Cuvier et la notion d’espèce

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle S | Thème(s) : Génétique et évolution
Type : Pratique du raisonnement scientifique 1 | Année : 2013 | Académie : Nouvelle-Calédonie
 
Unit 1 - | Corpus Sujets - 1 Sujet
 
Cuvier et la notion d’espèce
 
 

Génétique et évolution

svtT_1311_11_00C

Ens. spécifique

10

CORRIGE

 

Nouvelle-Calédonie • Novembre 2013

pratique du raisonnement scientifique

Exercice 1 • 3 points

Historiquement, Georges Cuvier (1769-1832) a défini l’espèce ainsi : « L’espèce est la collection de tous les individus issus de parents communs et de tous ceux qui leur ressemblent autant qu’ils se ressemblent entre eux. »

> En utilisant cette définition et les documents ci-dessous, citez deux arguments en faveur de l’appartenance de ces deux tritons à la même espèce, et deux arguments qui permettent d’en douter.

Document

Deux tritons présents en Europe

a. Triturus cristatus et Triturus marmoratus

Triturus cristatus (triton à crête)

 
Triturus marmoratus (triton marbré)

 

b. Répartition géographique des deux populations de tritons


 

Dans la zone de cohabitation :

  • les parades sexuelles sont différentes ;
  • les hybridations sont rares ;
  • les hybrides mâles sont stériles ;
  • les hybrides femelles ont une descendance fragile.

D’après l’article de J. Génermont, Pour la science, janvier 1997

Comprendre le sujet

  • Il faut raisonner non pas en partant de la définition actuelle de l’espèce, mais en se basant sur celle de Cuvier, fournie dans le sujet.
  • Observez que le même document (1a, par exemple) apporte des arguments pour et des arguments contre l’appartenance à une même espèce : il n’y a pas un document en faveur de l’appartenance à une même espèce selon la définition de Cuvier et un document contre.
  • À la fin du corrigé, une remarque prenant en compte la définition biologique et évolutionniste actuelle de l’espèce est ajoutée. Celle-ci n’est pas exigible dans le cadre de la question posée, qui se limite à la définition de Cuvier.

Mobiliser ses connaissances

La définition de l’espèce est délicate et peut reposer sur des critères variés qui permettent d’apprécier le caractère plus ou moins distinct de deux populations (critères phénotypiques, interfécondité…).

Corrigé

La définition de l’espèce selon Cuvier fait appel à deux types de critères : le critère de ressemblance et le critère de reproduction, qui assure la transmission de la ressemblance.

I. Arguments en faveur de l’appartenance à la même espèce

1. Critère de ressemblance

Les deux types de tritons occupent le même milieu de vie, présentent la même morphologie générale (vertébrés tétrapodes, nageoire caudale…) et possèdent une crête dorsale.

2. Critère de reproduction

Les deux types de tritons cohabitent dans le nord de la France et se reproduisent entre eux, puisqu’il existe des hybrides et que les hybrides femelles sont capables de se reproduire avec des mâles cristatus ou marmoratus et d’avoir des descendants.

II. Arguments mettant en doute l’appartenance à une même espèce

1. Critère de ressemblance

La ressemblance n’est pas totale : la crête de T. cristatus est dentelée alors que celle de T. marmoratus est continue. Il existe en outre une nette différence de coloration. Cela suggère l’existence de deux types de tritons à crête pouvant correspondre à deux espèces différentes.

2. Critère de reproduction

  • Les parades nuptiales différentes rendent difficile le rapprochement des mâles et des femelles de tritons à crête avec ceux des tritons marbrés. En conséquence, bien que les deux types vivent dans le même milieu, les hybridations sont rares.
  • De plus, les hybrides mâles sont stériles et les descendants des hybrides femelles croisés avec des T. cristatus ou des T. marmoratus sont fragiles.

On est ainsi presque dans une situation où les tritons à crête et les tritons marbrés ne descendent pas de parents communs, contrairement à la définition de Cuvier.

Remarque : la définition de Cuvier est une définition fixiste et l’interprétation de l’existence de ces deux types de tritons nécessite de se placer dans un cadre évolutif, où de nouvelles espèces se forment à partir d’une espèce ancestrale. Le critère essentiel est alors celui de l’isolement reproductif entre les deux populations.

Les tritons à crête et les tritons marbrés dérivent sans doute d’une même espèce ancestrale, et en sont encore au stade où les barrières d’isolement reproductif entre les deux populations existent mais ne sont pas totales : il s’agit d’une spéciation en train de s’achever.