Brassage génétique chez la tomate

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle S | Thème(s) : Génétique et évolution
Type : Pratique du raisonnement scientifique 1 | Année : 2013 | Académie : France métropolitaine
 
Unit 1 - | Corpus Sujets - 1 Sujet
 
Brassage génétique chez la tomate
 
 

Génétique et évolution

svtT_1309_07_00C

Ens. spécifique

8

CORRIGE

 

France métropolitaine • Septembre 2013

pratique du raisonnement scientifique

Exercice 1 • 3 points

Des croisements entre plants de tomates différents permettent d’obtenir des variétés qui présentent un intérêt pour l’agronomie et la commercialisation.

On cherche à obtenir de grosses tomates dont la vitesse de maturation est compatible avec une distribution commerciale : la maturation doit se réaliser de manière ralentie, afin d’augmenter la durée de conservation du fruit.

Document

Obtention de tomates aux qualités génétiques recherchées (gros fruits, maturation ralentie)

De façon à améliorer les qualités de la tomate, on étudie la transmission du caractère « Taille du fruit » et celle du caractère « Vitesse de maturation ».

Les gènes impliqués dans ces caractéristiques sont au nombre de deux :

  • un gène détermine la taille du fruit et existe sous deux formes d’allèles (p = gros fruits, p+ = petits fruits) ;
  • un gène contrôle la maturation et existe sous deux formes d’allèles (mat0 = pas de maturation, matN = maturation normale).

On réalise le premier croisement suivant :


 

On obtient des plantes de F1 qui produisent de petits fruits, à maturation ralentie (les tomates mûrissent, mais lentement : elles se conservent plus longtemps).

On réalise ensuite le second croisement :


 

On obtient en F2 les résultats suivants :

  • 241 plants [petits fruits, maturation ralentie]
  • 258 plants [petits fruits, maturation normale]
  • 249 plants [gros fruits, maturation normale]
  • 243 plants [gros fruits, maturation ralentie]

D’après tomodori.com/6artetscience/hybride_tomates.htm

> À partir de l’étude du document, cochez la bonne réponse dans chaque série de propositions du QCM.

1. Dans ces croisements interviennent :

a) deux gènes, ayant deux allèles chacun.

b) deux gènes, ayant un allèle chacun.

c) quatre gènes, ayant chacun un allèle.

d) trois gènes, ayant chacun un allèle.

2. Le génotype des plantes obtenues en F1 est :

a) (p+//p ; matN//matN).

b) (p+//p+ ; matN//mat0).

c) (p+//p ; matN//mat0).

d) (p+//p ; mat0//mat0).

3. Le pourcentage de tomates aux qualités génétiques recherchées à l’issue des croisements est de :

a) 10 %.

b) 25 %.

c) 50 %.

d) 100 %.

Comprendre le sujet

Les questions sont d’une grande simplicité car les réponses, au moins pour deux d’entre elles, sont directement obtenues par la simple lecture du sujet.

Mobiliser ses connaissances

L’hybride résultant du croisement de deux individus de races pures différant par les allèles de deux gènes est hétérozygote pour chacun des gènes considérés.

Corrigé

1.a)Exact : cette information est fournie par le document. Les autres propositions sont donc fausses.

Attention : l’écriture des génotypes des parents et des F1 indique que les deux gènes sont portés par des chromosomes différents.

2.c)Exact : l’hybride F1 recevant obligatoirement un allèle de chaque gène de chacun des parents est hétérozygote pour les deux gènes considérés.

 

Notez bien

Ce croisement est un croisement test (test-cross) entre des hybrides F1 et des individus doubles récessifs. Il confirme que les deux gènes sont bien portés par des chromosomes différents (ils ne sont pas liés).

3.b)Exact : les quatre phénotypes étant représentés en quantités égales, il y a donc 25 % de tomates ayant le phénotype recherché : gros fruit et maturation ralentie.