Des mots et des maux (texte de Hugo, tableau de N. Rockwell)

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : 3e | Thème(s) : Dénoncer les travers de la société
Type : Sujet complet | Année : 2019 | Académie : Amérique du Nord

DÉNONCER

Dénoncer les travers de la société

10

fra3_1906_02_00C

Amérique du Nord • Juin 2019

100 points

Des mots et des maux

document a Texte littéraire

Jeunes gens, prenez garde aux choses que vous dites.

Tout peut sortir d’un mot qu’en passant vous perdîtes.

Tout, la haine et le deuil ! – Et ne m’objectez1 pas

Que vos amis sont sûrs et que vous parlez bas… –

Écoutez bien ceci :

Tête-à-tête, en pantoufle,

Portes closes, chez vous, sans un témoin qui souffle,

Vous dites à l’oreille au plus mystérieux

De vos amis de cœur, ou, si vous l’aimez mieux,

Vous murmurez tout seul, croyant presque vous taire,

Dans le fond d’une cave à trente pieds sous terre,

Un mot désagréable à quelque individu2 ;

Ce mot que vous croyez qu’on n’a pas entendu,

Que vous disiez si bas dans un lieu sourd et sombre,

Court à peine lâché, part, bondit, sort de l’ombre !

Tenez, il est dehors ! Il connaît son chemin.

Il marche, il a deux pieds, un bâton à la main,

De bons souliers ferrés, un passeport en règle ;

– Au besoin, il prendrait des ailes comme l’aigle ! –

Il vous échappe, il fuit, rien ne l’arrêtera.

Il suit le quai, franchit la place, et cætera3,

Passe l’eau sans bateau dans la saison des crues,

Et va, tout à travers un dédale de rues,

Droit chez l’individu dont vous avez parlé.

Il sait le numéro, l’étage ; il a la clé,

Il monte l’escalier, ouvre la porte, passe,

Entre, arrive, et, railleur4, regardant l’homme en face,

Dit : – Me voilà ! je sors de la bouche d’un tel5. –

Et c’est fait. Vous avez un ennemi mortel.

Victor Hugo, Toute la Lyre, III, XXI, 1888.

1. Objecter : formuler une objection, opposer un argument.

2. Un mot désagréable à quelque individu : un mot désagréable à propos de quelque individu.

3. Et cætera : locution latine abrégée généralement en français par etc., qu’on emploie au terme d’une énumération et qui signifie « et ainsi de suite ».

4. Railleur : moqueur, ironique.

5. Un tel : désigne ici la personne qui a parlé.

document b Norman Rockwell, The Gossips (Les Commérages), 1948

Peinture pour une couverture du Saturday Evening (6 mars 1948), huile sur toile, collection privée.

Vous pouvez visionner cette peinture sur la page :

bit.ly/Rockwell_Gossips

travail sur le texte littéraire
et sur l’image 50 points • 1 h 10

Les réponses doivent être entièrement rédigées.

Grammaire et compétences linguistiques

▶ 1. a) Donnez le mode et le temps de : « prenez » (vers 1), « objectez » (vers 3), « Écoutez » (vers 5). (2 points)

b) Pourquoi ce mode est-il utilisé ? (2 points)

▶ 2. Vers 1 à 3 : relevez les déterminants contenus dans les trois premières phrases du texte. (2 points)

▶ 3. Réécrivez le passage suivant en remplaçant « il » par « ils ».

Faites toutes les modifications nécessaires. (10 points)

« Il vous échappe, il fuit, rien ne l’arrêtera.

Il suit le quai, franchit la place, et cætera,

Passe l’eau sans bateau dans la saison des crues,

Et va, tout à travers un dédale de rues,

Droit chez l’individu dont vous avez parlé. » (vers 20 à 24)

▶ 4. « Et ne m’objectez pas/Que vos amis sont sûrs […] » (vers 3 et 4).

a) Quelle est la nature de « que » ? (2 points)

b) Justifiez votre réponse. (2 points)

Compréhension et compétences d’interprétation

▶ 5. Expliquez les conséquences qu’entraîne, selon ce texte, le fait de prononcer un « mot désagréable » (vers 11).

Justifiez votre réponse en vous appuyant sur deux éléments du texte. (4 points)

▶ 6. Vers 3 à 11 : quelles sont les précautions que les « jeunes gens » peuvent estimer avoir prises pour éviter que leurs paroles ne soient rapportées ? Citez au moins deux éléments en prenant appui sur le texte. (4 points)

▶ 7. Vers 12 à 27 :

a) À quel terme renvoie le pronom « il » ? (2 points)

b) Quelle figure de style est ici utilisée ? (2 points)

c) Quel effet cette figure de style produit-elle ? (2 points)

▶ 8. Vers 13 : « Que vous disiez si bas dans un lieu sourd et sombre ».

a) Quel effet sonore remarquez-vous dans ce vers ? (2 points)

b) Pourquoi le poète l’emploie-t-il ? (3 points)

▶ 9. Quel conseil le poète souhaite-t-il adresser aux « jeunes gens » dans ce texte ? Selon vous, quel passage l’illustre avec le plus de force ?

Expliquez pourquoi. (5 points)

▶ 10. a) Dans le tableau de Norman Rockwell, pourquoi chaque personnage est-il représenté deux fois ? (2 points)

b) Comparez le texte et le tableau de Norman Rockwell. Dans les deux documents, comment la parole prononcée se retourne-t-elle contre son locuteur ? (4 points)

dictée 10 points • 20 min

Le nom « la Croix-de-Colbas », ainsi que le nom de l’auteur et le titre de l’œuvre sont écrits au tableau.

Victor Hugo

Les Misérables, 1862

L’homme baissa la tête, ramassa le sac qu’il avait déposé à terre, et s’en alla.

Il prit la grande rue. Il marchait devant lui au hasard, rasant de près les maisons comme un homme humilié et triste. Il ne se retourna pas une seule fois. S’il s’était retourné, il aurait vu l’aubergiste de la Croix-de-­Colbas sur le seuil de sa porte, entouré de tous les voyageurs de son auberge et de tous les passants de la rue, parlant vivement et le désignant du doigt ; et, aux regards de défiance et d’effroi du groupe, il aurait deviné qu’avant peu son arrivée serait l’événement de toute la ville.

Il ne vit rien de tout cela. Les gens accablés ne regardent pas derrière eux. Ils ne savent que trop que le mauvais sort les suit.

rédaction 40 points • 1 h 30

Vous traiterez au choix le sujet d’imagination ou le sujet de réflexion.

Sujet d’imagination

Dans votre quartier, les habitants s’interrogent sur la soudaine fortune d’un voisin.

Les rumeurs les plus extravagantes circulent.

Imaginez les conversations qui s’ensuivent, jusqu’à ce que la vérité éclate.

Vous veillerez à caractériser les personnages et à mêler récit et dialogue. Votre texte produira un effet comique.

Sujet de réflexion

« Jeunes gens, prenez garde aux choses que vous dites. » (vers 1)

Selon vous, faut-il redouter, rechercher ou même désirer le pouvoir de la parole ?

Vous répondrez à cette question en vous appuyant sur votre expérience, sur les textes étudiés en classe ainsi que sur votre culture personnelle.

Les clés du sujet

Les documents

Le texte littéraire (document A)

Auteur majeur, Victor Hugo a pratiqué tous les genres littéraires : roman, théâtre, littérature d’idées, poésie. Le poème en alexandrins se présente ici comme un conseil donné aux jeunes gens : évitez les médisances.

L’image (document B)

Norman Rockwell est un peintre américain dont les tableaux possèdent un rendu photographique. L’œuvre présentée possède une tonalité comique, proche de la caricature : la diffusion des commérages est ainsi illustrée par une série de visages très expressifs, jusqu’à revenir à la figure de celle qui en est à l’origine.

Rédaction (sujet d’imagination)

Recherche d’idées

La fortune du voisin est aussi soudaine qu’inattendue ; imagine les causes plausibles d’un tel événement : héritage, promotion professionnelle ou vente d’un bien.

Formule ensuite les explications les plus extravagantes à cette fortune : meurtre, chantage, trafic, détournement de fonds, découverte d’un trésor… Chaque habitant mentionnera une hypothèse proche de ses préoccupations : le détournement de fonds pour un banquier, le trésor pour un jeune garçon féru d’aventures romanesques, etc.

Conseils de rédaction

Le sujet n’impose pas une situation d’énonciation précise : tu peux écrire un récit à la première comme à la troisième personne.

Les conversations et rumeurs occupent une place importante dans le devoir. Efforce-toi de varier les manières de rapporter les paroles : discours direct, indirect, indirect libre.

Rédaction (sujet de réflexion)

Recherche d’idées

Pars du constat souligné par le sujet : le pouvoir de la parole. Réfléchis aux cas où la puissance des mots est dangereuse : pense aux discours de certains dictateurs qui ont su obtenir l’adhésion des foules.

Trouve ensuite des situations où il serait souhaitable d’utiliser le pouvoir de la parole, comme lorsqu’on veut défendre une cause qui nous est chère.

Conseils de rédaction

Tu peux répondre à la question posée de manière univoque : il faut redouter (ou au contraire rechercher) le pouvoir de la parole ; mais tu peux aussi proposer une réponse nuancée.

Illustre tes arguments par des exemples tirés de tes lectures (textes contre la peine de mort), de ta culture (discours d’Hitler), de tes expériences (désir de convaincre un ami).