Démographie et régime de retraite par répartition

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle ES | Thème(s) : Économie et démographie
Type : Sujet de spécialité | Année : 2013 | Académie : France métropolitaine
 
Unit 1 - | Corpus Sujets - 1 Sujet
 
Démographie et régime de retraite par répartition
 
 

Économie et démographie

sesT_1309_07_05C

éco. approfondie

45

CORRIGE

 

France métropolitaine • Septembre 2013

enseignement de spécialité • 20 points

> Quel est l’impact des variables démographiques sur le régime de retraite par répartition en France ?

Document 1

Cotisants, retraités et rapport démographique du régime général


 

Source : Insee, Tableaux de l’économie française, édition 2012.

1. Effectifs au 31 décembre jusqu’en 1981, au 1er juillet à partir de 1982.

2. Nombre de cotisants rapporté au nombre de retraités.

Champ : France métropolitaine.

Document 2

 

Les politiques menées au cours des vingt dernières années ont toutes visé la limitation des dépenses publiques de retraite. Ces réformes ont été décidées pour faire face au vieillissement de la population, et notamment à l’allongement de la durée de vie. Elles imposent un choix entre toucher des retraites plus basses plus longtemps ou bien travailler plus longtemps (et épargner) pour toucher des retraites plus élevées. Une autre solution – cotiser plus pour garantir des retraites de même niveau plus longtemps – semble avoir été exclue pour des raisons économiques.

La baisse programmée des retraites publiques financées en répartition va sans doute impliquer à terme un retour de la pauvreté et des inégalités fortes chez les personnes âgées. […]

Pour ceux qui en ont les moyens, cette baisse des retraites publiques appelle un complément par des retraites privées financées en capitalisation. Elles sont censées mieux résister au déséquilibre démographique. En tout cas, elles permettent au gouvernement de faire porter sur la sphère privée les conséquences du choc démographique à venir.

Bruno Palier, La réforme des retraites, 2012.

Entrer dans le sujet, définir les mots clés

En France, le système de retraite est un régime de retraite par répartition : les pensions de retraite sont financées par les cotisations des actifs occupant un emploi. L’équilibre financier de ce régime dépend donc du rapport entre le nombre de cotisants et celui des retraités. Ainsi, les variables démographiques, c’est-à-dire la natalité, la mortalité et les mouvements migratoires, peuvent avoir des effets sur le financement des pensions versées aux retraités. Il faut donc savoir comment évoluent ces variables et les conséquences sur le régime par répartition.

Analyser les documents

Document 1

Ce document statistique permet de mesurer l’évolution du rapport démographique, rapport entre le nombre de cotisants et le nombre de retraités. Il était de 3,2 en 1975 (ce qui signifie que les cotisants étaient 3,2 fois plus nombreux que les retraités) et de 1,4 en 2010. Cette baisse est due à une croissance plus importante du nombre de retraités (multiplié par plus de 3) que du nombre de cotisants (à peine 1,2 fois plus nombreux) au cours de cette période.

Document 2

Le texte nous apprend que le gouvernement, pour assurer l’équilibre financier de la retraite par répartition, prend des mesures pour baisser les dépenses de retraite. La solution privilégiée est d’allonger le temps d’activité et donc de cotisation, ou de laisser les retraités choisir une baisse de leur pension de retraite. Ces réformes risquent d’avoir deux effets principaux : augmentation du nombre de retraités pauvres et augmentation des inégalités entre les plus âgés, les actifs les mieux rémunérés pouvant se garantir contre une baisse de leur pension en épargnant pour financer un complément de retraite.

Définir le plan

Les effets de l’évolution des variables démographiques sur l’équilibre financier du régime par répartition seront étudiés dans une première partie. Dans une seconde partie, les mesures pour rétablir cet équilibre seront analysées.

Corrigé

Introduction

  • Depuis les années 1990, différents gouvernements ont réformé le système de retraite en France, l’objectif étant de sauver le régime de retraite par répartition menacé par l’évolution de la démographie. En effet, le système par répartition implique que les pensions de retraite sont financées par les cotisations des actifs occupant un emploi.

Mais l’évolution des variables démographiques (natalité, mortalité, mouvements migratoires) remet en cause l’équilibre financier du régime de retraite par répartition, ce qui nécessite la mise en œuvre de réformes pour le sauver.

Développement

  • L’évolution de la population française est caractérisée par son vieillissement : la part de la population âgée de plus de 60 ans tend à augmenter dans la population totale (document 2). Les causes de cette évolution sont la baisse de la fécondité à partir des années 1970, puis l’allongement de l’espérance de vie. Cette évolution entraîne une baisse du rapport démographique : en 1975, il y avait 3,2 cotisants pour un retraité, contre 1,2 environ en 2010 (document 1). Cette progression plus rapide du nombre de retraités que du nombre de cotisants se traduit par une remise en cause de l’équilibre financier du régime de retraite, dont le déficit s’aggrave. Dans un contexte de réduction du déficit public lié aux contraintes du pacte de stabilité, renforcées par les conséquences de la crise financière de 2008 pour les finances publiques, il devient nécessaire de réformer ce régime de retraite afin de le sauvegarder.
  • Depuis les années 1990, les réformes du régime de retraite en France sont marquées par la volonté de ne pas remettre en cause le système par répartition. Les différents gouvernements, depuis le milieu des années 1990, ont choisi d’allonger le temps de cotisations d’une part en augmentant le nombre de trimestres de cotisation nécessaires pour percevoir une retraite pleine, et d’autre part en faisant passer l’âge de la retraite de 60 à 62 ans. Mais ces réformes risquent de provoquer une augmentation de la pauvreté parmi les retraités et d’accentuer les inégalités. En effet, les actifs les mieux rémunérés vont consacrer une partie de leur épargne à financer un capital qui leur sera reversé au moment de leur départ en retraite. Dès lors, une part plus importante du système retraite échappera à la logique publique de la répartition et s’inscrira dans un système privé de capitalisation (document 2).

Conclusion

Le vieillissement de la population en France rend plus difficile le financement du système de retraite par répartition. Les réformes mises en œuvre pour assurer l’équilibre financier des retraites peuvent avoir des effets négatifs pour la cohésion sociale : plus de pauvreté chez les personnes âgées et accentuation des inégalités.