Annale corrigée Épreuve composée Ancien programme

Croissance économique • Inégalités • Commerce et PIB • Évolution des formes de solidarité

France métropolitaine • Juin 2018

épreuve composée • 20 points

Croissance économique • Inégalités Commerce et PIB • Évolution des formes de solidarité

Mobilisation des connaissances

 1. Montrez à l'aide d'un exemple comment la croissance économique s'auto-entretient. (3 points)

 2. Montrez à l'aide d'un exemple que les inégalités économiques et sociales peuvent être cumulatives. (3 points)

Étude d'un document

 Vous présenterez le document (voir page suivante) puis vous caractériserez les liens entre la croissance du commerce et celle du PIB. (4 points)

document Croissance du commerce mondial des marchandises en volume et du PIB réel (2007-2016)

sesT_1806_07_04C_01

Source : Organisation mondiale du commerce (OMC), 2015.

1. Les chiffres pour 2015 et 2016 sont des projections.

Raisonnement

 À l'aide de vos connaissances et du dossier documentaire, vous montrerez que les formes de solidarité ont évolué.

document 1

Il y a dans chacune de nos consciences, avons-nous dit, deux consciences : l'une, qui nous est commune avec notre groupe tout entier, qui, par conséquent, n'est pas nous-même, mais la société vivant et agissant en nous  l'autre qui ne représente au contraire que nous dans ce que nous avons de personnel et de distinct, dans ce qui fait de nous un individu. La solidarité qui dérive des ressemblances est à son maximum quand la conscience collective recouvre exactement notre conscience totale et coïncide de tous points avec elle : mais, à ce moment, notre individualité est nulle. […]

Dans les sociétés où cette solidarité est très développée, l'individu ne s'appartient pas […] c'est littéralement une chose dont dispose la société. Aussi, dans ces mêmes types sociaux, les droits personnels ne sont-ils pas encore distingués des droits réels.

Il en est tout autrement de la solidarité que produit la division du travail. Tandis que la précédente implique que les individus se ressemblent, celle-ci suppose qu'ils diffèrent les uns des autres. La première n'est possible que dans la mesure où la personnalité individuelle est absorbée dans la personnalité collective  la seconde n'est possible que si chacun a une sphère d'action qui lui est propre, par conséquent une personnalité. Il faut donc que la conscience collective laisse découverte une partie de la conscience individuelle, pour que s'y établissent ces fonctions spéciales qu'elle ne peut pas réglementer  et plus cette région est étendue, plus est forte la cohésion qui résulte de cette solidarité.

Émile Durkheim, De la division du travail social, 1893.

document 2 Aides reçues selon l'âge en 2011 (en France)

sesT_1806_07_04C_02

Source : Insee, 2011.

Lecture : en 2011, 54 % des personnes de 16 à 29 ans ont reçu au moins une forme d'aide de leurs proches* (financière, matérielle ou morale).

Champ : personnes de 16 ans ou plus habitant en France métropolitaine.

* Les proches d'une personne sont définis comme ses amis ou les membres de sa famille qui ne vivent pas dans le même ménage que cette personne.

document 3

Depuis une vingtaine d'années, des groupes de supporters « ultras1 » s'engagent dans le soutien aux clubs de football français. […]

Au-delà de la sociabilité qu'ils procurent, les groupes ultras ont une action socialisatrice. Au contact des plus anciens, les nouveaux apprennent et intériorisent les manières de faire et de penser de ce milieu. Les membres sont amenés à respecter des règles, à participer à des actions collectives, à s'investir dans la durée.

Ainsi, le groupe modèle, dans une large mesure, les comportements individuels. La forte valorisation de la cohésion interne s'accompagne d'une certaine fermeture vis-à-vis de l'extérieur : l'unité du groupe s'établit par opposition aux […] autres groupes ou aux dirigeants du football. La distance critique envers le groupe et le rôle d'ultra, variable d'un individu à l'autre, n'est globalement pas très élevée. Beaucoup suivent scrupuleusement les préceptes du groupe et du mouvement : ils sont tellement intériorisés et partagés qu'ils deviennent évidents et ne sont pas remis en cause. […]

Chacun occupe une place particulière dans le groupe et est connu en fonction de caractéristiques personnelles. Le groupe (par l'intermédiaire des meneurs qui disposent souvent d'un fort ascendant sur leurs troupes) fait pression sur ses membres pour qu'ils participent aux déplacements et à la préparation des différentes activités. […]

Les groupes ultras ont cette particularité de promouvoir un fort esprit de groupe et un conformisme interne tout en permettant des parcours individualisés en leur sein.

Nicolas Hourcade, « Les groupes de supporters ultras », in Agora débats/jeunesses, 2004.

1. Les « ultras » forment un groupe spécifique au sein des supporteurs assistant aux compétitions sportives. Leur but est de soutenir l'équipe ou le sportif auquel ils s'identifient.

Les clés du sujet

Mobilisation des connaissances

Définir les mots-clés

1. La croissance économique est l'augmentation de la production sur une longue période. Elle est qualifiée d'endogène dans la mesure où elle provient du comportement des agents économiques eux-mêmes et résulte de phénomènes cumulatifs auto-entretenus.

2. Les inégalités sont les différences d'accès à des ressources valorisées par la société, perçues comme injustes. Les inégalités économiques concernent la répartition des revenus et des patrimoines, les inégalités sociales portent sur les conditions de vie et l'accès aux ressources immatérielles, telles que la santé ou la culture. Le caractère cumulatif des inégalités désigne le fait qu'une inégalité en engendre une ou plusieurs autres et plus généralement que les inégalités s'entretiennent.

Structurer sa réponse

1. Nous montrerons que l'accumulation de capital humain joue un rôle fondamental dans la croissance économique, puis que cette accumulation est à l'origine d'un processus auto-entretenu.

2. Nous montrerons que les inégalités économiques génèrent des inégalités sociales et que symétriquement les inégalités sociales entraînent des inégalités économiques.

Étude d'un document

Définir les mots-clés

Le commerce de marchandises désigne les exportations et les importations de biens, excluant donc les services.

Le produit intérieur brut évalue la richesse produite au cours d'une période par les agents économiques résidents sur le territoire, mesurée par la valeur ajoutée.

Comprendre le document

Ce document statistique est un graphique qui met en relation entre 2007 et 2016 l'évolution annuelle, exprimée en pourcentage, du PIB réel mondial et celle du commerce mondial. Ainsi, en 2016, le PIB mondial s'est accru de près de 3 % et le commerce mondial d'environ 4 %.

Le document indique également la variation moyenne annuelle des deux indicateurs : ainsi le commerce mondial s'est accru de 5 % en moyenne chaque année entre 1990 et 2014, soit près de deux fois plus rapidement que le PIB mondial qui connaît une augmentation d'environ 3 % en moyenne par an.

Commerce « en volume » et PIB « réel » signifient que les données sont exprimées à prix constants, c'est-à-dire corrigées de l'inflation.

Structurer sa réponse

Après avoir présenté le document en introduction, on montrera les liens entre croissance du PIB et croissance du commerce à un niveau global puis par année.

Raisonnement

Entrer dans le sujet

Les formes de la solidarité renvoient à la distinction formulée par Émile Durkheim (1858-1917) entre la solidarité mécanique, fondée sur la similitude entre les personnes, et la solidarité organique, fondée sur la division du travail, source de complémentarité. Cette dernière se développe au détriment de la première dans les sociétés industrielles, sans la faire pour autant disparaître.

Comprendre les documents

Le document 1 est un texte d'Émile Durkheim évoquant les deux formes de solidarité. La première forme de solidarité (« mécanique ») est propre aux sociétés à faible division du travail, dans lesquelles les individus sont dotés d'une conscience collective qui ne laisse aucune place aux personnalités individuelles. La seconde forme de solidarité (« organique ») est issue de la division moderne du travail qui différencie les individus en les spécialisant, créant des « personnalités individuelles » relativement autonomes et une cohésion issue de la complémentarité entre les fonctions. Durkheim reconnaît implicitement dans ce texte que ces deux formes coexistent, mais à des degrés divers selon la nature de la société.

Le document 2 est un graphique décrivant la proportion de personnes ayant perçu de la part de leurs proches différents types d'aides, en 2011, selon l'âge. Ainsi, la proportion de personnes aidées est la plus forte chez les jeunes de 16 à 29 ans, avec 55 % de personnes aidées dans cette tranche d'âge. Elle diminue ensuite puis augmente de nouveau chez les plus âgés, avec une proportion de 40 % de 75 ans et plus qui sont aidés. C'est le soutien moral qui apparaît comme la forme d'aide la plus importante, représentant une proportion deux fois plus importante que l'aide financière chez les 16-29 ans. Ce document permet d'illustrer le maintien d'une solidarité de type mécanique au sein des sociétés contemporaines au travers des liens familiaux et amicaux.

Le document 3 illustre également la persistance de la solidarité mécanique dans la société contemporaine, au travers de l'existence de groupes de supporters, dont le rôle socialisateur est important, partageant une forte conscience collective, des valeurs et des normes qui s'imposent à leurs membres.

Définir le plan

Après avoir montré le développement de la solidarité organique, on nuancera le propos en évoquant la persistance de formes traditionnelles de solidarité.

Corrigé

Mobilisation des connaissances

Question 1

info

À la fin des années 1950, Robert Solow, un néoclassique, met en évidence le rôle du progrès technique dans la croissance, mais son origine restait inexpliquée et la croissance était qualifiée d'exogène. Trente ans plus tard, d'autres néoclassiques proposèrent le modèle de croissance endogène.

Introduction

Dans les années 1980, de nouvelles théories vont permettre de mieux comprendre les origines de la croissance, c'est-à-dire de l'augmentation de la production sur une longue période. Elles précisent que la croissance économique s'auto-entretient. Nous développerons un exemple pour mieux comprendre les mécanismes de la croissance endogène.

Développement

La croissance économique trouve sa source dans l'accumulation de capital humain. Les agents économiques investissent dans différentes formes de capital. Parmi eux, nous pouvons prendre l'exemple du capital humain, qui est le stock de connaissances et de savoir-faire détenus par les individus pouvant être valorisés dans la production. Il résulte des dépenses en formation initiale et continue. Les actifs bien formés vont être plus productifs et plus enclins à mettre en œuvre du progrès technique, source de croissance économique. De plus, l'accumulation de capital humain crée des externalités positives : la capacité à innover va se diffuser dans toute l'économie et ainsi favoriser l'auto-entretien de la croissance économique.

L'accumulation de capital humain crée un processus de croissance auto‑entretenu. La croissance économique générée par cette accumulation de capital va donner naissance à des revenus : des recettes fiscales pour l'État et du profit pour les entreprises. Les agents économiques vont utiliser ces revenus pour financer le capital humain ou d'autres formes de capital, à nouveau facteurs de croissance économique.

Conclusion

Ainsi, la croissance économique provient de décisions d'investissement qui favorisent l'accumulation de capital et qui donnent lieu à des phénomènes auto-entretenus de hausse de la production.

Question 2

Introduction

Les inégalités désignent les différences d'accès à des ressources, perçues comme injustes. Les inégalités économiques, qui traduisent des différences de revenus et de patrimoine, sont en interaction avec les inégalités sociales, qui portent sur les conditions de vie et l'accès aux ressources immatérielles, d'où leur caractère cumulatif, c'est-à-dire qui s'entretiennent mutuellement.

Développement

Des inégalités économiques entraînent des inégalités sociales. Ainsi des individus pauvres économiquement connaissent des difficultés pour accéder à un logement de qualité, pour se nourrir de façon suffisante et saine, pour avoir tous les soins nécessaires en cas de besoin, ce qui les conduit à avoir une espérance de vie moindre que les individus dont le niveau de revenu et de patrimoine est plus élevé.

Mais des inégalités sociales entraînent aussi des inégalités économiques. Ainsi des individus qui, de par leur origine sociale, ne sont pas dotés d'un capital culturel approprié ont une probabilité plus grande de connaître des difficultés scolaires et d'accéder à des formations et à des diplômes qui vont rendre leur insertion professionnelle plus précaire, conduisant à des revenus nécessairement moindres.

Conclusion

Ainsi, les inégalités économiques génèrent des inégalités sociales, mais l'inverse est également vrai, puisque les inégalités sociales entraînent à terme des inégalités économiques. On peut donc dire que les inégalités sont cumulatives et qu'elles font système.

Étude d'un document

Introduction

attention !

Ne confondez pas taux de croissance annuel et taux de croissance annuel moyen : le premier donne l'évolution effective au cours de l'année, le second est la moyenne des taux de variation annuels au cours d'une période de plusieurs années.

Le document statistique qui nous est présenté est un graphique issu de données de l'OMC (Organisation mondiale du commerce) mettant en relation l'évolution en pourcentage entre 2007 et 2016 du commerce mondial de biens et celle du PIB (Produit intérieur brut) mondial. PIB et commerce sont exprimés à prix constants, c'est-à-dire corrigés de l'inflation.

En plus de la comparaison des pourcentages annuels de variation, le document compare les taux de croissance annuels moyens du PIB mondial et du commerce.

Développement

Globalement, au cours de la période 1990-2014, le commerce mondial de marchandises augmente de 5 % en moyenne par an, soit à un rythme près de 2 fois plus rapide que le PIB mondial.

À des degrés variables, cela est vrai pour la plupart des années entre 2008 et 2016 (sauf 2009, 2012 et 2013). Par exemple, en 2016, le commerce ­mondial augmente d'environ 4 % et le PIB mondial d'environ 3 %, soit une croissance d'1 point supérieur.

Il faut noter le cas particulier de 2009 où le commerce mondial chute fortement, baissant d'environ 12 %, tandis que le PIB mondial ne fléchit que d'environ 2 %.

Conclusion

Ainsi, lorsque le PIB mondial augmente, le commerce mondial croît également, mais généralement à un rythme plus rapide. Lorsque le PIB mondial baisse, le commerce mondial baisse également et aussi à un rythme plus rapide. Il y a donc une corrélation positive entre les deux variables et la variation du commerce mondial est amplifiée par rapport à celle du PIB mondial.

Raisonnement

Introduction

Avec l'émergence de la société industrielle et du développement de la division du travail, la solidarité à la base des liens et de la cohésion entre les individus change de nature. Cette évolution des formes de solidarité fait-elle pour autant disparaître ce qui fonde les liens des sociétés traditionnelles ?

I. Vers une société individualiste

La cohésion sociale des sociétés traditionnelles est fondée d'après Émile Durkheim sur une solidarité mécanique. Celle-ci est issue de la ressemblance entre les individus, partageant tous les mêmes valeurs, normes et croyances. De cette conscience collective qui ne laisse aucune place aux personnalités individuelles naissent la cohésion sociale et le ciment qui lie les individus les uns aux autres (document 1).

Avec l'émergence de la société industrielle se développe une nouvelle forme de solidarité, dite organique par analogie avec les organes du corps humain, chacun occupant une fonction spécifique et complémentaire des autres. Cette solidarité organique naît de la division du travail qui spécialise les individus et les différencie. Dans ce type de société, la « personnalité collective » s'efface au profit de la « personnalité individuelle ». La cohésion de la société est issue des différences entre les individus et de la complémentarité qui en découle (document 1).

II. Une solidarité toutefois toujours présente

Même si la solidarité organique se développe au détriment de la solidarité mécanique, cette dernière n'a pas pour autant disparu de la société contemporaine dans laquelle la conscience individuelle laisse une place à la conscience collective. Ainsi les liens qui unissent les membres d'une famille, d'un groupe d'amis, d'un collectif de travail ou d'association relèvent souvent d'une adhésion à des valeurs et à des normes communes, du rôle socialisateur du groupe qui vise à ce que chacun se conforme à ses prescriptions. Par exemple, les associations de supporters « ultras » imposent à leurs membres les comportements de soutien à leur équipe qui les lie les uns aux autres, crée solidarité et cohésion au sein du groupe tout en les distinguant du reste de la société (document 3).

conseil

Pour enrichir votre démonstration, vous devez l'étayer avec des données chiffrées ou à l'aide de calculs appropriés.

La société qui s'individualise laisse ainsi une place à des formes de solidarité traditionnelle persistante, à l'image du soutien intergénérationnel que s'apportent mutuellement les membres d'une famille. Ainsi en 2011, selon l'Insee, 55 % des 16-29 ans déclarent avoir reçu de leurs proches une aide financière, matérielle ou morale. Si la proportion de personnes aidées baisse entre 30 et 60 ans, elle remonte ensuite aux âges les plus élevés.

Conclusion

Les formes de solidarité ont changé au sein des sociétés caractérisées par le primat de l'individu qui réduit la conscience collective et accroît la complémentarité entre les fonctions de chacun. Pour autant, certaines formes traditionnelles de solidarité se maintiennent et préservent des risques de l'individualisme.

Accéder à tous les contenus
dès 6,79€/mois

  • Les dernières annales corrigées et expliquées
  • Des fiches de cours et cours vidéo/audio
  • Des conseils et méthodes pour réussir ses examens
  • Pas de publicités
S'abonner