Conséquences de l’union économique et monétaire

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle ES | Thème(s) : Mondialisation et intégration européenne
Type : Dissertation | Année : 2018 | Académie : Moyen-Orient


Liban • Mai 2018

dissertation • 20 points

Conséquences de l’Union économique et monétaire

Quelles sont les conséquences de l’Union économique et monétaire pour les pays de la zone euro ?

document 1 Évolution du taux de change de l’euro* (indice base 100 : premier trimestre 1999)

sesT_1805_09_00C_01

Source : Banque centrale européenne, 2017.

* Le taux de change de l’euro est calculé par rapport à un ensemble de devises. Il permet de mesurer globalement la valeur de l’euro par rapport aux monnaies des principaux partenaires commerciaux des pays membres de la zone euro.

document 2 Principaux indicateurs économiques en zone euro en 2010 et 2016

PIB par habitant (UE : base 100)

Solde extérieur

(en milliards d’euros)

Taux de chômage (en %)

Taux d’inflation (en %)

Dette publique (en % du PIB)

2010

2016

2010

2016

2010

2016

2010

2016

2010

2016

Union européenne (UE)

100

100

– 42,2

229,3

9,6

8,5

2,1

0,3

78,4

83,5

Zone euro

108

106

0,3

359,4

10,2

10,0

1,6

0,2

83,9

89,2

Allemagne

120

123

144,9

261,4

7,0

4,1

1,1

0,4

81,0

68,3

Espagne

96

92

– 42,4

21,8

19,9

19,6

2,0

– 0,3

60,1

99,4

France

108

105

– 16,7

– 20,4

9,3

10,1

1,7

0,3

81,6

96,0

Pays-Bas

134

128

44,5

58,7

5,0

6,0

0,9

0,1

59,3

62,3

Grèce

85

67

– 25,7

– 1,1

12,7

23,6

4,7

0,0

146,2

179,0

Source : Eurostat, 2017.

document 3 Part des importations en provenance de l’Union européenne (UE) dans les importations totales des pays de la zone euro (en %) en 2016

sesT_1805_09_00C_02

Source : Eurostat, 2017.

document 4

La Commission a décidé de [...] clôturer la procédure concernant les déficits excessifs à l’égard de la Grèce, ouverte dans le cadre du pacte de stabilité et de croissance qui vise à coordonner les politiques budgétaires et à assurer la viabilité des finances publiques dans l’Union européenne. Cette étape est le résultat des efforts considérables fournis ces dernières années par ce pays pour consolider ses finances publiques, associés aux progrès réalisés dans la mise en œuvre du programme de soutien en faveur de la Grèce au titre du Mécanisme européen de stabilité. [...] Seuls trois États membres relèvent encore du volet correctif du pacte de stabilité et de croissance (la France, l’Espagne et le Royaume-Uni), contre 24 pays lors de la crise financière en 2011.

Le solde des administrations publiques [en Grèce] est passé d’un déficit de 15,1 % en 2009 à un excédent de 0,7 % en 2016, soit bien en dessous du seuil de 3 % prévu par le traité sur le fonctionnement de l’Union européenne. À cela s’ajoutent de vastes trains de réformes structurelles que la Grèce a adoptés dans le cadre des engagements pris en vertu du programme de soutien à la stabilité au titre du Mécanisme européen de stabilité. Selon les prévisions économiques du printemps 2017 de la Commission, les résultats budgétaires positifs de la Grèce devraient perdurer.

« La Commission recommande la clôture de la procédure concernant les déficits excessifs à l’égard de la Grèce », Communiqué de presse de la Commission européenne, 12 juillet 2017.

Les clés du sujet

Entrer dans le sujet

L’Union économique et monétaire (UEM) est l’accord passé entre les pays européens de la zone euro pour mettre en place une monnaie unique.

La Banque centrale européenne (BCE) définit la politique monétaire qui s’applique à l’ensemble des pays de la zone euro, alors que la politique budgétaire est décidée au niveau national.

La zone euro est constituée des 19 pays de l’Union européenne ayant adhéré à la monnaie unique.

Dégager la problématique

Les conséquences de l’UEM concernent essentiellement les politiques conjoncturelles. Comment l’UEM modifie-t-elle les politiques conjoncturelles des pays membres de la zone euro?

Exploiter les documents

Document 1

Le graphique porte sur l’évolution du taux de change de l’euro sur la période 2000-2017. On peut distinguer deux périodes en éliminant les évolutions de très court terme. La première, entre 2000 et 2010, marque une appréciation de l’euro par rapport aux monnaies des principaux partenaires commerciaux des pays de la zone euro. Au cours des années 2010-2017, la tendance est à la dépréciation de l’euro.

Document 2

Ce tableau porte sur l’évolution des principaux indicateurs macroéconomiques de cinq pays de la zone euro au cours de la période 2010-2016, période caractérisée par la crise commencée en 2008. Il met en évidence des situations très variées suivant les pays, surtout entre l’Allemagne et la Grèce, d’où les difficultés pour coordonner les politiques conjoncturelles.

Document 3

Les données statistiques montrent le poids essentiel des importations en provenance de l’Union européenne dans les importations totales des pays de la zone euro : pour tous les pays, sauf les Pays-Bas, elles représentent plus de la moitié de leurs importations. Cette situation illustre l’interdépendance entre les économies nationales de la zone euro.

Document 4

Le texte de la Commission européenne évoque la fin de la procédure engagée contre la Grèce pour « déficit excessif ».

Définir le plan

Nous montrerons d’abord que la monnaie unique accentue l’interdépendance des conjonctures entre les pays de la zone euro, puis la nécessaire coordination des politiques budgétaires.