un degré très faible, comme lorsque nous agissons par automatisme : c’est le degré le plus bas de la conscience.

En revanche, la conscience se montre la plus vive dans les moments de crise intérieure : il s’agit alors du degré le plus haut de la conscience.

Éviter les erreurs

Le plan du texte en deux parties va de soi. La conscience se décline selon deux degrés extrêmes. Encore faut-il le voir en ne juxtaposant pas simplement ces deux parties, mais en les comprenant l’une par rapport à l’autre. Vous devez avoir à l’esprit la définition courante de la conscience comme savoir qui accompagne nos représentations pour comprendre en quoi la définition de Bergson d’une conscience comme création est originale.