Dialogue entre un metteur en scène et un comédien quant au choix d'un extrait à jouer

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : 1re STI2D - 1re STMG - 1re ST2S - 1re STL | Thème(s) : L'écriture d'invention - Le théâtre, texte et représentation
Type : Écriture d'invention | Année : 2010 | Académie : Polynésie

 Un metteur en scène doit choisir dans le document A ou le document B un passage pour faire jouer à ses comédiens une scène de conflit. Il leur explique son choix et les idées de mise en scène que ce passage lui inspire. L'un des comédiens propose le choix d'un autre passage du document A ou du document B et le justifie par les possibilités de mise en scène qu'il offre.
 Vous rédigerez leur discussion en quelques répliques de dialogue. Vous veillerez à ce que les répliques soient suffisamment développées (de trois à six environ pour la totalité du dialogue).

Se reporter aux textes du corpus.
 

     LES CLÉS DU SUJET  

Comprendre le sujet

Analysez chacun des mots de la consigne ; cela permet de faire la « définition » du texte à produire et de cerner les contraintes.

Ici :

  • Objet d'étude : « metteur en scène », « comédiens »… le théâtre.

  • Sujet / thème du texte : « choix d'un passage », « idées de mise en scène », « possibilités de mise en scène ».

  • Genre du texte à produire : « discussion, « dialogue »  cela peut éventuellement prendre la forme d'une scène de théâtre.

  • Type de texte (ou forme de discours) : « explique »  texte explicatif ; « son choix / idées (de mise en scène) / justifie (son choix) »  texte argumentatif.

  • Thèse : il y en a deux, puisqu'il y a deux interlocuteurs.

    Thèse 1 : « J'ai choisi de vous faire jouer ce passage parce qu'il offre des possibilités de mise en scène intéressantes et efficaces. »

    Thèse 2 : « Je pense que ce passage est plus intéressant à mettre en scène » : il s'agit donc de deux thèses qui s'opposent.

  • Le registre ne vous est pas indiqué ; vous avez le choix.

  • Situation d'énonciation : Qui ? Un metteur en scène : il devra dire « je ». À qui ? à ses comédiens. Puis : qui ? un comédien. À qui ? au metteur en scène, et, par-delà, aux autres comédiens.

  • Niveau de langue : correct ; les comédiens d'une troupe n'utilisent pas entre eux un niveau de langue soutenu.

Définition du texte

Dialogue (de théâtre ?) (genre), explicatif et argumentatif (type de texte), sur deux passages (de conflit) d'une scène de théâtre (thème), ? (registre), pour décider d'un passage de pièce de théâtre à jouer et imposer son choix (buts).

Réussir l'écriture d'invention : voir guide méthodologique.

Le dialogue : voir lexique des notions.

Le théâtre : voir lexique des notions.

Chercher des idées

Le fond

Les choix à faire

  • Les passages à choisir : le sujet n'est pas clair : on pourrait ­comprendre qu'il faut choisir deux passages dans la même scène (A ou B) ; mais cela n'aurait pas grand intérêt et serait à peine faisable ; en effet la scène de Molière est très courte et ne présente pas de parties bien ­distinctes qui permettraient de les opposer.

    Nous avons pris le parti (qui nous semble être le seul à présenter un intérêt) de choisir un passage de chacune des scènes.

  • La mise en scène : vous devez imaginer la mise en scène et faire des allusions précises à des éléments de cette mise en scène. Faites dans ce cas la liste des détails proprement « scénographiques » et concrets que vous pouvez mentionner (décor, costumes, effets de lumière, jeu des acteurs, mouvements, mimiques…). Des exemples précis permettront à votre lecteur de s'imaginer la mise en scène.

  • Le registre du texte : il dépendra des rapports entre les interlocuteurs mais, comme il s'agit d'un dialogue où deux conceptions opposées s'affrontent, il pourra être polémique.

Quelques pistes

  • Deux passages possibles

    • Les lignes 11 à 43 de la scène de Molière.

    • Les lignes 1 à 42 de la scène de Musset.

  • Pour le passage de L'Avare :

    • Intérêt : elle offre plus de variété dans les jeux de scène parce qu'elle met en scène trois personnages ; le conflit est alors plus complexe ; plus de mouvements, de mimiques suggérés ; intérêt des apartés ; « paranoïa » d'Harpagon soupçonnant tout le monde qui crée un effet de comique mais est aussi inquiétante (notamment pour ses enfants). contraste entre la brutalité d'Harpagon et la soumission de ses enfants.

    • Idées de mise en scène : jeu d'Harpagon quand il détaille les vêtements (caricature possible et résistance exaspérée mais muette de Cléante) (l. 29-34) ; Harpagon avec une calculatrice pour estimer le montant des intérêts de placement (l. 34-36) ; jeu des « signes » et mimiques entre Élise et Cléante (l. 38-39)… Scène moins statique que celle de Musset.

  • Pour le passage de Il ne faut jurer de rien :

    • Intérêt : scène qui ressemble à un interrogatoire judiciaire ou à un sermon : la progression de la colère, l'irritation croissante de Van Buck ponctuée par les répliques de Valentin ; la solennité des répliques de Van Buck – qui est à la fois juge et partie (« Monsieur », vouvoiement, généralités…), son ton dépréciatif (mots péjoratifs) ; en contraste, l'ironie impertinente et frondeuse de Valentin ; multiples interruptions de parole. Mais on devine une certaine bonhomie de la part de Van Buck ; un désaccord superficiel, qui donne à la scène un ton comique, dynamique. En somme, une scène où le ton du conflit est double (apparemment sérieux mais en fait plaisant). Le ton doit faire comprendre cette dualité – plus que les gestes.

    • Idées de mise en scène : le jeu assis-debout au début de la scène (peut être rendu de façon comique) ; gestes didactiques et (trop) solennels de Van Buck ; clins d'œil de Valentin au public…

La forme, l'écriture

  • Vous ne devez pas employer le vocabulaire « technique » de la dissertation ou du commentaire, qu'une troupe de théâtre n'est pas censée manier. Ne parlez pas d'« énonciation », dites plutôt : « le jeu de (tel acteur) fait bien sentir que le personnage est un bouffon… ».

  • Mais vous pouvez utiliser le vocabulaire technique de la mise en scène (exemples : « scénographie, machinerie, gestuelle, poursuite (type d'éclairage qui suit un des personnages)… »), car il s'agit de gens du métier.