Descartes, La Description du corps humain et de toutes ses fonctions

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle S | Thème(s) : La matière et l'esprit
Type : Explication de texte | Année : 2017 | Académie : Pondichéry

Pondichéry • Avril 2017

explication de texte • Série S

Descartes

Expliquer le texte suivant :

Parce que nous avons tous éprouvé, dès notre enfance, que plusieurs de ses mouvements1 obéissaient à la volonté, qui est une des puissances de l’âme, cela nous a disposés à croire que l’âme est le principe de tous. À quoi aussi a beaucoup contribué l’ignorance de l’Anatomie et des Mécaniques2 : car, ne considérant rien que l’extérieur du corps humain, nous n’avons point imaginé qu’il eut en soi assez d’organes, ou de ressorts, pour se mouvoir de soi-même, en autant de diverses façons que nous voyons qu’il se meut. Et cette erreur a été confirmée, de ce que nous avons jugé que les corps morts avaient les mêmes organes que les vivants, sans qu’il leur manquât autre chose que l’âme, et que toutefois il n’y avait en eux aucun mouvement.

Au lieu que lorsque nous tâchons à connaître plus distinctement notre nature, nous pouvons voir que notre âme, en tant qu’elle est une substance distincte du corps, ne nous est connue que par cela seul qu’elle pense, c’est-à-dire qu’elle entend3, qu’elle veut, qu’elle imagine, qu’elle se ressouvient, et qu’elle sent, parce que toutes ces fonctions sont des espèces de pensée. Et que, puisque les autres fonctions que quelques-uns lui attribuent, comme de mouvoir le cœur et les artères, de digérer les viandes dans l’estomac, et semblables, qui ne contiennent en elles aucune pensée, ne sont que des mouvements corporels, et qu’il est plus ordinaire qu’un corps soit mû par un autre corps, que non pas qu’il soit mû par une âme, nous avons moins de raison de les attribuer à elle qu’à lui.

René Descartes, La Description du corps humain et de toutes ses fonctions, 1647-1648.

1. Ses mouvements : les mouvements du corps.

2. Mécaniques : sciences du mouvement.

3. Entend : comprend.

La connaissance de la doctrine de l’auteur n’est pas requise.

Il faut et il suffit que l’explication rende compte, par la compréhension précise du texte, du problème dont il est question.

Les clés du sujet

Dégager la problématique du texte

Qu’est-ce qui permet à un homme d’être vivant ? Est-ce son âme ? Ou est-ce son corps ? Et quel peut être le rapport de l’âme au corps ? de l’esprit à la matière ? L’étude du vivant, la biologie en dépend directement : ou bien le vivant se définit exclusivement par des lois mécaniques qui sont celles de la matière, ou bien il se définit par un principe de vie impulsé par l’âme. Descartes propose une vision mécaniste du vivant, rendant possible son étude selon des lois strictement physiques.

Repérer la structure et les procédés d’argumentation

Dans un premier temps, Descartes met en avant l’erreur métaphysique et analyse pourquoi on a longtemps cru à tort que le vivant s’expliquait par la présence de l’âme.

Cette erreur levée, Descartes montre comment le vivant peut s’expliquer uniquement par des mouvements corporels, physiques, mécaniques. Il s’agit de la connaissance mécaniste du vivant.

Éviter les erreurs

Ce texte nécessite la maîtrise de trois chapitres : la matière et l’esprit, le vivant, et la conscience. Il faut tenir compte à la fois de la dimension épistémologique (peut-on étudier le vivant comme de la matière inerte ?) et métaphysique (un corps a-t-il besoin d’une âme pour porter la vie ?).