Degas et la DMLA

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : 1re ES - 1re L | Thème(s) : De l’œil au cerveau - Représentation visuelle : synthèse
Type : Partie 1 | Année : 2011 | Académie : Inédit
Unit 1 - | Corpus Sujets - 1 Sujet
 
Degas et la DMLA

Représentation visuelle

Corrigé

5

Thèmes communs

sci1_1100_00_18C

Sujet inédit

Représentation visuelle • 8 points

La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) est une maladie de la rétine définie par la société française d’ophtalmologie ainsi : « Ensemble des lésions de la région maculaire, dégénératives, non inflammatoires, acquises, apparaissant après l’âge de cinquante ans et entraînant une altération de la fonction maculaire et de la vision centrale. » Actuellement, on
sait que cette maladie est provoquée par l’altération d’une catégorie de photorécepteurs, les cônes qui finissent par disparaître. Les traitements existants permettent de ralentir l’évolution de la maladie mais sans la
guérir.

Document 1

La peinture de Degas influencée
par une dégénérescence maculaire

Degas est reconnu aujourd’hui comme l’un des grands impressionnistes au côté de ses amis, Renoir et Manet. Il a ressenti relativement précocement dans sa vie les troubles visuels qui allaient le handicaper, notamment au niveau de l’œil droit et qui allaient lui faire perdre une grande partie de la sensibilité aux contrastes et de son acuité visuelle. Certains ont parlé de dégénérescence maculaire qui expliquerait le scotome1 central de son œil droit.

Dans le tableau présenté, les danseuses peintes par Degas, n’ont plus la même grâce que les peintures d’autrefois, les contours sont esquissés, la palette des couleurs a diminué, les visages sont à peine visibles. En dépit de son handicap, il continua à travailler en portant des lunettes ou des lentilles plus ou moins adaptées qui le gênèrent plus qu’elles ne l’aidèrent, voire des systèmes filtrant la lumière du jour qu’il ne pouvait plus supporter. Il ne pouvait imaginer à son époque que sa renommée allait devoir autant à ses peintures impressionnistes et à la limite de l’abstraction qu’à ses œuvres de jeunesse, où la précision du contour, du dessin et la variété des couleurs étaient à l’opposé de ses œuvres tardives. D’ailleurs, son ami Renoir considérait que si Degas était mort à 50 ans, on l’aurait classé comme un peintre honnête, mais pas comme un grand peintre.

1. Le terme scotome désigne l’absence de perception (tache noire dans le champ visuel).


Degas, Danseuses vertes et jaunes, 1903.

Document 2

Densité des photorécepteurs rétiniens


QUESTION 1 (PC)

>1. Dessinez le trajet des rayons issus d’un objet AB lorsqu’il est fixé par un œil normal modélisé par une lentille et un écran. Ce schéma doit être annoté.

>2. Expliquez le devenir des images d’un objet fixé pour un œil atteint de DMLA. Comment font ces patients pour voir les objets et se repérer ?

>3. Après 40 ans, de nombreuses personnes souffrent de presbytie. Leur cristallin ne peut plus accommoder et la vision nette de près devient impossible. En supposant que les médecins de l’époque aient confondu les troubles de Degas avec ceux de la presbytie, citez le type de lentilles qu’ils lui ont probablement proposé et expliquez pourquoi elles ne l’ont pas aidé. Présentez ensuite sur un schéma l’effet d’une telle lentille dans son cas.

QUESTION 2 (SVT)

>1. À l’aide du document 2 et de vos connaissances, expliquez – pour un œil normal – pourquoi les images des objets fixés sont mieux distinguées que celles des objets non fixés.

>2. Faites une liste des différents troubles de la vision chez Degas et expliquez pourquoi les spécialistes affirment qu’il était atteint de DMLA.

Interpréter le sujet

Questions 1 (PC)

>  1.La question porte sur le mécanisme de formation de l’image par l’œil. Il s’agit de restituer les connaissances sur la formation de l’image. Il faut parler ensuite de l’emplacement de l’image sur la rétine pour expliquer le problème de vision d’un œil atteint par la DMLA.

>  3.La question traite de la presbytie et de la lentille qui permet de cor­riger cette déficience : il s’agit d’expliquer brièvement la presbytie et de présenter la lentille qui permet une vision nette ; puis de schématiser l’effet de cette lentille sur un œil atteint de DMLA afin de comprendre pourquoi Degas n’a pu être que gêné.

Question 2 (SVT)

>  1.La question fait appel à vos connaissances : l’acuité visuelle correspond à la capacité à voir deux points d’une image distinctes. Lorsque l’image est floue, les points qui la constituent ne sont pas vus distinctement. Vous devez savoir que les cônes, actifs en forte luminosité, sont plus sensibles aux contrastes que les bâtonnets, ce qui leur permet de mieux discriminer les images. Ceci est à relier au document 2, qui distingue la répartition des cônes et des bâtonnets dans la rétine. Vous devez également être capable d’expliquer en quoi le câblage des différents neurones rétiniens est différent au niveau de la fovéa (ou macula) et au niveau de la périphérie.

>  2.La question s’appuie sur la précédente et demande de mettre en relation les informations extraites du texte sur les troubles de la vision de Degas et les éléments permettant de caractériser DMLA (symptômes et cause de la maladie).

Comprendre les documents

Le document décrit les différents troubles de la rétinopathie (atteinte de la rétine) de Degas. Utilisez des couleurs différentes et soulignez dans le texte ce qui a trait aux troubles visuels liés aux couleurs et ce qui a trait aux troubles visuels liés à l’acuité, ou à la localisation de l’atteinte (ex : scotome). Le document ne comporte pas de « partie physique » à proprement dite car les informations qu’il fournit suffisent pour déduire les réponses attendues dans cette partie.

Organiser la réponse

  • Gérez votre temps dès le début : vous avez à répondre à plusieurs questions et vous devez rédiger vos réponses. Les questions se suivent dans un ordre logique, suivez cet ordre. Pour les schémas, faites-les grands, clairs et annotés et donnez quelques explications sur l’image et son emplacement.
  • Certaines questions demandent une rédaction (par exemple la première question de SVT), d’autres, des réponses courtes (deuxième question de physique-chimie). Ne récitez pas votre cours lorsque c’est inutile. Enfin, lorsqu’on vous demande de saisir des informations dans le texte, n’hésitez pas à le citer brièvement afin d’illustrer votre réponse.
Corrigé

QUESTION 1 (PC)

>1.


L’image AB′ est renversée et se forme au centre du plan focal image de la lentille L placé sur la rétine.

>2. Si l’œil atteint par la DMLA est dépourvu de photorécepteurs au centre de la rétine, l’image d’un objet fixé par l’œil qui est formée à cet emplacement n’est pas transmise (ou partiellement transmise) au cerveau. Cette image n’est donc pas perçue ou très mal. Pour voir un objet correctement, un tel œil ne doit pas fixer l’objet.

>3. Un œil presbyte est un œil qui n’accommode plus lorsqu’un objet est vu de près. L’image de cet objet se forme derrière la rétine. Pour remédier à la presbytie, les médecins prescrivent des lentilles convergentes. Une lentille convergente permet à l’image de se former plus près et ramène ainsi l’image formée sur la rétine.

Degas ne voyait pas flou ou mal parce que l’image de l’objet qu’il fixait se formait derrière sa rétine. Il voyait mal un objet fixé car une partie de l’image qui se formait au centre de sa rétine (rayons bleus en trait plein), n’était pas transmise à son cerveau. Si une lentille convergente était proposée à Degas, elle ne faisait que former l’image d’un objet fixé plus près : l’image n’était plus sur la rétine (rayons en pointillé) et en devenait encore plus floue.


QUESTION 2 (SVT)

>1. Les images des objets fixés sont détectées par les photorécepteurs de la rétine centrale. Sur le document 2, on voit qu’à cet endroit il n’y a que des cônes et qu’ils sont très nombreux (160 000/mm2), alors qu’en périphérie ce sont les bâtonnets qui dominent.

Les cônes permettent une meilleure acuité visuelle, notamment parce qu’ils réagissent à des intensités lumineuses fortes et parce qu’ils permettent de distinguer les couleurs les unes des autres. Néanmoins, la principale raison de la différence d’acuité visuelle entre le centre de la rétine et la périphérie est la différence de câblage des neurones rétiniens. Au niveau de la macula, un cône est relié à un neurone ganglionnaire (donc à une fibre du nerf optique) par l’intermédiaire d’un neurone bipolaire. L’image est détectée point par point. Au niveau de la périphérie, plusieurs photorécepteurs sont reliés à un même neurone ganglionnaire par l’intermédiaire de neurones bipolaires. L’image est décodée tache par tache, l’acuité visuelle est plus faible.

>2. Degas présentait plusieurs troubles caractéristiques de la DMLA : il avait un scotome de l’œil droit, ce qui montre que sa vision centrale était atteinte, les lentilles étaient inefficaces et sa maladie s’est développée tardivement (à partir de 50 ans). Par ailleurs, certains symptômes s’expliquent parfaitement par une dégénérescence des cônes : la baisse de sa sensibilité aux contrastes et de son acuité visuelle (« contours esquissés, visages à peine visibles »), notamment au niveau de la rétine centrale où on sait qu’il n’y a que des cônes, ainsi que la perte de sa capacité à discriminer les couleurs qui est une propriété exclusive des cônes (« la palette des couleurs a diminué », il dessine des danseuses « vertes et jaunes »).