Diplôme et insertion professionnelle

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle ES | Thème(s) : Classes, stratification et mobilité sociales
Type : Étude d'un document | Année : 2012 | Académie : Inédit
 
Unit 1 - | Corpus Sujets - 1 Sujet
 
Diplôme et insertion professionnelle
 
 

Classes, stratification et mobilité sociales

Corrigé

34

Ens. spécifique

sesT_1200_00_30C

 

Sujet inédit

étude d’un document • 4 points

> Après avoir présenté et analysé le document ci-dessous, répondez à la question : quelles relations peut-on établir entre le niveau de diplôme et l’insertion professionnelle ?

Document

Inégalités d’insertion professionnelle en 2007 pour quelques sortants du système scolaire en 2004, selon le diplôme, le sexe
et la situation face à l’emploi

 

Taux de chômage (en %)

Salaire médian pour un équivalent temps plein (en euros par mois)

Temps partiel contraint (en %)1

Hommes

Femmes

Hommes

Femmes

Hommes

Femmes

Ensemble

14

15

1 400

1 340

4

14

Non diplômé

29

38

1 200

1 140

8

25

Bac général

15

14

1 350

1 210

7

17

Bac + 2

7

7

1 500

1 410

3

8

DESS, DEA2, ­Master 2

5

7

2 000

1 700

3

6

École de commerce et d’ingénieurs

2

7

2 250

2 110

0

2

Doctorat

8

7

2 170

2 200

5

6

 

Source : CÉREQ, enquête Génération 2004.

Champ : Ensemble des jeunes sortis du système éducatif en 2004 (737 000 individus).

1. Proportion de jeunes qui occupent un emploi à temps partiel alors qu’ils souhaitent travailler à temps plein.

2. DESS : diplôme d’études supérieures spécialisées ; DEA : diplôme d’études approfondies (bac + 5 ou plus).

Entrer dans le sujet, définir les mots clés

  • Le sujet invite à s’interroger sur la relation entre niveau de diplôme et insertion professionnelle.
  • Être inséré professionnellement signifie occuper un emploi. Le salaire médian correspond au salaire tel que la moitié des salariés gagne plus et la moitié gagne moins. Le taux de chômage se mesure par le pourcentage de chômeurs parmi l’ensemble des actifs.

Comprendre le document

  • Ce tableau présente différents facteurs de l’insertion professionnelle (taux de chômage, niveau de salaire médian, pourcentage de temps partiel) selon le niveau de diplôme et selon le sexe.
  • Quel que soit le sexe, on observe que plus le niveau de diplôme augmente, plus les chances et les conditions d’insertion professionnelle progressent (baisse du taux de chômage, hausse de la rémunération, baisse du temps partiel contraint).

Structurer sa réponse

Vous pouvez organiser votre propos en montrant successivement comment le niveau de diplôme influence le risque d’être au chômage, le niveau de rémunération et le risque de temps partiel contraint. 

Corrigé

Introduction

Ce tableau permet de faire le lien entre le niveau de diplôme et la qualité de l’insertion professionnelle trois ans après la fin des études, appréhendée à partir de trois indicateurs : le taux de chômage, le salaire médian à temps plein, et la proportion de temps partiel subi (c'est-à-dire non choisi).

Développement

  • Il apparaît que le taux de chômage (pourcentage de chômeurs parmi l’ensemble des actifs) décroît lorsque le niveau de diplôme augmente. Par exemple, chez les hommes, 29 % des non diplômés sont au chômage, contre seulement 7 % pour les titulaires d’un bac + 2. Cette corrélation existe pour tous les diplômés, à l’exception des détenteurs d'un doctorat. Ces derniers ont certes un taux de chômage moins élevé que les diplômés du secondaire, mais de la même valeur que les bac + 2. On remarque qu’une fois passé le bac, le taux de chômage des jeunes femmes (toujours plus élevé que celui des hommes) reste stable, quel que soit le niveau de diplôme du supérieur, aux alentours de 7 %.
  • La rémunération s’accroît avec le niveau de diplôme, pour les femmes comme pour les hommes : le salaire médian (niveau de salaire tel que la moitié de la population gagne plus et la moitié gagne moins) des hommes sortis du système éducatif en 2004 et titulaires d’un diplôme d’une école de commerce ou d’ingénieurs est plus de 1,8 fois plus élevé que celui d’un homme non diplômé. D'autre part, le salaire d'un diplômé d’une école spécialisée en bac + 5 est supérieur à celui d’un bac + 5 universitaire. Et le doctorat ne permet pas de gagner plus, sauf pour les femmes.
  • Quel que soit le niveau de diplôme, on observe une inégalité salariale aux dépens des femmes.
  • Pour les hommes, l’emploi à temps partiel subi varie peu en fonction du niveau de diplôme. En revanche, pour les femmes, plus touchées que les hommes, la fréquence du temps partiel subi est quasiment divisée par deux par rapport à la moyenne à partir du niveau bac + 2. Un niveau de diplôme plus élevé semble réduire leur exposition au travail à temps partiel imposé. La détention d’un doctorat ne permet pas aux hommes de réduire la part du temps partiel subi de façon sensible par rapport à la moyenne, alors que, pour les femmes titulaires d'un doctorat, la proportion de temps partiel contraint est la même que pour les bac + 5 universitaires.

Conclusion

Le niveau de diplôme est un élément important de l’insertion professionnelle : quel que soit le sexe, plus le niveau de diplôme s’élève, plus l’insertion professionnelle est forte.