Démographie et financement des retraites

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle ES | Thème(s) : Économie et démographie
Type : Sujet de spécialité | Année : 2013 | Académie : Sujet zéro
 
Unit 1 - | Corpus Sujets - 1 Sujet
 
Démographie et financement des retraites
 
 

Économie et démographie

Corrigé

48

Éco. approfondie

sesT_1300_14_00C

 

Sujet zéro

enseignement de spécialité • 20 points

> Vous analyserez l’impact des variables démographiques sur le financement du système des retraites en France.

Document 1
 

France

1950

1960

1970

1980

1990

2000

2007

2010 (p)

Naissances (en milliers)

858

816

848

800

762

775

786

797

Décès (en milliers)

530

517

540

547

526

531

521

535

Solde migratoire (en milliers)

35

140

180

44

80

70

75

75

Indice de fécondité

2,93

2,73

2,47

1,94

1,78

1,87

1,96

2

Espérance de vie (en nombre d’années en moyenne)

Hommes

63,4

67

68,4

70,2

72,7

75,3

77,4

78,1

Femmes

69,2

73,6

75,9

78,4

80,9

82,8

84,4

84,8

Structurede la population (% de la population en fin d’année)

Moins de 20 ans

29,9

31,9

32,8

30,4

27,5

25,4

24,7

24,3

65 ans ou plus

11,3

11,5

12,1

14,

14,1

16,1

16,6

16,9

 

Source : D’après Gilles Pison, Population et société, n° 476, INED, mars 2011.

(p) : « Provisoire. »

Document 2

Le besoin de financement de l’ensemble du système de retraite en 2008 est évalué par la DREES1 à partir des comptes de la protection sociale à - 10,9 milliards d’euros, soit - 0,6 point de PIB, la masse des pensions versées étant de 261 milliards d’euros. […]

Le nombre des retraités progresserait quant à lui rapidement jusqu’en 2050, passant de 15 millions en 2008 à 22,9 millions en 2050. Sous l’effet de l’arrivée à l’âge de la retraite des générations nombreuses du baby-boom, la hausse serait particulièrement rapide jusque vers 2035. Au-delà, la croissance du nombre de retraités, plus modérée, serait tirée par la poursuite de l’allongement de l’espérance de vie aux âges élevés. Ces évolutions sont comparables à celles des projections de 2007.

Au total, le ratio démographique, qui rapporte les effectifs de cotisants aux effectifs de retraités, se détériorerait plus rapidement que dans les projections de 2007 […] du fait de la baisse du nombre de cotisants liée à la crise, pour atteindre à long terme un peu moins de 1,2 cotisant pour un retraité.

8e rapport du Conseil d’orientation des retraites, avril 2010.

1. Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques.

Entrer dans le sujet, définir les mots clés

En France, le système de retraite est un régime de retraite par répartition : les cotisations, versées par les actifs, sont immédiatement utilisées pour payer les pensions des retraités. L’équilibre financier de ce régime dépend du rapport entre le nombre de cotisants et celui des retraités. Pour traiter le sujet, il faudra donc montrer comment les variables démographiques (natalité, mortalité, mouvements migratoires) évoluent et quelles en sont les conséquences pour le système de retraite en France.

Analyser les documents

Document 1

Il permet d’étudier l’évolution des variables démographiques depuis les années 1950 en France. On constate une baisse du nombre de naissances entre 1950 et 1990, suivie d’une hausse à partir de 2000. Cette évolution se traduit par une baisse de la fécondité qui atteint un plancher en 1990. Si la mortalité reste à peu près stable, l’espérance de vie a augmenté de près de 15 ans pour les hommes et les femmes en 60 ans. La principale conséquence de ces évolutions est une part de plus en plus importante de la population âgée de plus de 65 ans, alors que la part des moins de 20 ans baisse. Ce vieillissement ne peut être compensé par les mouvements migratoires car le solde migratoire tend à baisser au cours des années 1990.

Document 2

Émanant du Conseil d’orientation des retraites, créé en 2000 et chargé de suivre l’évolution du système de retraite, il met l’accent sur le déficit croissant du système de retraite en France. De plus, il prévoit une hausse du nombre de retraités de plus de 7,9 millions d’ici à 2050. Ces prévisions s’expliquent par le départ en retraite des générations du baby-boom dans un premier temps, puis par l’allongement de l’espérance de vie. La part des cotisants ne peut que baisser par rapport au nombre des retraités. Cependant, la baisse relative du nombre de cotisants s’explique en partie par la crise, entraînant une hausse du nombre de chômeurs qui ne cotisent pas.

Définir le plan

Le plan peut distinguer deux parties. La première expliquera comment le vieillissement remet en cause le financement du régime de retraite par répartition, la seconde nuancera les effets des variables démographiques sur ce financement.

Corrigé

Introduction

  • Depuis les années 1990, différents gouvernements ont réformé le système de retraite en France ; le but proclamé est de sauver un régime de retraite par répartition dans lequel les pensions des retraités sont financées par les cotisations des actifs. Le financement de ce système est donc étroitement lié aux variables démographiques (natalité, mortalité, mouvements migratoires) car de ces variables dépend l’équilibre financier du système de retraite.
  • Dans un premier temps, le vieillissement de la population remet en cause le financement du régime par répartition, mais d’autres évolutions possibles peuvent en limiter les effets.

Développement

  • La démographie française, entre 1950 et 1990, est caractérisée par une baisse du nombre de naissances qui se traduit par une baisse de la fécondité atteignant un plancher en 1990 : 1,78 enfant, contre 2,93 enfants par femme en 1950. De plus, l’espérance de vie augmente de près de 10 ans au cours de cette période. La principale conséquence de ces évolutions est le vieillissement de la population car la part de la population ayant 65 ans ou plus augmente de 3 points environ (document 1). Pour le système de retraite, cela signifie une baisse du nombre de cotisants et une augmentation du nombre de retraités, augmentation d’autant plus importante que les retraités d’aujourd’hui appartiennent à la génération nombreuse du baby-boom. Dès lors, le Conseil d’orientation des retraites (COR) prévoit un ratio de 1,2 entre le nombre de cotisants et le nombre de retraités, aggravant ainsi le déficit du régime de retraite par répartition (document 2).
  • Même si les prévisions du COR apparaissent plutôt pessimistes (document 2), la fécondité, en France, se redresse depuis les années 1990 et elle serait, selon les prévisions, de 2 enfants par femme en 2010. À terme, on peut penser que les jeunes générations seront plus nombreuses, augmentant ainsi le nombre de cotisants même si l’espérance de vie continue à augmenter. De plus, le ratio de dépendance, qui est le rapport entre le nombre d’individus de moins de 20 ans et de plus de 65 ans et la population de 20 à 64 ans, reste le même entre 1950 et 2010 (41,2 % ; document 1). On peut en conclure que les dépenses supplémentaires liées au versement des pensions de retraite peuvent être compensées par des dépenses moins élevées pour la famille. Le nombre de cotisants dépend également de la situation de l’emploi, et le chômage de masse pénalise le financement des retraites. Enfin, on peut également penser que les mouvements migratoires, constitués d’une population jeune et active, augmentent le rapport entre le nombre de cotisants et le nombre de retraités.

Conclusion

Le vieillissement de la population entraîne des difficultés de plus en plus importantes pour financer le système de retraite par répartition. Cependant, les effets du vieillissement peuvent être compensés par des effets démographiques plus positifs comme la hausse de la fécondité et l’apport d’une population immigrée active. La baisse du chômage peut également apporter de nouvelles ressources au régime de retraite.