Ecrivez la lettre que Montaigne pourrait adresser à un jeune noble invité à la cour pour la première fois

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : 1re L | Thème(s) : Humanisme et Renaissance
Type : Écriture d'invention | Année : 2015 | Académie : Nouvelle-Calédonie

 

56

Nouvelle-Calédonie • Novembre 2015

Série L • 16 points

Rendre les hommes meilleurs

Écriture d’invention

Montaigne (document D) adresse une lettre à un jeune noble invité à la cour pour la première fois. Il le met en garde et lui indique comment se comporter. Vous écrirez cette lettre.

Le candidat peut s’appuyer sur le document D reproduit ici.

Les clés du sujet

Comprendre le sujet

Genre : « lettre ». Respectez-en les caractéristiques formelles : formule d’adresse, lieu et date, implication de l’épistolier et du destinataire, formule de prise de congé.

Sujet de la lettre : « la cour », le comportement à adopter à la cour.

Type de texte : « met en garde », « comment se comporter » : le texte est argumentatif. La thèse est : « La cour est un milieu où il faut se comporter avec prudence, voici comment… »

Situation d’énonciation : de qui ? Montaigne ; à qui ? « à un jeune noble »

Niveau de langue : soutenu, celui de Montaigne dans le texte du corpus.

Le registre ne vous est pas indiqué (voir plus bas).

« Définition » du texte à produire, à partir de la consigne :

Lettre (genre), d’un humaniste (Montaigne) à un jeune noble (situation d’énonciation), qui argumente sur (type de texte) les travers de la cour et le comportement à y tenir (thèmes) de façon didactique et polémique (registres), critique, marquée par l’expérience, bienveillante (adjectifs), pour faire part de son expérience, faire le blâme de la cour et donner des conseils de comportement (buts).

Chercher des idées

Le fond

Pour la description de la cour, inspirez-vous du texte de Montaigne et des autres textes du corpus. Utilisez un lexique dépréciatif et des images négatives.

Attention : les conseils prodigués ne doivent pas contredire la pensée humaniste ni les principes fondamentaux de Montaigne : impossible donc de conseiller au jeune homme l’hypocrisie, la duplicité ou de renier son être profond, de « s’enfariner le cœur ».

Le Montaigne que vous faites parler doit conseiller l’attitude nuancée, mesurée d’un philosophe (doù les procédés de la concession : « certes…, mais… »).

La forme, l’écriture

Empruntez le style de Montaigne : phrases à l’allure de vérités générales, formules frappantes (voir celle qui clôt le texte), citations latines, images pittoresques, allusions à l’Antiquité…

« met en garde / indique » : utilisez tournures et formules didactiques – impératifs, termes intensifs, procédés de la généralisation (présent de vérité générale, pronom indéfini « on »), formules d’insistance (« de grâce, croyez-moi »…) mais aussi connecteurs logiques.

Utilisez des marques impliquant celui qui écrit (indices personnels de la 1re personne du singulier) et son destinataire (indices personnels de la 2e personne).

Pour réussir l’écriture d’invention : voir guide méthodologique.

La lettre : voir mémento des notions.