Défendre la libre circulation de la connaissance

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle Générale | Thème(s) : Produire et diffuser des connaissances : enjeu politique et géopolitique
Type : Etude critique de document(s) | Année : 2020 | Académie : Inédit


Étude critique de documents

Défendre la libre circulation de la connaissance

2 heures

10 points

Intérêt du sujet • Ce sujet mobilise ce que vous avez appris sur les enjeux de la circulation de la connaissance et le rapport entre les acteurs de la communauté scientifique et savante. Cependant, ne vous contentez pas de réciter votre cours : vous devez analyser les deux documents et les confronter.

 

 D’après les documents proposés, montrez que la circulation de la connaissance scientifique est l’objet de débats et d’importants enjeux économiques.

Document 1Aaron Swartz, un héros contemporain

Aaron Swartz est un génie informatique, à plusieurs reprises, il aurait pu capitaliser sur cette virtuosité technique mais ce n’est pas l’argent qui l’intéresse. Aaron Swartz est un idéaliste, ce qu’il défend – avec un caractère de cochon – c’est une idée de l’Internet, et de la manière dont il peut contribuer à la diffusion du savoir.

Aaron Swartz est un idéaliste et quand au milieu des années 2000, les barrières contre un accès libre à l’information s’élèvent encore, son combat devient plus directement politique. […] À la base un étonnement : comment se fait-il que les scientifiques publient gratuitement des articles qui sont commercialisés ensuite par d’énormes plateformes, au chiffre d’affaires gigantesque, privant ainsi l’accès libre du public à ces informations ? Pendant quelques nuits, entre septembre 2010 et janvier 2011, il se glisse dans les conduits d’aération et s’introduit dans une salle de serveurs du MIT pour copier la quasi-totalité des articles d’une de ces plateformes, Jstor, soit 4,8 millions d’articles scientifiques, dans le but de les rendre accessibles au grand public.

Mais il n’aura jamais l’occasion de le faire. Il est arrêté par le service de sécurité du MIT (lui si fort en informatique, il n’a fait aucun effort pour dissimuler son acte) et est traduit en justice. Il devait comparaître en février 2012 devant un tribunal du Massachusetts, où il risquait 35 ans de prison et 1 million de dollars d’amende.

Mais le 11 janvier dernier, il s’est pendu […]. Sa famille et ses amis sont intervenus pour dire à quel point ce suicide était politique. C’est comme ça qu’il est interprété par beaucoup sur Internet, et par grand nombre de chercheurs qui, en hommage à Swartz, ont mis leurs articles en accès libre. […]

Un héros de 2013, c’est peut-être quelqu’un comme Aaron Swartz […] qui ne cherche pas la notoriété (et dont la mort tragique a à peine élargi cette notoriété), quelqu’un dont la lutte est une passion individuelle qui rejoint un souci collectif et contemporain, par exemple le souci de l’accès libre à l’information (contre le contrôle politique des régimes autoritaires, mais aussi contre les barrières commerciales dans nos démocraties).

Xavier de La Porte, « Aaron Swartz, un héros contemporain », Ce qui nous arrive sur la toile, chronique diffusée sur France Culture le 10 décembre 2013.

Document 2Loi pour une République numérique

Loi pour une République numérique, JORF n° 0235 Loi n° 2016-1321, article 30, 8 octobre 2016.

 

Les clés du sujet

Identifier les documents

hggspT_2000_00_33C_01

Comprendre la consigne

Les textes évoquent la liberté d’accès à la connaissance scientifique. Ils mettent en regard les intérêts particuliers et le bien général.

Le sujet implique des acteurs qui n’ont pas les mêmes priorités : si les scientifiques ont intérêt à ce que leurs recherches circulent facilement, les universités sont soumises à la concurrence et exercent un contrôle. Les éditeurs privés défendent quant à eux leurs intérêts économiques. L’État intervient comme régulateur dans le cadre de la loi.

Dégager la problématique et construire le plan

Un plan thématique s’impose. Il peut s’articuler autour des différences entre les acteurs : Quelles positions divergentes peuvent s’opposer sur la question de la circulation de la connaissance ?

Tableau de 3 lignes, 2 colonnes ;Corps du tableau de 3 lignes ;Ligne 1 : I. Les scientifiques en faveur de la libre circulation; Quels droits pour les scientifiques ?Pourquoi sont-ils favorables à ce que l’on facilite la circulation de leurs recherches ?; Ligne 2 : II. Des obstacles à la circulation libre et gratuite; Quels autres acteurs ont des intérêts divergents ?Quels sont les problèmes économiques et juridiques soulevés ?; Ligne 3 : III. L’État régulateur; Comment l’État assure-t-il son rôle de protection et de contrôle ?;