Des territoires inégalement intégrés à la mondialisation

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle S | Thème(s) : La mondialisation, fonctionnement et territoires
Type : Composition | Année : 2015 | Académie : Inédit
Corpus Corpus 1
Des territoires inégalement intégrés à la mondialisation

France métropolitaine 2015

hgeT_1500_00_65C

Sujet complet

1

France métropolitaine • Juin 2015

composition

Les clés du sujet

Entrer dans le sujet

  • Le sujet porte sur une des entrées du programme consacrées à la mondialisation.
  • Votre devoir doit montrer que la mondialisation, c’est-à-dire la mise en relation progressive des territoires et des sociétés à l’échelle mondiale, est un phénomène sélectif. Ainsi, il intègre par les flux certains territoires mais en laisse d’autres en marge.
  • Vous penserez à prendre en compte les différentes échelles : mondiale, continentale, nationale, régionale et locale.

Dégager la problématique

Votre composition doit mettre en évidence une typologie des territoires selon leur degré d’intégration à la mondialisation. La problématique doit en rendre compte. Elle peut prendre cette forme : « Quels types de territoires se distinguent en fonction de leur intégration à la mondialisation ? »

Définir le plan

• Le plan convenant pour ce type de sujet est un plan typologique. Il vous permet de distinguer différentes catégories de territoires en utilisant les notions de centre et de périphérie.

• Une première partie sera consacrée aux centres de la mondialisation ; une deuxième aux périphéries intégrées ; une dernière aux périphéries en marge de l’espace mondialisé.

Corrigé
Corrigé

Les titres en couleur servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie.

Introduction

Gagnez des points !

Une référence bibliographique précise portant sur le cœur du sujet constitue une accroche convaincante.

[Accroche et présentation du sujet] Dans son ouvrage Géographie de la mondialisation (2004) Laurent Carroué parle de la mondialisation comme un « processus producteur de profondes inégalités ». En effet, s’il s’agit de la progressive mise en relation des territoires à l’échelle mondiale, ces derniers y sont plus ou moins intégrés par les flux.

[Problématique et annonce du plan] C’est pourquoi nous tenterons de répondre à la question suivante : quels types de territoires peut-on distinguer selon leur inégale intégration à la mondialisation ? Nous présenterons d’abord les centres de l’espace mondialisé, puis ses périphéries intégrées avant de décrire les territoires qui restent en marge.

I. Les centres de la mondialisation

1. Les pôles de la Triade

  • Constituée des États-Unis, de l’Union européenne et de l’Asie orientale, la Triade est le centre de la mondialisation : elle concentre les richesses et les fonctions décisionnelles mondiales.
  • Représentant seulement 12 % de la population mondiale, la Triade réalise 70 % du PIB mondial et plus de 85 % du commerce mondial.
  • La Triade concentre la quasi-totalité des sièges sociaux des firmes transnationales et des grands centres de recherche (exemple : la Silicon Valley aux États-Unis).

2. Les métropoles mondiales

  • Les métropoles mondiales les plus complètes se trouvent dans les pôles de la Triade : New York, Tokyo, Londres, Paris.
  • Elles concentrent de nombreuses fonctions décisionnelles d’importance mondiale : des sièges de FTN, des bourses de valeurs, des sièges d’institutions politiques internationales (exemple : l’ONU à New York), des universités et grandes écoles prestigieuses.

Définition

L’archipel métropolitain mondial désigne l’ensemble des métropoles mondiales interconnectées.

  • Elles constituent d’importants carrefoursde communication aériens et terrestres. Fonctionnant en réseau, elles forment l’archipel métropolitain mondial.

3. Les grandes façades maritimes

  • Trois grandes façades maritimes jouent un rôle majeur dans l’espace mondialisé : l’Asie orientale, du Japon à Singapour, la Northern Range et le Nord-Est de l’Amérique du Nord.
  • Elles sont des interfaces entre les pôles de la Triade et le reste du monde. Par leurs ports (Shanghai, Rotterdam, Houston) transite une grande partie des échanges commerciaux mondiaux.

II. Les périphéries intégrées à la mondialisation

1. Les pays émergents

  • À côté de la Triade s’affirment des pôles qui, depuis le début du xxie siècle, connaissent une croissance économique rapide : les pays émergents.

Attention !

Compte tenu de leur niveau de développement, les BRICS, Russie mise à part, restent des pays du Sud.

  • Les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) sont les plus dynamiques. Grâce à leurs exportations, ils prennent une part croissante (environ 15 %) dans le commerce mondial. Leurs FTN se hissent dans les premiers rangs mondiaux (exemple : Sinopec, société pétrolière chinoise, 3e FTN mondiale).
  • Les pays du Golfe (Arabie Saoudite, Qatar) et les autres puissances émergentes (Mexique, Turquie, Nigeria, Indonésie) développent leur puissance économique.

2. Les nouvelles métropoles mondiales

  • À côté des métropoles de la Triade, des métropoles du Sud développent des fonctions décisionnelles mondiales : São Paulo (Brésil), Johannesburg (Afrique du Sud), Mumbai (Inde) et Shanghai (Chine) possèdent d’importantes places boursières et d’actifs quartiers d’affaires (exemple : Pudong à Shanghai).
  • Cependant, elles restent des métropoles incomplètes. Leurs fonctions politiques et culturelles sont encore marginales.

3. Les paradis fiscaux

  • Grâce à leur réglementation souple et leur fiscalité allégée, certains États sont particulièrement attractifs pour les capitaux étrangers : les paradis fiscaux (exemples : les îles Caïmans, la Suisse, l’île Maurice).
  • Leurs territoires permettent aux capitaux d’échapper au fisc et à l’argent sale (issu de trafics illégaux) d’être blanchi. Ils participent ainsi aux flux financiers mondialisés.

III. Les périphéries en marge de la mondialisation

1. Les PMA

  • Une cinquantaine d’États, les pays les moins avancés (PMA), restent à l’écart des principaux flux de la mondialisation. On les trouve surtout en Afrique subsaharienne (exemple : Niger) et en Asie du Sud (exemple : Pakistan).
  • Leur exclusion repose sur différents facteurs : une instabilité politique (guerre civile), une forte dépendance économique(aide internationale, exploitation des ressources naturelles par des sociétés étrangères), une situation d’enclavement géographique.

2. Les régions marginales

Info

La mondialisation favorise la métropolisation et la littoralisation.

  • À l’échelle nationale, de nombreuses régions éloignées des aires métropolitaines et des littoraux demeurent à l’écart des flux mondialisés.
  • En Chine, première puissance économique mondiale, les régions littorales captent l’essentiel des flux commerciaux et financiers du pays. Les régions intérieures (exemples : Xinjiang, Tibet) restent à l’écart.

3. Les espaces urbains délaissés

  • À l’échelle intra-urbaine, les quartiers des métropoles mondiales sont inégalement intégrés à l’espace mondialisé. Les quartiers d’affaires de type CBD, situés au centre des agglomérations, s’opposent aux quartiers périphériques.

Définition

La ségrégation sociospatiale est le processus de séparation des catégories sociales dans des quartiers distincts.

  • Cette opposition, doublée d’une forte ségrégation sociospatiale, est particulièrement visible dans les métropoles du Sud. À Mumbai, le BKC, centre d’affaires international, jouxte le bidonville de Dharavi.

Conclusion

[Réponse à la problématique] Ainsi, nous pouvons distinguer trois types de territoires selon leur degré d’intégration à la mondialisation : des territoires au centre de l’espace mondialisé, des périphéries bien intégrées et des territoires en marge, ce à différentes échelles.

[Ouverture] Cette fragmentation territoriale est l’une des critiques formulées par les altermondialistes sur la mondialisation telle qu’elle fonctionne aujourd’hui.