Discours de François Mitterrand sur les conflits au Proche et Moyen-Orient

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle ES - Tle L | Thème(s) : Le Proche et le Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis la fin de la Première Guerre mondiale
Type : Etude critique de document(s) | Année : 2013 | Académie : France métropolitaine
 
Unit 1 - | Corpus Sujets - 1 Sujet
 
Discours de François Mitterrand sur les conflits au Proche et Moyen-Orient
 
 

Un foyer de conflits

hgeT_1309_07_00C

HISTOIRE

16

CORRIGE

 

France métropolitaine • Septembre 2013

étude critique de document

> À partir des propos de l’auteur, montrez en quoi le Proche et Moyen-Orient est un foyer de conflits et indiquez quels autres facteurs de tension troublent cette région. Dans quelle mesure la solution pour établir la paix que propose l’auteur dans le dernier paragraphe a-t-elle été mise en œuvre ?

Document

Allocution télévisée de François Mitterrand, président de la République, le 3 mars 1991

« Mes chers compatriotes,

[…] Le Conseil de sécurité a décidé aujourd’hui même que l’Irak devait renoncer publiquement à ses visées, libérer les prisonniers, aider à identifier les champs de mines et d’explosifs et les lieux où sont dissimulées les armes chimiques et biologiques. Réparer enfin le dommage causé au Koweït1. […] Quant à la recherche d’une paix juste, répétons aujourd’hui comme hier, que la libération du Koweït n’a réglé qu’un problème parmi d’autres. […] Comment réconcilier des peuples qui ne se parlent pas ? Sauf à souscrire à la loi du plus fort ? C’est ainsi qu’Israël doit réellement disposer de frontières sûres et reconnues et des moyens de sa sécurité, les Palestiniens posséder en tant que peuple leur identité, leur patrie, leur État, le Liban exercer librement sa souveraineté et je n’oublie ni l’intégrité de l’Irak, ni les aspirations de son peuple.

Est-ce trop demander ? Cela ne vaudrait-il pas mieux que la guerre perpétuelle, la mort aux aguets, l’angoisse des jours et des nuits, le risque permanent d’une conflagration générale ? Il me semble que le rôle joué par les Nations unies durant cette crise justifie qu’on leur fasse confiance et qu’elles sauront restaurer ou plutôt instaurer les mécanismes de conciliation et d’arbitrage qui s’imposent pour la prévention et la solution des conflits. D’autres problèmes au demeurant subsisteront dans la région. Droits des minorités, comme celle des Kurdes, protection de l’environnement, partage des ressources, contrôle mutuel des armements, et ce dernier point concerne aussi bien les pays qui vendent des armes que ceux qui les achètent. […] »

1. La guerre du Golfe ou du Koweït oppose l’Irak, dirigé par Saddam Hussein, à une coalition internationale conduite par les États-Unis qui réunit trente-quatre pays, dont la France. L’Irak a envahi puis annexé le Koweït en août 1990. Les Nations unies exigent son retrait et autorisent le recours à la force pour l’imposer. Les opérations militaires de la coalition (17 janvier-28 février 1991) se terminent par la libération du Koweït, la défaite de l’Irak et un cessez-le-feu qui permet à Saddam Hussein de conserver provisoirement le pouvoir. Le président François Mitterrand s’adresse aux Français trois jours après le cessez-le-feu.

Lire la consigne

  • La consigne se décompose en deux propositions distinctes. Dans un premier temps, elle invite à identifier les sources (« foyers ») de conflits évoquées par le texte (« à partir des propos de l’auteur ») ou issues de vos connaissances (« les autres facteurs de tension »). Il s’agit ainsi de recenser l’ensemble des problèmes de la région. Dans un second temps, vous devez évaluer la « solution » proposée par l’auteur, démarche qui s’appuiera sur le texte et la note qui l’accompagne, mais qui renvoie aussi à vos connaissances pour une évaluation sur le long terme.
  • Par extension, il faudra s’interroger sur les solutions relatives aux tensions préalablement listées. Le « dans quelle mesure » invite à évoquer les limites de ces solutions. Cette locution appelle une approche anti­thétique. Elle se distingue du « en quoi » qui introduit plutôt une démarche thématique.

Analyser le document

Le document est une allocution télévisée, donc une intervention publique, adressée à tous. L’auteur en est le président de la République française, François Mitterrand, le chef des armées d’un membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU. Il s’exprime trois jours après la fin de la guerre afin de la justifier et de rassurer l’opinion sur ses résultats. Ce document officiel permet d’évaluer la complexité des relations internationales au Proche et au Moyen-Orient.

Organiser la réponse

Recensez d’abord les sources de tension  mais, pour mieux coller au texte et jouer sur un changement d’échelle, consacrez une première partie à la crise de 1991 puis exposez les autres facteurs de tension dans un deuxième paragraphe. Dans un troisième temps, évaluez la solution proposée par l’auteur concernant l’Irak. Ce cas particulier traité, passez à une évaluation plus générale des solutions afin de préparer la conclusion : les intérêts contradictoires sont si imbriqués que Proche et Moyen-Orient restent des foyers de tension explosifs.

Pour lire la suite :