Annale corrigée Ecriture d'invention Ancien programme

Cécile raconte à sa grande sœur l'entretien qu'elle a eu avec leur père

THÉÂTRE

Figures de pères • Invention

24

fra1_1706_05_07C

Asie • Juin 2017

Série L • 16 points

Figures de pères

Écriture d'invention

À l'issue de la scène de Jean Anouilh (texte D), Cécile rejoint sa grande sœur et lui raconte l'entretien qu'elle a eu avec leur père. Elle justifie la brièveté de ses répliques et explique ce qui l'a déroutée dans le discours de ce dernier. Son interlocutrice essaie de la raisonner. Imaginez cette scène.

Le candidat peut s'appuyer sur les textes du corpus.

Les clés du sujet

Comprendre le sujet

Genre : « scène ». Respectez les caractéristiques du texte de théâtre.

Sujet : « l'entretien » entre Cécile et son père ; « le discours » du père.

Type de texte : « raconte/explique/raisonne » les répliques de Cécile seront en partie narratives, en partie argumentatives ; celles de sa sœur argumentatives.

Situation d'énonciation : qui ? Cécile ; à qui ? à sa sœur, et inversement.

Niveau de langue : le même que celui de Cécile dans la scène d'Anouilh ; elle est polie « respectueuse » soutenu ou courant.

Caractéristiques du texte à produire définies à partir de la consigne :

Dialogue de théâtre (genre) qui argumente (type de texte) sur l'attitude de Cécile et de son père (thème), pour justifier son attitude (Cécile), pour « raisonner » Cécile et justifier le comportement du père (la sœur) (buts).

Chercher des idées

Les contraintes à respecter

Respectez les caractéristiques de la scène d'Anouilh. Analysez : le caractère de Cécile ; sa façon de parler ; les éléments de la discussion entre Cécile et son père. Une partie de votre texte sera en effet une sorte de réécriture (« raconte l'entretien »).

Les choix à faire

La sœur n'est pas dans la scène d'Anouilh : vous devez composer ce personnage. Il faut lui donner un nom. Mais tenez compte de ce qui en est dit dans la consigne : le fait que Cécile se confie à elle suggère une complicité entre elles ; « grande (sœur) », « raisonner » impliquent que, tout en étant une alliée, elle prend une position d'adulte, qu'elle est plus sensée et raisonnable face aux tensions entre père et fille, plus ouverte que Cécile.

Imaginez des gestes, mimiques et mouvements.

Le fond

Les sentiments/le caractère des personnages : sentiment d'injustice, de colère ou d'ironie de la part de Cécile ; tentative d'apaisement et d'explication raisonnée et posée de la part de sa sœur aînée.

Avant de rédiger, faites une liste des arguments des deux sœurs.

La forme

On attend dans un dialogue argumentatif/explicatif quelques tirades plutôt que de trop brèves répliques.

Corrigé

Dans la chambre d'Agnès, la sœur aînée de Cécile. Agnès, dix-sept ans, est en train de lire un carnet à sa table, sur laquelle est posé un cadre noir. La photographie qu'il contient montre une belle femme d'une trentaine d'années qui lui ressemble beaucoup. Cécile fait irruption dans la salle, impatientée.

Cécile, pour elle-même. – Que je fasse (détachant les syllabes) « un ef-fort pour com-pren-dre » ce qu'il dit ! Incroyable !

Agnès. – Qu'est-ce que …?

Cécile, plus fort, sans faire attention à Agnès. – Paraît-il, c'est (même jeu) « trop fa-ci-le d'être une en-fant » ! Comme si j'étais encore une enfant !

Agnès, perplexe. – Je ne comprends pas un traître mot de ce que…

Cécile, exaspérée. – Franchement, il ne faut pas s'étonner si je ressemblais à « un petit prisonnier que l'état-major ennemi interroge » !

Agnès, d'une voix forte. – Cécile !

Cécile, s'arrêtant net. – Hé quoi ? Tout cela est incroyable, non ?

Agnès, gentiment mais fermement. – « Tout cela » quoi ? (s'approchant doucement pour ne pas heurter Cécile). Calme-toi et explique-moi « tout cela » posément, veux-tu ?

Cécile. – Papa a voulu me parler.

Agnès. – Et ?

Cécile. – J'ai eu droit à une leçon soporifique avec des images bizarres. Il paraît que je suis « un vieux Chinois avec des airs de folie » et qu'il y a une « barrière infranchissable entre nous »… Ça n'appelait d'autre réponse que « oui », « non » et « je vous écoute avec respect, papa » ; et quand je lui répondais ainsi, il me querellait et reprenait sa leçon de plus belle !

Agnès. – On peut connaître le contenu de la leçon ?

Cécile. – Je pense que papa savait où il voulait aller, mais qu'il ne savait trop comment s'y prendre. Il a commencé en disant que les journées sont facilement remplies par les soucis ménagers et par les incidents de la vie. Que répondre d'autre que « oui, papa » ? C'était vrai, c'est tout.

Agnès. – Et après ?

Cécile. – Il m'a recommandé de me débarrasser de mes préjugés envers les adultes et de le considérer comme un enfant lui-même. En fait je ne suis pas sûre qu'il aurait été très content que je le traite comme un enfant ! Un enfant qui donne des ordres et prétend éduquer, ça n'a pas de sens ! J'ai failli lui rire au nez. Je me suis retenue, rassure-toi ! Je l'ai un instant imaginé sous les traits d'un enfant avec… une moustache et une barbe ! Il dit n'importe quoi ! Un père n'est pas un enfant ! Et puis, moi, les autres enfants qui m'embêtent, je les mords !

Agnès, pince-sans-rire. – Meilleur moyen de résoudre un problème, c'est connu…

Cécile, la regarde sans rien dire avant de sourire et de reprendre. – Enfin, il m'a dit qu'il nous fallait sortir des rôles stéréotypés de père et de fille, que j'étais injuste de penser que ce qu'il me disait était banal, conformiste et ennuyeux… Pouvais-je dire autre chose que « oui, papa » ?

Agnès. – Tu penses que ce qu'il disait était banal, conformiste et ennuyeux ?

Cécile, surprise, après un silence de quelques secondes. – Je ne sais pas… Non, je ne pense pas que ça l'était, au fond, mais ça en avait franchement l'air !

Agnès, souriant. – Ce n'est donc qu'une question de forme… Ce qui n'est pas bien grave, n'est-ce pas ? Vois-tu, Cécile, je ne suis pas sûre que c'était le contenu de la leçon qui importait à papa. Ce qu'il voulait, c'était discuter avec toi. Et il ne savait pas trop comment t'aborder…

Cécile, légèrement impatientée. – Hé bien, n'est-ce pas précisément ce que nous avons fait, (imitant le ton didactique de sa sœur) « dis-cu-ter » ?

Agnès. – Je ne le crois pas : parler à quelqu'un, ce n'est pas discuter avec lui. D'après ce que tu me racontes, papa a beaucoup parlé, mais toi, pas trop. C'est précisément, sans doute, ce qu'il te demandait de faire.

Cécile. – Mais m'a-t-il seulement laissé l'occasion de placer un mot ? Ce n'est tout de même pas de ma faute si tout ce qu'il disait n'appelait rien d'autre que (faisant des révérences grotesques) « oui » ou « non » !

Agnès. – Cécile, il faut être indulgente avec papa. Il fait un effort pour être un père plus « moderne », qui refuse les conventions artificielles… Mets-toi à sa place : il a l'habitude de parler avec des grandes personnes, pas avec nous. Tu le disais toi-même : il ne sait pas comment s'y prendre. Il ne faut pas s'en formaliser. (Petit silence.) Tu sais qu'il se sent seul ces derniers temps. C'est naturel qu'il cherche à se rapprocher de ses filles avant qu'il ne soit trop tard.

Cécile, réfléchissant pour la première fois depuis le début de la scène. – Tu veux dire trouver le chemin de notre cœur avant qu'il ne soit trop tard ?

Agnès. – On peut le dire de cette façon, oui. (Silence.) Pourquoi ?

Cécile, continuant à réfléchir. – Oh, rien, tu viens de me rappeler quelque chose… (Silence.) Je crois que je comprends…

Agnès. – Tu veux mon conseil de grande sœur ? Garde ta place de fille, mais évite de juger papa trop sévèrement, fais un effort pour communiquer avec lui et pour laisser s'exprimer sa spontanéité… Une fille peut aussi « éduquer son père » ! Tiens, au fait, j'ai trouvé ça. (Agnès montre le carnet à Cécile qui le feuillette.) Je te le passerai un de ces jours, si tu veux.

Cécile. – Oui je veux bien. Je te laisse tranquille, maintenant. À tout à l'heure.

Agnès. – À tout à l'heure, sœurette.

Cécile sort. Agnès soupire et referme le carnet. Elle se tourne vers la photo posée à côté et lui parle doucement.

Agnès. – Bon, je ne m'en suis pas trop mal tirée, qu'en penses-tu, maman ?

Accéder à tous les contenus
dès 6,79€/mois

  • Les dernières annales corrigées et expliquées
  • Des fiches de cours et cours vidéo/audio
  • Des conseils et méthodes pour réussir ses examens
  • Pas de publicités
S'abonner