Dans l'enfer du front (texte de P. Lemaître, tableau de C. Schwabe)

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : 3e | Thème(s) : Dénoncer les travers de la société
Type : Sujet complet | Année : 2018 | Académie : Polynésie française

AGIR DANS LA CITÉ

Agir dans la cité : individu et pouvoir

15

fra3_1806_13_00C

Polynésie française • Juin 2018

100 points

Dans l’enfer du front

document A Texte littéraire

Première Guerre mondiale. Albert est un soldat français, sous les ordres d’un homme dont il se méfie, Pradelle, un ambitieux qui rêve de devenir capitaine. Depuis plusieurs jours, soldats français et allemands se tiennent tranquilles. Pradelle décide cependant d’envoyer deux poilus en reconnaissance. On entend trois coups de feu. Aucun des deux hommes ne revient. Lorsque Pradelle commande à ses hommes de se ruer vers les lignes ennemies pour venger leurs camarades, tout le monde s’élance. Dans sa course vers les lignes allemandes, Albert découvre les cadavres des deux poilus…

Albert ne sait pas ce qui lui prend, une intuition, il attrape l’épaule du vieux et le pousse. Le mort bascule lourdement et se couche sur le ventre. Il lui faut quelques secondes pour réaliser, à Albert. Puis la vérité lui saute au visage : quand on avance vers l’ennemi, on ne meurt pas de deux balles dans le dos.

Il enjambe le cadavre et fait quelques pas, toujours baissé […]. Le voici devant le corps du petit Louis. […] Albert ne voit pas son visage tout maculé de boue. Il ne voit que son dos. Une balle. Avec les deux balles du vieux, ça fait trois. Le compte y est.

Lorsqu’il se relève, Albert est encore tout hébété1 de cette découverte. De ce que ça veut dire. À quelques jours de l’armistice, les gars n’étant plus très pressés d’aller chatouiller les Boches, la seule manière de les pousser à l’assaut, c’était de les foutre en pétard : où était donc Pradelle lorsque les deux gars se sont fait tirer dans le dos ?

Bon Dieu…

Stupéfié par ce constat, Albert se retourne et découvre alors, à quelques mètres, le lieutenant Pradelle qui se rue sur lui en courant aussi vite que lui permet son harnachement2.

Son mouvement est déterminé, sa tête parfaitement droite. Ce qu’Albert voit, surtout, c’est son regard clair et direct, au lieutenant. Totalement résolu. Tout s’éclaire d’un coup, toute l’histoire.

C’est à cet instant qu’Albert comprend qu’il va mourir.

Il tente quelques pas, mais plus rien ne marche, ni son cerveau, ni ses jambes, rien. Tout va trop vite. Je vous l’ai dit, ça n’est pas un rapide, Albert. En trois enjambées, Pradelle est sur lui. Juste à côté, un large trou béant, un trou d’obus.

Albert reçoit l’épaule du lieutenant en pleine poitrine, il en a le souffle coupé. Il perd pied, tente de se rattraper et tombe en arrière, dans le trou, les bras en croix. […]

Arrivé au fond de la fosse, Albert roule sur lui-même, à peine freiné par son barda3. Il s’empêtre les jambes dans son fusil, réussit à se relever et se colle aussitôt à la paroi pentue, comme s’il s’adossait précipitamment à une porte, dans la crainte d’être entendu ou surpris. […] Albert lève les yeux. Là-haut, campée en surplomb au bord du trou comme l’ange de la mort, se découpe la haute silhouette du lieutenant Pradelle.

Pierre Lemaitre, Au revoir là-haut, 2013.

1. Hébété : abasourdi, sidéré, choqué par cette découverte.

2. Harnachement : l’équipement du soldat.

3. Barda : le harnachement, l’équipement du soldat, ses affaires.

document b Carlos Schwabe, La Mort et le fossoyeur, 1900

fra3_1806_13_00C_01

© La Mort et le fossoyeur/Carlos Schwabe/1900/Domaine public/Mc Leod/Wikimédia

Musée d’Orsay.

travail sur le texte littéraire et sur l’image 50 points • 1 h 10

Les réponses doivent être entièrement rédigées.

Grammaire et compétences linguistiques

Relisez le troisième paragraphe, de « Lorsqu’il se relève » à « Bon Dieu… ».

▶ 1. a) Quelle est la particularité grammaticale de la phrase suivante : « Bon Dieu… » ? (2 points)

b) À votre avis, pourquoi l’auteur a-t-il choisi de finir cette phrase avec des points de suspension ? (4 points)

▶ 2. Dans ce troisième paragraphe, relevez deux expressions appartenant au registre de langue familier. Justifiez l’emploi de ce registre. (4 points)

▶ 3. Recopiez ces passages en remplaçant « Albert » par « Albert et son camarade » et en effectuant toutes les modifications grammaticales nécessaires. (10 points)

« Stupéfié par ce constat, Albert se retourne et découvre alors, à quelques mètres, le lieutenant Pradelle qui se rue sur lui […] »

« Ce qu’Albert voit, surtout, c’est son regard clair et direct, au lieutenant. »

« C’est à cet instant qu’Albert comprend qu’il va mourir. Il tente quelques pas, mais plus rien ne marche, ni son cerveau, ni ses jambes, rien. »

Compréhension et compétences d’interprétation

▶ 4. « Tout s’éclaire d’un coup, toute l’histoire. » (5e §)

a) De quelle « histoire » s’agit-il ? (4 points)

b) Comment cette « histoire » s’est-elle reconstituée progressivement dans l’esprit d’Albert ? (4 points)

c) Quelle pouvait être la motivation du lieutenant Pradelle ? (2 points)

 5. Relisez le passage de « Stupéfié par ce constat », à la fin.

a) En quoi les actions de Pradelle traduisent-elles sa détermination ?

Que pensez-vous de ce personnage ? (4 points)

b) Quels sont les différents éléments qui contribuent à créer de l’angoisse ? (4 points)

▶ 6. D’après le troisième paragraphe, à quel moment précis de la guerre se situe l’action ? Quelle est l’importance de cette information ? (2 points)

▶ 7. Quelles réflexions sur l’être humain ce passage du roman vous inspire-t-il ? Justifiez. (4 points)

▶ 8. Observez l’image. Quels points communs et quelles différences relevez-vous entre la scène décrite dans le texte et celle de l’image ? (6 points)

dictée 10 points • 20 min

Les noms propres « Maillard », « Pradelle », « Grisonnier », ainsi que le nom de l’auteur et le titre de l’œuvre sont écrits au tableau.

Pierre Lemaitre

Au revoir là-haut

© Éditions Albin Michel, 2013

Dès son premier coup de sifflet, quand les hommes avaient commencé à charger, il s’était placé à bonne distance sur la droite, afin d’empêcher les soldats de dériver dans la mauvaise direction. Son sang n’avait fait qu’un tour lorsqu’il avait vu ce type, comment s’appelle-t-il déjà, un gars avec un visage triste et de ces yeux, on dirait qu’il va toujours se mettre à pleurer, Maillard, c’est ça, s’arrêter là-bas, sur la droite, à se demander comment, sorti du boyau, il avait pu arriver jusque-là […].

Pradelle l’avait vu s’immobiliser, revenir sur ses pas, s’agenouiller, intrigué, et repousser le corps du vieux Grisonnier. Or ce corps-là, ­Pradelle l’avait à l’œil depuis le début de l’attaque parce qu’il devait absolument s’en occuper et, le plus vite possible, le faire disparaître […].

rédaction 40 points • 1 h 30

Vous traiterez au choix l’un des deux sujets suivants.

Sujet d’imagination

Que va-t-il se passer pour le soldat Albert ? Imaginez la suite de ce texte.

Sujet de réflexion

Faut-il être prêt à tout pour atteindre ses objectifs ?

Les clés du sujet

Les documents

Le texte littéraire (document A)

Le roman de Pierre Lemaître raconte le retour de deux poilus, Édouard Péricourt, une gueule cassée, et Albert Maillard, dans la société de l’après-guerre où ils ne trouvent plus leur place, ce qui les conduit à monter une escroquerie aux monuments aux morts. Le livre a reçu le prix Goncourt et a été adapté au cinéma.

L’image (document B)

Il s’agit d’un tableau du peintre symboliste suisse Carlos Schwabe. Il met en scène un fossoyeur, dont le métier est d’ensevelir les défunts, et la mort représentée sous la forme d’un ange aux traits féminins.

Rédaction (sujet d’imagination)

Recherche d’idées

Il s’agit d’une suite de texte. Relis l’extrait, afin de reprendre fidèlement les indications de lieu et celles concernant les personnages.

Il s’agit d’un sujet d’invention : même si tu as lu le livre ou vu le film, évite de répéter ce que l’auteur a écrit ; laisse aller ton imagination. C’est à toi de décider du sort d’Albert.

Conseils de rédaction

Essaie de prolonger l’effet de tension et de suspens créé par l’auteur. Ne cherche pas à aller trop vite vers le dénouement. Prends le temps d’exprimer les sentiments des personnages.

Alterne passages narratifs, descriptifs et éventuellement brefs dialogues.

Le texte est au présent de narration. Il est préférable que tu continues à employer ce temps.

L’action est racontée du point de vue d’Albert. Tu peux continuer ainsi.

Rédaction (sujet de réflexion)

Recherche d’idées

Peut-on réussir si on n’y croit pas vraiment ? Pour autant, penses-tu avoir le droit de tricher pour gagner à un jeu ou dans un sport ? Est-ce bien de s’enrichir en recourant à des moyens malhonnêtes ou en exploitant les autres ?

Tu peux élargir ta réflexion à un niveau historique, en t’interrogeant, par exemple, sur la décision prise par le gouvernement américain de larguer deux bombes atomiques sur le Japon pour mettre fin à la guerre. La fin justifie-t-elle, selon toi, les moyens employés ?

Conseils de rédaction

Tu peux suivre le plan suivant :

Introduction : présentation de la question posée.

Première partie : il est nécessaire de tout mettre en œuvre pour réussir, sinon les chances d’y parvenir sont limitées.

Seconde partie : cependant, nul n’a le droit de sacrifier les autres pour arriver à ses fins.

Conclusion : la fin ne saurait toujours justifier les moyens.

Corrigé

Corrigé

travail sur le texte littéraire et sur l’image

Grammaire et compétences linguistiques

info +

Une phrase nominale est une phrase sans verbe, constituée d’un nom ou d’un groupe nominal.

▶ 1. a) « Bon Dieu… » est une phrase nominale : il s’agit d’une interjection.

b) Les points de suspension mettent en évidence la prise de conscience par Albert d’une vérité qu’il ne peut pas encore admettre, tant elle est choquante.

info +

Il y a trois niveaux de langage : familier, courant et soutenu.

▶ 2. Les expressions « chatouiller les Boches » et « foutre en pétards » relèvent du langage familier. Il s’agit du dialogue intérieur d’Albert qui s’exprime de cette manière populaire qui est la langue des tranchées.

▶ 3. Les modifications sont en couleur.

« Stupéfiés par ce constat, Albert et son camarade se retournent et découvrent alors, à quelques mètres, le lieutenant Pradelle qui se rue sur eux […] »

« Ce qu’Albert et son camarade voient, surtout, c’est son regard clair et direct, au lieutenant. »

« C’est à cet instant qu’Albert et son camarade comprennent qu’ils vont mourir. Ils tentent quelques pas, mais plus rien ne marche, ni leur cerveau, ni leurs jambes, rien. »

Compréhension et compétences d’interprétation

▶ 4. a) Albert comprend que c’est le lieutenant Pradelle qui a tiré dans le dos des deux poilus pour faire croire à ses hommes à une attaque des Allemands. Pradelle souhaitait les pousser à aller au combat pour venger leurs deux camarades.

b) Albert découvre tout d’abord que les poilus ont reçu les balles dans le dos : ce ne peut donc pas être l’œuvre des Allemands qui leur font face. Ensuite, il lit dans le regard de Pradelle toute sa détermination à le tuer à son tour.

c) La motivation de Pradelle est l’ambition : il aimerait finir la guerre par une action d’éclat et en retirer de la gloire, pour accéder au grade de capitaine.

▶ 5. a) Les actions de Pradelle traduisent sa détermination : il se rue sur Albert ; il a la tête droite et le regard résolu ; il se jette sur lui et le projette d’un coup d’épaule dans un trou d’obus. Il s’agit d’un personnage dépourvu de toute humanité. On ne peut ressentir pour lui qu’une profonde aversion.

b) Plusieurs éléments contribuent à créer de l’angoisse. Tout d’abord, le caractère inattendu et soudain de l’action qui surprend Albert et le lecteur. Ensuite, c’est son issue inéluctable : « Albert comprend qu’il va mourir. » Enfin, c’est la silhouette menaçante de Pradelle vue en contre-plongée, et qui tient Albert à sa merci. La ­comparaison « comme l’ange de la mort » renforce ce sentiment d’angoisse.

▶ 6. L’action se situe à quelques jours de l’armistice : les combats sont désormais inutiles et l’ordre d’attaquer absurde.

▶ 7. Ce passage révèle combien l’ambition peut amener un homme à sacrifier ses semblables pour son profit. Le lieutenant Pradelle, dans son désir de gloire, considère la mort de ses hommes comme le moyen de parvenir à ses fins : il ne ressent aucune compassion, tout à la satisfaction de son ambition.

▶ 8. La scène décrite dans le texte semble s’inspirer directement du tableau. Le lieutenant Pradelle est en effet comparé à « l’ange de la mort » dont la vue annonce une fin imminente. L’ange et Pradelle dominent tous deux l’homme promis à la mort qui se trouve en contrebas dans une fosse : une tombe qu’il est en train de creuser pour le fossoyeur, un trou d’obus pour Albert.

Cependant, si les deux documents inspirent la même angoisse, celle de l’inéluctabilité de la mort, de son implacabilité, l’ange du tableau est une figure féminine, à la fois inquiétante et enveloppante, alors que le personnage de Pradelle ne montre aucune compassion. Si le fossoyeur semble accepter son sort – son heure est arrivée – Albert se révolte et cherche à échapper à cette mort absurde que l’on peut qualifier d’assassinat.

dictée

Point méthode

1 Attention à ne pas confondre ses, ces et c’est.

revenir sur ses pas = revenir sur ses propres pas.

ces yeux = ces yeux-là.

c’est = cela est.

2 Attention à ne pas confondre participe passé et infinitif :

Tu peux remplacer commencé par entrepris  c’est un participe passé.

Tu peux remplacer charger par partir au combat  c’est un infinitif.

Dès son premier coup de sifflet, quand les hommes avaient commencé à charger, il s’était placé à bonne distance sur la droite, afin d’empêcher les soldats de dériver dans la mauvaise direction. Son sang n’avait fait qu’un tour lorsqu’il avait vu ce type, comment s’appelle-t-il déjà, un gars avec un visage triste et de ces yeux, on dirait qu’il va toujours se mettre à pleurer, Maillard, c’est ça, s’arrêter là-bas, sur la droite, à se demander comment, sorti du boyau, il avait pu arriver jusque-là […].

Pradelle l’avait vu s’immobiliser, revenir sur ses pas, s’agenouiller, intrigué, et repousser le corps du vieux Grisonnier. Or ce corps-là, Pradelle l’avait à l’œil depuis le début de l’attaque parce qu’il devait absolument s’en occuper et, le plus vite possible, le faire disparaître […].

rédaction

Voici un exemple de rédaction sur chacun des deux sujets.

Attention les indications entre crochets ne doivent pas figurer sur ta copie.

Sujet d’imagination

conseil

Tu peux commencer en reprenant la dernière phrase du texte.

[Introduction] Là-haut, campée en surplomb au bord du trou comme l’ange de la mort, se découpe la haute silhouette du lieutenant Pradelle.

[La résignation d’Albert] Albert sent que sa dernière heure est venue, que ce trou d’obus sera sa tombe. À quelques jours de l’armistice, il est révolté par une telle injustice. Quelle mort absurde ! Albert se recroqueville contre la paroi boueuse de l’excavation. Il craint que l’officier ne tire sur lui. Il est fait comme un rat. La silhouette qui le domine ne manifeste aucune émotion, impassible, impitoyable. Tout cela pour une médaille, songe Albert, quelle futilité après la boucherie de ces quatre années, ces millions de poilus morts, mutilés, défigurés, traumatisés ! Il a envie de lui hurler sa haine, son profond mépris, mais à quoi bon…

[Un secours inattendu] Soudain, tout s’enchaîne très vite. Albert perçoit un mouvement brusque : il ferme les yeux. Tout est fini, pense-t-il. Un corps s’abat à ses côtés ; le visage de Pradelle s’enfonce dans la boue. Au-dessus de la fosse se découpe une silhouette, bienveillante cette fois, qui tend une main secourable à Albert et l’extirpe de la fosse. C’est un officier : « Deux de vos camarades sont venus me prévenir, apprend-il à Albert. Cet homme répondra de ses crimes devant la cour martiale. »

[Dénouement] Albert regarde s’éloigner Pradelle les mains liées dans le dos. Il ne ressent aucune joie, juste un sentiment de tristesse profonde et d’incompréhension devant l’attitude de cet homme prêt à sacrifier ses hommes pour satisfaire des rêves de gloire bien dérisoires. La guerre va finir, mais il ne sera plus jamais le même, hanté par le souvenir de ceux qui ne reviendront pas.

Sujet de réflexion

[Introduction] Faut-il être prêt à tout pour atteindre ses objectifs ?

[De la nécessité d’être déterminé pour réussir] Il est nécessaire d’être déterminé pour réussir dans une entreprise, un projet. C’est vrai dans le sport, par exemple. Ne devient champion qu’un athlète prêt à bien des sacrifices pour parvenir au plus haut niveau : entraînement très dur, renoncement à certains loisirs, hygiène de vie stricte. De plus, lors d’une compétition, il faut être prêt à aller au bout de soi pour gagner et surpasser ses adversaires.

Il en est de même pour les études : pour réussir un concours, il faut travailler dur et renoncer à son temps libre. On n’obtient rien sans rien donner.

conseil

Illustre tes arguments avec des exemples précis : cela leur donnera plus de poids. Tu peux les choisir dans tes lectures, tes cours d’histoire ou encore dans l’actualité sociale, politique, sportive…

[Le respect d’autrui] Cependant, cette détermination a une limite : celle du respect d’autrui.

Ainsi, on ne saurait être un champion en trichant, sans respecter les règles et ses adversaires. De même, il est révoltant que certains s’enrichissent en exploitant le travail des enfants ou en vendant de la drogue.

À un niveau historique, on peut s’interroger aussi sur le largage par les Américains des bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki, qui a certes mis fin à la guerre avec le Japon, mais au prix de souffrances terribles pour les populations civiles : était-ce un acte de guerre justifié ou un crime contre l’humanité ?

[Conclusion] Il faut donc être prêt à tout pour réussir, mais dans la limite du respect d’autrui. Nul n’a le droit de sacrifier les autres pour sa réussite personnelle ou son profit. La fin ne saurait toujours justifier les moyens.