Comment la littérature peut-elle nous aider à mieux comprendre les transformations du monde réel ?

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : 1re STI2D - 1re STMG - 1re ST2S - 1re STL | Thème(s) : La question de l'homme dans les genres de l'argumentation - La dissertation littéraire
Type : Dissertation | Année : 2011 | Académie : Guadeloupe - Guyane - Martinique

 Comment la littérature peut-elle nous aider à mieux comprendre les transformations du monde réel ?
 Vous répondrez dans un développement composé, en vous appuyant sur les textes du corpus, ceux que vous avez étudiés en classe ainsi que sur vos lectures personnelles.

Se reporter aux textes du corpus.
 

     LES CLÉS DU SUJET  

Comprendre le sujet

  • Le sujet ne comporte qu'une question, claire.

  • Objet d'étude : « Convaincre, persuader, délibérer ».

  • Thèmes : « littérature » / « transformations du monde réel ».

  • Le sujet part d'une idée établie : « La littérature peut aider à mieux comprendre les transformations du monde réel. » On ne vous demande pas de discuter cette affirmation.

  • Précisez ce que signifient exactement :

    • « comprendre » : prendre conscience de, voir avec lucidité ; « aider à mieux comprendre » : expliquer, juger, peut-être aussi prévoir ;

    • « transformations » : les changements, l'évolution, le progrès ;

    • « monde réel ». Le monde irréel, c'est celui des cœurs et des esprits, des questions métaphysiques, des idées. Par opposition le monde réel = les faits, les événements et bouleversements concrets (nouvelles inventions, changements de société…), les mœurs (sociologie, économie, technologie, productions artistiques), les mentalités… ;

    • « littérature » : vous devez avoir une idée claire de cette notion, car cela vous indiquera où il faut puiser vos exemples. Cela exclut les images, les textes de « consommation » (journaux, dictionnaires par exemple), les textes scientifiques ou techniques, et désigne tout texte qui marque un travail sur la langue et les mots et témoigne d'une mise en forme.

  • Le terme « Comment ? » signifie : « Par quels moyens… ? ». Vous devez vous interroger sur les moyens particuliers dont dispose la ­littérature, par opposition aux moyens d'analyse habituels, ceux des sciences reconnues comme telles et dont l'objet est précisément d'étudier les évolutions, les transformations (sociologie, économie, histoire, géographie humaine, sciences de l'environnement…).

  • La littérature est un art : ses moyens sont multiples ; ce peut être le genre, le registre, le type de texte (ou formes de discours), mais aussi les types de raisonnement pratiqués, les procédés de style…

  • Sujet très vaste : la difficulté sera de se limiter dans un sujet qui permet de tout aborder (un peu « fourre-tout ») : les genres, les registres, le style…

  • La problématique générale est :

    • Par quels moyens, grâce à quelles caractéristiques la littérature permet-elle d'avoir une vision claire des changements concrets de notre société et de notre monde ?

      Ou :

    • Comment les textes et œuvres littéraires nous permettent-ils d'être plus lucides sur l'évolution du monde qui nous entoure et par là de ne pas être perdus et éventuellement de le dominer ?

  • Les réponses à :

    • « Par quels moyens … ? » débuteront par « par… » (par la variété des approches possibles) / (par le recours à l'imagination) /…

    • « Comment… ? » débuteront par « en suivi d'un verbe » (en faisant appel à l'imagination / en simplifiant / …).

Chercher des idées

Le choix du plan

  • Comme il ne s'agit pas d'une discussion (sur le mode : thèse / antithèse / synthèse), il faut structurer le devoir selon des centres d'intérêt, des caractéristiques de la littérature ou des points de vue différents.

  • Ici, nous avons choisi d'aller du plus évident au moins évident : le point de vue de l'écrivain ; le point de vue de la variété offerte par la littérature ; le rôle dévolu au lecteur.

  • Dans la mesure où vous aurez à parler de nombreuses fois des notions de « transformations » et de « comprendre », vous avez intérêt à vous constituer une « banque » de mots synonymes qui constituent le champ lexical de ces deux expressions. Cela permet :

    • de trouver peut-être de nouvelles idées ;

    • de disposer d'un « stock » de mots au moment de rédiger pour ne pas vous répéter.

  • Pour « comprendre » : percevoir, perception ; connaître, connaissance ; être lucide sur, lucidité ; pénétrer ; éclairer, clarifier…

  • Pour « transformations » : changer, changement ; bouleverser, bouleversement ; métamorphose ; évoluer, évolution ; novateur, innover, innovation ; découverte ; essor ; progrès, progresser ; remaniement(s) ; révolution ; altérer, altération ; mutation ; améliorer, amélioration ; dégradation ; modernisation…

  • Pour « monde réel » : quotidien ; réel, réalité, réaliste, réalisme ; concret ; matériel, matérialité ; objet ; chose…

Le choix des exemples

Assortissez d'exemples précis approfondis toutes vos remarques :

  • littéraires : vos exemples peuvent être empruntés à toutes sortes de textes littéraires. Faites une liste des genres que vous connaissez. Utilisez le corpus – qui comporte un roman-reportage fantaisiste et deux extraits d'essais – mais ne vous limitez pas à ces genres. Pensez au roman, à l'apologue, au théâtre… ;

  • historiques : pensez à certaines « transformations » sociales, politiques, économiques…, qui ont marqué notre monde et dont la littérature est devenue l'écho : la Révolution de 1789, l'essor du commerce (au xviiie siècle) ; le féminisme ; les inventions technologiques modernes.

Réussir la dissertation : voir guide méthodologique.

Convaincre, persuader, délibérer : voir lexique des notions.

Corrigé

Nous vous proposons un plan que vous devez compléter de vos exemples personnels.

Introduction

Amorce : difficulté pour l'homme à « comprendre » un monde qui évolue très rapidement. Pour cela, des sciences reconnues comme telles et qui ont leurs propres moyens pour appréhender l'évolution du monde : économie, histoire, géographie, sociologie, sciences (plus ou moins) exactes.

Mais les arts aussi permettent de mieux « comprendre » ces mutations de notre monde, particulièrement la littérature.

Problématique : Par quels moyens la littérature nous éclaire-t-elle sur l'évolution des civilisations, des mœurs ?

Annonce du plan : 1. Par la nature même de l'écrivain, témoin impliqué qui prend son inspiration dans le monde réel ; 2. Par la diversité des formes et des ressources de l'art littéraire ; 3. Par l'implication du lecteur et le rôle que l'œuvre littéraire lui attribue.

I. « La littérature permet de mieux comprendre les transformations du monde réel » grâce à la nature de l'écrivain et à son implication dans le monde

L'écrivain est un témoin sensible et privilégié des transformations du monde.

1. Par son statut d'homme qui vit dans une époque

L'écrivain vit dans un monde réel qui l'entoure et le façonne, dans une époque où il puise son inspiration.

Exemples : même les poètes d'inspiration plutôt lyrique sont marqués par les grands événements de leur époque et ils les ressentent intensément : Agrippa d'Aubigné et les guerres de Religion (Les Tragiques), Senghor et sa poésie de la négritude qui rend compte des changements dus aux revendications des Noirs…

2. Par l'acuité de sa sensibilité

L'écrivain partage les tendances et mouvements affectifs de son époque et l'appréhende avec une sensibilité particulièrement aiguë.

Exemples

– Romantisme humanitaire de Hugo dans Les Misérables ; réalisme de Balzac, de Flaubert ; naturalisme de Zola ; sens de l'absurde de L'Étranger de Camus, de En attendant Godot de Beckett…

– Sensibilité d'autant plus aiguë chez les poètes : Apollinaire célèbre les progrès technologiques dans Alcools… Il est aussi, comme d'autres, témoin de la guerre de 1914-1918.

3. Par ses recherches documentaires

L'écrivain « travaille » sur ce monde réel pour son œuvre.

Exemples

– Romans de Flaubert ou de Zola, qui enserrent toute une époque, des tranches de vie, des personnages représentatifs, des types humains (Goriot, Jean Valjean, les différents membres de la famille des Rougon-Macquart…).

– Documentation sur les colonies à travers les récits des grands aventuriers (Diderot pour le Supplément au voyage de Bougainville…).

– Recherches presque scientifiques de Zola (sur la mine pour Germinal, sur le chemin de fer pour La Bête humaine, sur les mutations du commerce pour Au Bonheur des dames…).

4. Par sa réflexion, le recul qu'il a sur le monde

L'écrivain réfléchit sur ce monde (voir le texte de Valéry, qui suggère une nécessité de la réflexion) ; prenant un temps de pause, il se pose des questions sur les bouleversements qui l'entourent et prend position.

Exemples

  • Les philosophes du xviiie siècle, engagés, avec toute la diversité de leurs écrits, pour promouvoir le droit au bonheur, la liberté politique (Candide de Voltaire), pour célébrer les progrès technologiques (« Le Mondain » de Voltaire) et scientifiques…

  • Voir aussi, au xxe siècle : La 628-E8 de Mirbeau, mais aussi le long poème La Prose du Transsibérien de Cendrars ou les poèmes de Larbaud sur le train…

II. « La littérature permet de mieux comprendre les transformations du monde réel » par son statut de peinture et de représentation mais aussi d'art qui modifie et transforme

1. La littérature est un miroir, une représentation du monde réel

  • Comme tout art, la littérature est une représentation qui reflète le monde.

    Exemple : reconstitution de toute une époque dans les romans, peinture des différents milieux sociaux…

  • La multiplicité des œuvres littéraires donne des éclairages nombreux et variés d'une même époque. La multiplicité des œuvres, donc des points de vue, compose une mosaïque qui permet de mesurer les évolutions, de mieux les comprendre… Intérêt de la littérature comparée.

    Exemples : les mutations du xviiie siècle vues, fort différemment, par Voltaire et Rousseau.

    Les machines de la révolution industrielle vues positivement par le romancier Jules Verne ou le poète Verhaeren, négativement par Alphonse Daudet ou Charles Dickens…

  • La succession dans le temps des œuvres littéraires permet de mesurer les évolutions. Une même réalité est reprise au fil du temps et est le sujet d'œuvres littéraires qui se succèdent, ce qui permet :

    • de comprendre l'évolution des conditions et des mentalités ;

    • de percevoir les aspects positifs ou négatifs de l'évolution du monde (texte de Mirbeau).

    Exemples

    – Du philosophe luttant pour la tolérance (Diderot), contre l'esclavage, la torture (Voltaire), au poète s'élevant contre la peine de mort (Hugo), au romancier-philosophe (Camus) qui poursuit ce combat.

    – Les figures de la pauvreté et de la misère de La Bruyère à Hugo jusqu'à Alice Ferney (Grâce et dénuement, 1997)…

    – L'évolution de la place des femmes : du xviiie siècle (La Colonie de Marivaux, « Femmes soyez soumises à vos maris », Voltaire) au xxe siècle (Mémoires d'une jeune fille rangée, de S. de Beauvoir).

    – Le travail des enfants (de Hugo à Prévert).

2. La littérature est un art, donc transforme et modifie

Elle rend le monde plus compréhensible parce qu'elle le modifie.

  • En le simplifiant, en grossissant, donc en le rendant plus facile à « comprendre ». L'écrivain effectue forcément un choix qui met l'accent sur certains éléments, il simplifie – parce qu'il ne peut tout dire – et par là grossit certains aspects du monde qui nous entoure.

    Exemple : « Souvenir de la nuit du 4 » de Hugo, qui illustre la répression sanglante après le coup d'État de Louis Napoléon Bonaparte.

  • En condensant, donc en donnant une vue d'ensemble, globale. L'écrivain concentre et, dans une œuvre de dimension forcément limitée, permet une vue globale.

    Exemples : grandes fresques romanesques : La Comédie humaine de Balzac ; Les Rougon-Macquart de Zola…

  • En rendant le monde plus vivant que les sciences exactes, en l'incarnant.

    – La littérature peut s'affranchir de la froideur statistique de la science et reconstituer un réel plein de vie dans toutes ses dimensions : humaine, spatio-temporelle…

    – Elle incarne les idées (personnages de romans, de théâtre…).

    Exemple : Figaro, dans Le Mariage de Figaro, incarne le peuple qui se rebelle contre les privilèges…

  • En ayant recours à l'imagination : la littérature invente et recourt à l'imagination.

    – Elle recourt aux images et parfois aux symboles, qui font mieux -comprendre l'évolution du monde.

    Exemples : la personnification de la locomotive La Lison dans La Bête humaine pour faire comprendre le progrès ; l'animalisation du puits de mine Le Voreux dans Germinal pour faire comprendre les souffrances des mineurs pendant la révolution industrielle…

    – Elle permet, par exemple, une projection fictive vers le futur et met alors en évidence les dangers qui peuvent menacer une société.

    Exemples : les utopies, les contre-utopies ; les œuvres d'anticipation : 1984 et La Ferme des animaux de Orwell ou Le Meilleur des mondes de Huxley ; Ravage et La Nuit des temps de Barjavel ; Farenheit 451 de Bradbury…

  • En variant les perspectives : les multiples ressources de l'art littéraire.

    La littérature peut varier les perspectives sur le monde et multiplier les approches par :

    • la diversité des genres ;

    • la diversité des focalisations et points de vue d'une même époque, d'un même événement : point de vue interne (d'un acteur : Si c'est un homme de Primo Levi sur les camps de concentration, ou d'un témoin d'événements historiques, d'un personnage, ou de plusieurs personnages…) ; point de vue extérieur ; multiplication des points de vue sur un même phénomène (la révolution chinoise vue par différents personnages dans La Condition humaine de Malraux…) ;

    • la diversité des registres (la guerre de 1870 vue par Hugo et Rimbaud…).

III. « La littérature permet de mieux comprendre les transformations du monde réel » par l'implication du lecteur qu'elle suppose et par le rôle qu'elle lui confère

  • La science impose à son destinataire des informations et des vérités indiscutables sur les transformations du monde.

  • La littérature, elle, implique – de façon diverse – le lecteur et lui donne un rôle, ce qui lui permet de mieux intégrer et comprendre le monde réel et son évolution : une « leçon » agréable à laquelle le lecteur est étroitement associé. Variété des manières d'impliquer le lecteur.

1. Les genres didactiques et l'argumentation directe : la clarté de la raison

Les genres littéraires de l'argumentation directe font comprendre par leur rigueur qui « conduit » le lecteur et exerce sa raison en lui faisant suivre un parcours argumentatif.

Exemple : Discours sur les origines de l'inégalité de Rousseau.

2. Les genres à « histoires » : l'adhésion, voire l'identification émotionnelle

  • Certains genres littéraires, notamment les genres qui reposent sur une « histoire », entraînent l'adhésion du lecteur, voire l'identification.

  • Genres qui reposent sur une « histoire » : identification émotionnelle (roman, nouvelle, conte, théâtre) aux personnages.

    Exemples : sympathie et pitié pour la famille Maheu, les mineurs e
    grève ; antipathie pour les personnages qui représentent le Capital dans Germinal ; sympathie pour Figaro, antipathie pour le Comte dans Le Mariage de Figaro ; pitié pour La Barre ou Calas (Traité sur la tolérance, article « Torture » du Dictionnaire philosophique de Voltaire).

3. L'argumentation indirecte, la nécessité d'interpréter : mieux comprendre parce qu'on a dû faire un raisonnement déductif

L'argumentation indirecte sollicite la participation du lecteur et l'associe :

  • il doit interpréter, notamment quand la « leçon » est implicite ;

  • le raisonnement déductif (de l'exemple à l'idée, à la réflexion).

Une « leçon » infusée et non pas imposée, pas un cours magistral.

Exemples : cas de la fable (« Les Animaux malades de la peste » de La Fontaine) et de l'apologue (Candide de Voltaire…).

4. La complicité auteur-lecteur

  • L'écrivain peut créer une complicité entre lui et le lecteur (ce que ne peuvent pas les sciences, l'histoire ou la géographie…).

  • La littérature peut rassurer et donner confiance en l'homme sur l'évolution du monde.

Exemple : œuvres des Lumières sur le commerce.

Conclusion

  • Les « transformations du monde réel » sont d'ordinaire plus l'objet d'étude des sciences sociales, économiques, qui tentent « d'expliquer » le monde et de dégager des lois, de qualifier et quantifier ces évolutions.

  • Or la littérature est sans doute tout aussi capable de faire comprendre ces changements qui nous entourent, mais d'une autre façon, grâce à celui qui l'écrit, grâce à ses ressources propres, et cela de façon plus personnelle du point de vue tant de l'auteur que du lecteur.

  • Il en va de même pour d'autres arts, la peinture par exemple ; Monet (développement des chemins de fer : La Gare Saint-Lazare), Turner (Rain, Steam and Speed), Caillebotte (Fabriques à Argenteuil) ont aussi, par leurs toiles, fait « comprendre » l'évolution du monde qui nous entoure. Ou encore le cinéma (cinéma soviétique d'Eisenstein, Le Cuirassé Potemkine ; Les Temps modernes de Charlie Chaplin…).