Annale corrigée Analyse de document(s) Ancien programme

Deux points de vue sur le rôle de l'État en France depuis 1946

Afrique • Juin 2018

analyse de documents

Deux points de vue sur le rôle de l'État en France depuis 1946

Confrontez les documents pour présenter la place de l'État après 1946. Montrez que les documents expriment deux points de vue différents.

document 1 Jean Monnet, commissaire au Plan devant la carte des réalisations du Plan, à Paris, en 1949

Traduction de haut en bas et de gauche à droite : marine marchande, charbon, pétrole et carburant, voitures/camions, acier, tracteurs, blé, chemins de fer, lait, viande, énergie électrique, engrais, ciment. En marge à gauche : balance commerciale.

hgeT_1806_01_00C_01

Fondation Jean Monnet pour l'Europe, site consulté le 18 novembre 2016, https://jean-monnet.ch/1945-1950-le-plan-monnet

document 2 Discours du Premier ministre Jacques Chaban-Delmas à l'Assemblée nationale, 16 septembre 1969

Tentaculaire et en même temps inefficace : voilà, nous le savons tous, ce qu'est en passe de devenir l'État, et cela, en dépit de l'existence d'un corps de fonctionnaires, très généralement compétents et parfois remarquables.

Tentaculaire, car, par l'extension indéfinie de ses responsabilités, il a peu à peu mis en tutelle la société française tout entière.

Cette évolution ne se serait point produite si, dans ses profondeurs, notre société ne l'avait réclamée. Or c'est bien ce qui s'est passé. Le renouveau de la France après la Libération, s'il a mobilisé les énergies, a aussi consolidé une vieille tradition colbertiste et jacobine1, faisant de l'État une nouvelle providence. Il n'est presque aucune profession, il n'est aucune catégorie sociale qui n'ait, depuis vingt-cinq ans, réclamé ou exigé de lui protection, subventions, détaxation ou réglementation. Mais, si l'État ainsi sollicité a constamment étendu son emprise, son efficacité ne s'est pas accrue car souvent les modalités de ses interventions ne lui permettent pas d'atteindre ses buts.

www.assemblee-nationale.fr/histoire/Chaban1969.asp consulté le 18 novembre 2016.

1. Tradition colbertiste et jacobine : doctrine qui tend à organiser le pouvoir de façon administrative et centralisée.

Les clés du sujet

Lire la consigne

La consigne est centrée sur le rôle de l'État en France de 1946 (début de la IVe République) à 1969 (démission du général de Gaulle, premier président de la Ve République).

Observer les documents

Les documents proposés sont très différents quant à leur nature, leur date et leur point de vue. Cependant, ils concernent tous deux le rôle de l'État en France.

Le premier, extrait du site de la Fondation Jean Monnet, est une photographie de Jean Monnet, commissaire au Plan posant devant la carte des réalisations du premier plan quinquennal en 1949. Il valorise la planification mise en œuvre par l'État.

Le second est un discours du Premier ministre Jacques Chaban-Delmas à l'Assemblée nationale, prononcé le 16 septembre 1969. Il critique la toute-puissance de l'État.

Définir les axes de l'analyse

Vous devez éviter de dissocier les deux documents en consacrant une première partie qui montre le rôle moteur de l'État (document 1) et une seconde qui souligne ses limites (document 2).

Un plan analytique permet de confronter les documents tout au long du développement : en première partie, vous rappellerez le contexte de l'interventionnisme étatique  en deuxième partie, ses réalisations  et en troisième, les résultats et les effets obtenus.

Corrigé

Introduction

info

Il s'agit du fameux ­discours de Jacques Chaban-Delmas présentant le projet de « nouvelle société ».

[Présentation des documents] Deux documents nous sont proposés : le premier est une photographie officielle extraite du site de la Fondation Jean Monnet pour l'Europe. Elle présente Jean Monnet, commissaire au Plan posant devant la carte de ses réalisations en 1949, trois ans après le lancement du premier plan quinquennal. Le second document est un discours politique de Jacques Chaban-Delmas, Premier ministre du président Georges Pompidou, prononcé devant l'Assemblée nationale en septembre 1969, quelques mois après la démission de Charles de Gaulle. Il y critique l'influence excessive de l'État.

[Problématique et annonce du plan] L'analyse de ces documents nous permettra de répondre à la question suivante : quel rôle l'État exerce-t-il en France de 1946 à 1969 ? En premier lieu, nous reviendrons sur le contexte historique, puis nous préciserons ses formes d'intervention et nous terminerons par un bilan de son action.

I. Un contexte favorable à l'interventionnisme étatique

1. « Une vieille tradition colbertiste et jacobine »

En 1946, l'État français est l'héritier d'une tradition centralisatrice : les décisions stratégiques sont prises au plus haut niveau, depuis la capitale.

Le document 1 l'illustre par le choix de Paris comme siège du Commissariat au plan.

2. La mise en œuvre du programme du CNR

L'interventionnisme étatique s'inspire directement du programme du Conseil national de la Résistance élaboré en mars 1944 par les chefs de la Résistance.

Il bénéficie d'un large consensus politique, comme le rappelle la phrase « Cette évolution ne se serait point produite si, dans ses profondeurs, notre société ne l'avait réclamée ».

3. L'impératif de la reconstruction et de la modernisation

L'occupation allemande et les combats de la Libération ont détruit une grande partie du potentiel économique du pays.

gagnez des points !

La mécanisation est évoquée par la production de tracteurs dans le document 1.

De plus, la France se caractérise par l'archaïsme de ses structures économiques (exemple : la part importante des petites exploitations agricoles, frein à la mécanisation).

II. Les formes d'intervention de l'État

1. Dans le domaine économique

attention !

Cette précision permet la distinction avec la planification autoritaire de l'Union soviétique.

Dès 1946 est créé un Commissariat général au Plan, confié à Jean Monnet. Il met en œuvre une planification indicative ciblée sur des activités stratégiques : la production d'énergie, les industries lourdes et les transports (document 1).

Dès 1945, l'État nationalise de grandes entreprises dans ces secteurs, ce qui lui permet d'avoir les moyens d'augmenter la production en mobilisant la main-d'œuvre (document 2).

2. Dans le domaine social

Comme le rappelle Jacques Chaban-Delmas, un État-providence se met en place dès la Libération. Il s'agit de protéger les plus vulnérables et de redistribuer les richesses.

Ainsi en 1945 est créée la Sécurité sociale  en 1950 est instauré le SMIG (salaire minimum interprofessionnel garanti).

III. Quel bilan de l'intervention de l'État ?

1. Des succès économiques (document 1)

La planification permet d'augmenter la production agricole et industrielle : la production de blé progresse de 50 % de 1945 à 1949  celle de l'acier double pendant la même période.

La balance commerciale du pays reste néanmoins déficitaire, ce qui montre la nécessité pour l'État de poursuivre les efforts entrepris.

2. Un État « tentaculaire […] et inefficace » (document 2)

Pour Jacques Chaban-Delmas, l'État-providence a « mis en tutelle la société tout entière » par son action protectrice et régulatrice (« protection… réglementation »). Il fait allusion à la Sécurité sociale.

De plus, l'État-providence serait inefficace. L'auteur critique sans doute la pesanteur de l'administration, sans nier la compétence de ses serviteurs (premier paragraphe).

Conclusion

[Réponse à la problématique] Ainsi, dans un contexte favorable à l'intervention de l'État, ce dernier exerce un rôle moteur dans les domaines économique et social. Le bilan de son action est diversement évalué.

[Critique des documents] L'intérêt de ces documents est la confrontation de points de vue opposés. Leur limite est qu'ils émanent de dirigeants et ne présentent pas l'avis des citoyens.

Accéder à tous les contenus
dès 6,79€/mois

  • Les dernières annales corrigées et expliquées
  • Des fiches de cours et cours vidéo/audio
  • Des conseils et méthodes pour réussir ses examens
  • Pas de publicités
S'abonner