De l’importance d’avoir un métier (texte d'A. Ferney, sérigraphie de B. Kruger)

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : 3e | Thème(s) : Agir dans la cité : individu et pouvoir
Type : Sujet complet | Année : 2017 | Académie : Amérique du Nord

 

fra3_1706_02_00C

19

D’après Amérique du Nord • Juin 2017

100 points

De l’importance d’avoir un métier

document A Cherchez la femme

En 1958, Nina, lycéenne de seize ans et fille de mineur, et Vladimir, jeune ingénieur des Mines de vingt-six ans, se sont rencontrés à l’orchestre. Le jeune homme est tombé amoureux de la jeune fille et lui a proposé de l’épouser. Face à cette proposition, Nina confie son impatience à sa grand-mère.

– Pourquoi es-tu si pressée ? demanda Sacha sans cacher son étonnement.

Elle était stupéfaite de l’évidence qui s’était faite chez sa petite-fille et tout de même, si forte fût-elle, l’aveu de Nina lui faisait battre le cœur plus vite.

– Je ne sais pas, dit Nina (elle osait même dire je ne sais pas !). C’est comme ça. Il faut avancer dans la vie, saisir l’occasion qui se présente. Tu ne crois pas ?

– Et le lycée, Douchka1. As-tu pensé au lycée ?

Sacha Javorsky quittait le champ du grand amour pour revenir aux choses sérieuses.

– Oui, dit Nina, bien sûr. Je continuerai à aller au lycée comme aujourd’hui.

– Tu ne sais pas qu’un homme dans une maison exige beaucoup de sa femme, dit Sacha Javorsky avec un air d’être sûre de ce qu’elle avançait. Tu n’auras plus le temps d’étudier !

– Vladimir ne m’empêchera pas d’étudier, souffla Nina.

Ce ton amolli et romantique eut le don d’agacer Sacha. Elle n’avait pas élevé sa petite-fille pour en faire une gourde qui s’en laisse conter par le premier garçon venu.

– Ça ma fille, nous en reparlerons ! dit-elle avec ironie.

Puis elle récita son couplet désenchanté : Les hommes, ça met les pieds sous la table et les chemises en boule au linge sale, et ça croit que les lapins naissent découpés, farcis et grillés !

Nina ne disait rien. Qu’y avait-il à répondre ? D’ailleurs sa grand-mère n’attendait pas de réponse. Elle n’avait pas fini de parler.

– Ton Vladimir, poursuivit la grand-mère, il a vingt-six ans et un métier. Des centaines de gens sont sous ses ordres. Ton père y est ! L’ingénieur ! Il va te commander celui-là…

– Il ne me commandera pas, répliqua Nina sur un ton décidé.

– Alors vous vous bagarrerez. Et crois-moi ce sera dur. Une femme ne fait jamais le poids.

La vieille dame s’interrompit à dessein, préservant un effet d’annonce. Puis elle acheva :

– Sauf si elle a un métier. Et un salaire ! Travaille Nina. Étudie le plus longtemps possible et gagne ta vie. Ne dépends jamais d’un homme ! Écoute ce que te dit ta grand-mère.

– J’écoute, dit Nina.

Alice Ferney, Cherchez la femme, 2013.

1. Douchka : petit nom affectueux en russe signifiant « ma douce ».

document B Savoir, c’est pouvoir

Barbara Kruger est une artiste contemporaine qui a été engagée dans la revendication des droits des femmes aux États-Unis.

Cette sérigraphie est une commande du ministère de la Culture pour le bicentenaire de la Révolution française (1989).

© Barbara Kruger

fra3_1706_02_00C_01

travail sur le texte littéraire et sur l’image 50 points • 1 h 10

Les réponses doivent être entièrement rédigées.

Grammaire et compétences linguistiques

1. « désenchanté », ligne 22.

Donnez la classe grammaticale de ce mot.

Expliquez sa formation puis son sens dans le texte. (6 points)

2. Lignes 35 à 37, quel est le mode principalement employé dans les propos de la grand-mère ? Justifiez son emploi. (4 points)

3. « Travaille Nina. Étudie le plus longtemps possible et gagne ta vie. Ne dépends jamais d’un homme ! Écoute ce que te dit ta grand-mère. » (l. 35-37)

Réécrivez ces quatre phrases en remplaçant « Nina » par « les filles » et « grand-mère » par « grands-parents ». Vous ferez toutes les modifications nécessaires. (10 points)

Compréhension et compétences d’interprétation

4. Quelle est la relation qui lie Nina et Sacha ?

Quel a été le rôle précis de Sacha dans l’éducation de Nina ? (4 points)

5. Lignes 1 à 20 : nommez les deux sentiments successifs éprouvés par la grand-mère.

Quelle attitude de Nina provoque chez elle ce changement de sentiment ?

Justifiez votre réponse par une expression du texte. (6 points)

6. Quel personnage féminin domine la conversation ?

D’après vous, pourquoi se donne-t-elle le droit de parler ainsi ? (6 points)

7. Selon Sacha, que risque-t-il de se passer après le mariage de Nina et Vladimir ?

Vous répondrez dans un paragraphe détaillé en vous appuyant sur des citations précises du texte. (8 points)

8. Comment l’image et le texte évoquent-ils, chacun à leur manière, le pouvoir que le savoir procure aux femmes ? (6 points)

dictée 10 points • 20 min

Le nom de l’auteur et le titre de l’œuvre sont écrits au tableau au début de la dictée.

Alice Ferney

Cherchez la femme, 2013

Pas un seul petit mot ! Il ne vint pas lui rendre visite. Il fut absent aux deux répétitions, le mardi d’abord, puis le vendredi, sans s’excuser ni prévenir, ce qui n’était jamais arrivé. Les musiciens de l’orchestre demandaient des nouvelles à Nina. Elle n’en avait pas. Tout le monde vit qu’elle dansait et chantait sans entrain. Ses résultats scolaires chutèrent d’un coup. Le cartable était jeté par terre sans être ouvert. Elle n’avait pas la tête à son travail ! Elle découvrait la place que tient dans la vie un amour, celui qu’on trouve autant que celui qu’on perd ou croit perdre.

Rédaction 40 points • 1 h 30

Vous traiterez au choix l’un des deux sujets.

Sujet de réflexion

Pensez-vous, comme la grand-mère de Nina, qu’avoir un métier soit synonyme de liberté et de pouvoir ? Votre rédaction sera d’une longueur minimale d’une soixantaine de lignes (300 mots environ).

Sujet d’imagination

La jeune fille annonce sa décision finale à Vladimir. Elle a pris en compte les remarques de sa grand-mère pour choisir ou non de se marier. Imaginez le dialogue des deux jeunes gens et les réactions qu’il suscite. Votre rédaction sera d’une longueur minimale d’une soixantaine de lignes (300 mots environ) et mêlera dialogue et narration.

Les clés du sujet

Les documents

Le texte littéraire (document A)

Le sentiment amoureux et la vie de couple sont les thèmes de prédilection d’Alice Ferney. Dans Cherchez la femme, elle ausculte les mécanismes de l’amour à travers deux générations de couples : Vladimir et Nina, Serge et Marianne.

L’image (document B)

Il s’agit d’une sérigraphie de Barbara Kruger, une artiste américaine contemporaine engagée dans la lutte pour le droit des femmes. Elle a été rendue célèbre grâce à ses photomontages de photographies de presse en noir et blanc sur lesquelles elle superpose des slogans rédigés en blanc sur fond rouge. Cette œuvre lui a été commandée par la France à l’occasion du bicentenaire de la Révolution française en 1989.

Rédaction (sujet de réflexion)

Recherche d’idées

Appuie-toi tout d’abord sur ton expérience personnelle. Commence par t’interroger sur ce que tu souhaites pour ton avenir, les études que tu désires ou non poursuivre, le métier que tu envisages déjà peut-être, ce qu’il signifie pour toi…

Tu peux aussi prendre en compte l’expérience de tes grands-parents ou de tes parents…

Pense à étayer tes arguments avec des exemples tirés de lectures, de films (ex. : Mémoires d’une jeune fille rangée de Simone de Beauvoir).

Conseils de rédaction

Tu peux, par exemple, développer les arguments suivants :

1. Avoir un métier est souvent synonyme de liberté et de pouvoir (indépendance financière, choix de vie…).

2. Cependant, tous les métiers ne sont pas également gratifiants et valorisants.

3. Conclusion : il est donc important de suivre la voie qui convient le mieux à soi-même pour s’épanouir dans le métier de son choix.

Rédaction (sujet d’imagination)

Recherche d’idées

Commence par décider si la réponse de Nina sera positive ou négative.

Reprends ensuite sur ton brouillon les arguments de la grand-mère : ils te seront utiles pour montrer comment ils ont influencé la réponse de Nina.

Imagine les réactions de Vladimir, de Nina, de sa grand-mère…

Conseils de rédaction

Choisis avec soin les verbes de parole. Évite de répéter sans cesse le verbe dire !

Respecte la ponctuation du dialogue : ouvre les guillemets au début et n’oublie pas de les fermer à la fin ; mets des tirets et va à la ligne à chaque changement d’interlocuteur.

N’oublie pas d’insérer des passages narratifs (déplacements des personnages, gestes…).

Corrigé

Corrigé

travail sur le texte littéraire et sur l’image

Grammaire et compétences linguistiques

zoom

Le préfixe , dés, ou dis placé devant un mot peut le transformer en son contraire : enchantédésenchanté.

1. Il s’agit d’un adjectif. Il est composé d’un radical, enchanté, et d’un préfixe, -dés qui indique le contraire.

Désenchanté signifie désillusionné, qui a perdu ses illusions.

zoom

L’impératif sert à exprimer des ordres, des interdictions, mais aussi des recommandations, des conseils, des prières ou des exhortations.

2. La grand-mère emploie le mode impératif (« travaille », « étudie », « gagne ta vie », « Ne dépends jamais », « écoute ») : elle veut à tout prix convaincre sa petite-fille. Elle l’exhorte à ne pas abandonner ses études.

3. Les modifications sont mises en couleur.

attention !

Le sujet du verbe dire, vos grands-parents, est inversé, placé après. Sois vigilant sur l’accord.

« Travaillez les filles. Étudiez le plus longtemps possible et gagnez votre vie. Ne dépendez jamais d’un homme ! Écoutez ce que vous disent vos grands-parents. »

Compréhension et compétences d’interprétation

4. Sacha est la grand-mère de Nina. Elle a été chargée de l’éducation de sa petite-fille.

5. Tout d’abord, Sacha est étonnée et même stupéfaite de l’impatience de sa petite-fille de se marier ; elle est un peu émue aussi. Mais ensuite, c’est l’agacement qui l’emporte. Elle pense que Nina a une vision trop naïve, trop romantique de la vie de couple : « Ce ton amolli et romantique eut le don d’agacer Sacha. Elle n’avait pas élevé sa petite-fille pour en faire une gourde qui s’en laisse conter par le premier garçon venu. »

6. Le personnage qui domine la conversation est la grand-mère, Sacha. Elle se permet de parler de cette manière car elle veut le bien de sa petite-fille. Elle s’appuie sur son expérience et craint que Nina ne gâche sa vie sur un coup de tête.

7. Sacha craint que Nina ne se retrouve femme au foyer, au service de son mari, condamnée aux seules tâches ménagères : « Les hommes, ça met les pieds sous la table et les chemises en boule au linge sale, et ça croit que les lapins naissent découpés, farcis et grillés ! »

Elle redoute pour sa petite-fille un mari autoritaire qui la transforme en épouse soumise : « Il va te commander celui-là. »

Elle s’inquiète de la violence des scènes de ménage si Nina tient tête à son mari : « vous vous bagarrerez. Et crois-moi ce sera dur. »

8. L’œuvre de Barbara Kruger montre un visage de femme en gros plan, un visage qui a la perfection des images publicitaires, un visage coupé en deux, d’un côté la photo développée, de l’autre le négatif, d’un côté l’image professionnelle, de l’autre le visage intime. La femme semble implacable, inflexible. L’essentiel est le slogan, clair et concis, blanc sur rouge : savoir, c’est pouvoir. Barbara Kruger et Sacha partagent la même certitude : c’est par le savoir, les études, que les femmes se libéreront, s’affirmeront, deviendront libres et indépendantes, maîtresses de leur existence.

dictée

point méthode

1 Attention à ne pas confondre le participe passé et l’infinitif des verbes en –er (s’excuser ≠ jeté), car ils se prononcent de la même manière. Pour éviter toute erreur, le plus simple est de remplacer ces verbes par un verbe d’un autre groupe : sans prendre (infinitif) s’excuser. Le cartable était pris (participe passé) jeté.

2 Sois attentif aux accords et aux marques du pluriel : aux, répétitions, musiciens, demandaient, nouvelles, résultats scolaires chutèrent.

Pas un seul petit mot ! Il ne vint pas lui rendre visite. Il fut absent aux deux répétitions, le mardi d’abord, puis le vendredi, sans s’excuser ni prévenir, ce qui n’était jamais arrivé. Les musiciens de l’orchestre demandaient des nouvelles à Nina. Elle n’en avait pas. Tout le monde vit qu’elle dansait et chantait sans entrain. Ses résultats scolaires chutèrent d’un coup. Le cartable était jeté par terre sans être ouvert. Elle n’avait pas la tête à son travail ! Elle découvrait la place que tient dans la vie un amour, celui qu’on trouve autant que celui qu’on perd ou croit perdre.

Rédaction

Voici un exemple de rédaction sur chacun des deux sujets.

Attention les indications entre crochets ne doivent pas figurer sur ta copie.

Sujet de réflexion

[Réponse positive à la question posée] Avoir un métier est, bien évidemment, essentiel pour acquérir une certaine liberté, celle de pouvoir vivre à sa guise, sans dépendre de parents ou du conjoint. Cela confère une indépendance financière, la possibilité de se loger, de choisir ses loisirs, de voyager. Ne dit-on pas « gagner sa vie » ?

Pour les femmes, c’est un droit acquis de haute lutte : pendant longtemps, les jeunes filles ont été élevées pour devenir de bonnes épouses, les études étaient réservées aux garçons. Nos grands-mères n’ont pas toutes connu cette liberté, cette indépendance, le pouvoir de choisir leur vie et de décider de leur existence. C’est ce que raconte Simone de Beauvoir dans son autobiographie : Mémoires d’une jeune fille rangée.

Dans certaines régions du monde, le droit de travailler, de conduire une voiture, de se promener librement est encore trop souvent refusé aux femmes condamnées à être mariées de force, à être enfermées et soumises à leur époux.

conseil

Lorsque tu apportes un contre-argument, introduis-le au moyen d’un connecteur logique qui exprime l’opposition : mais, pourtant, cependant

[Contre-argument] Cependant, tous les métiers ne sont pas également synonymes de liberté et de pouvoir : de nombreux emplois ne sont ni valorisants ni épanouissants. S’il n’y a pas de « sots métiers », comme dit l’expression, certains emplois condamnent à des conditions de travail pénibles (bruit, travail répétitif, faibles salaires).

Certains adolescents font le choix de quitter l’école parce qu’ils veulent rapidement devenir indépendants, et gagner de l’argent. Toutefois, c’est une décision importante qu’il convient de faire mûrir, par le biais de discussions auprès d’autrui (famille, professeurs…) Mais, après avoir été confrontés à un travail qui ne leur convient pas, ils peuvent le regretter. Une reprise d’études est alors toujours possible pour accéder à un autre type d’emploi.

C’est d’autant plus vrai pour les filles, quand on sait que les femmes sont moins bien considérées que les hommes dans le monde du travail et qu’elles sont encore aujourd’hui majoritairement sous-payées. Obligées de concilier métier et éducation des enfants, trop peu d’entre elles ont accès à des postes à responsabilités, comme on le constate dans les institutions politiques.

[Conclusion] C’est pour cela que l’on conseille aux adolescents de bien choisir leurs voies et de s’y investir : c’est à ce prix qu’ils accéderont vraiment à la liberté et au pouvoir de choisir leur métier et leur vie.

Sujet d’imagination

[Introduction, mise en situation] La réaction de sa grand-mère avait un peu ébranlé Nina : des doutes avaient surgi dans son esprit. Les deux jeunes gens s’étaient donné rendez-vous dans un café près du lycée de Nina.

gagne des points

Varie les verbes de parole. N’hésite pas à ajouter des adverbes, des compléments de manière.

[Début du dialogue : échange d’arguments] « As-tu pris ta décision ? demanda Vladimir de but en blanc à sa jeune compagne.

– J’ai besoin d’un peu de temps, balbutia Nina… C’est une décision importante qui ne se prend pas à la légère.

– De quoi as-tu peur ? Tu ne m’aimes donc pas ?

– Bien sûr que je t’aime, Vladimir. Ce n’est pas ça, mais je pense que je suis peut-être encore trop jeune pour être une épouse, une mère. Nous pourrions attendre la fin de mes études. Nous avons toute la vie devant nous.

– Pourquoi tiens-tu tant à terminer tes études ? s’étonna le jeune homme. Je gagne bien ma vie ; tu n’es pas obligée de travailler. Tu pourras t’occuper de la maison, de nos enfants…

– Mais, s’insurgea Nina, je ne veux pas dépendre de toi ; je veux gagner ma vie, avoir un salaire, pouvoir le dépenser sans avoir à te rendre des comptes.

Vladimir se fit tendre et la regarda dans les yeux :

– Je saurai te protéger ; tu seras heureuse avec moi.

– Je ne veux pas être protégée : je veux être forte, libre, indépendante…

Vladimir l’interrompit violemment. Il serrait les poings.

– C’est ta grand-mère qui t’a mis ces idées dans la tête ? De quoi se mêle-t-elle ? C’est ta vie et pas la sienne !

– C’est elle qui m’a élevée. Elle m’aime. Elle connaît les risques du mariage. Elle ne veut pas que je sois malheureuse.

[Conclusion : la réponse de Nina] Vladimir se fit dur, autoritaire :

– Je veux que tu me répondes, exigea-t-il, c’est oui ou c’est non ?

Soudain, la décision à prendre parut évidente à Nina. Elle répondit avec une calme certitude :

– Je ne veux plus me marier avec toi, ni aujourd’hui ni demain. »

Vladimir repoussa brusquement sa chaise et partit sans se retourner. Nina songea que sa grand-mère serait fière d’elle quand elle apprendrait sa décision.