Éloge de Chagall (texte d'Aragon, tableaux de Chagall)

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : 3e | Thème(s) : Visions poétiques du monde
Type : Sujet complet | Année : 2018 | Académie : Sujet zéro

Visions poétiques

Visions poétiques du monde

21

fra3_1800_14_01C

Sujet zéro • Visions poétiques du monde

100 points

Éloge de Chagall

document A Chagall XI1

Le ciel est un pays de chèvres

C’est dommage pour les poissons

Les amoureux est-ce qu’ils sont

À ça près

Pourquoi les pieds touchent-ils terre

Quand ils peuvent faire autrement

Et ma tête à l’envers Maman

Ma tête

L’homme danse et non les oiseaux

Il est l’inventeur du trapèze

Les chevaux ont appris de lui l’art

Des bouquets

La vie est longue comme un air

De violon

Qui peint la nuit a deux visages

L’autre d’aimer l’un pour dormir

Tout est joli comme une lampe

C’est la guimpe2 de la lumière

Les objets s’y font acrobates

Les gens légers

Chagall la couleur est ton peuple

Donne-lui des jeux et du pain3

Dieu qu’il fait beau quand l’ombre est rouge

Et bleu l’amour

Aragon, « Chagall XI », Celui qui dit les choses sans rien dire, 1976.

1. Il s’agit du onzième poème du recueil poétique consacré au peintre.

2. Guimpe : élément du vêtement féminin, morceau de toile couvrant la tête ou petite chemise brodée dépassant de la robe pour monter jusqu’au cou.

3. Reprise de l’expression « panem et circenses » par laquelle Juvénal reprochait aux empereurs de donner « du pain et des jeux » au peuple romain pour le divertir.

document B Images

© Adagp, Paris 2018 – ph © Philippe Migeat/Centre Pompidou, MNAM-CCI, Dist. RMN-Grand Palais

fra3_1800_14_01C_01

Marc Chagall, Les Mariés de la Tour Eiffel, 1938-1939, huile sur toile, musée national d’Art moderne, Centre Georges-Pompidou, Paris.

© Adagp, Paris 2018 – ph © Akg-Images

fra3_1800_14_01C_02

Marc Chagall, Couple dans le paysage bleu, 1969-1971, collection privée.

travail sur le texte littéraire et sur l’image 50 points • 1 h 10

Les réponses doivent être entièrement rédigées.

Compréhension et compétences d’interprétation

1. « Le ciel est un pays de chèvres » (vers 1) :

a) Quel est l’effet produit sur le lecteur par ce début de poème ? (2 points)

b) Quel sens nouveau prend cette image quand le lecteur a connaissance des tableaux ? (2 points)

2. Relevez et commentez d’autres éléments communs au poème et aux tableaux. (6 points)

3. « Chagall la couleur est ton peuple » (vers 21) :

Comment comprenez-vous ce vers ? (2 points)

4. Quels sont les éléments qui permettent de dire que le poète Aragon rend hommage à la peinture de Chagall ? (2 points)

5. « Qui peint la nuit a deux visages/L’autre d’aimer l’un pour dormir » (vers 15 et 16) :

a) Pourquoi cette formulation est-elle surprenante ? (1 point)

b) Réécrivez ces vers en mettant les mots dans un ordre plus habituel. (1 point)

6. « Les objets s’y font acrobates » (vers 19) :

Comment le poète fait-il, dans la construction du poème, dans les strophes, dans les vers ou dans l’ordre des mots, pour produire lui aussi cette « acrobatie » ? (8 points)

7. Dites en quelques phrases quelles sont les caractéristiques de la vision poétique du monde que partagent ici le poète et le peintre. (6 points)

Grammaire et compétences linguistiques

8. Repérez des passages du poème relevant de la langue orale plutôt que de la langue écrite, et justifiez votre réponse. (4 points)

9. « Qui peint la nuit a deux visages » (vers 15) :

a) À quelle classe grammaticale appartient « qui » ? (2 points)

b) Quelle est sa fonction dans la phrase ? (2 points)

c) De laquelle des deux constructions suivantes pouvez-vous rapprocher le vers d’Aragon ?

Qui dort dîne.

J’ai vu un homme qui dormait.

Justifiez votre réponse. (2 points)

10. « L’homme danse et non les oiseaux

Il est l’inventeur du trapèze

Les chevaux ont appris de lui l’art

Des bouquets » (vers 9 à 12)

Réécrivez cette strophe en commençant par « Les hommes dansaient » et faites toutes les transformations nécessaires. (6 points)

11. Recopiez la dernière strophe du poème en y rétablissant tous les signes de ponctuation. (4 points)

Dictée 10 points • 20 min

Le nom de l’auteur et le titre de l’œuvre sont écrits au tableau.

Aragon

Préface du catalogue Marc Chagall : Recent paintings 1966-1968

On m’avait appris à regarder les choses d’une certaine façon, dans une certaine succession, un équilibre une fois pour toutes donné. Le miracle de Chagall, c’est qu’il désapprend : plus rien n’était grâce à lui forcément à sa place, on allait se coucher dans le ciel, la taille des bonshommes ne dépendait plus de la distance, les animaux jouaient du violon, une fois pour toutes l’ordre des facteurs était renversé, comme à la fin d’un banquet perpétuel. La peinture de Chagall, c’était une leçon sans heure, qui vous apprenait à voir autrement le monde, autrement vivre, autrement être.

rédaction 40 points • 1 h 30

Vous traiterez au choix l’un des deux sujets suivants.

Sujet d’imagination

Vous rédigerez, en prose, un hommage à un artiste de votre choix (peintre, musicien, cinéaste, chanteur, danseur…) dont vous citerez le nom dans votre texte. Comme Aragon, vous vous efforcerez de rendre compte des impressions que vous procure son œuvre.

Sujet de réflexion

Pensez-vous que le rôle des artistes est plutôt de nous aider à nous ­comprendre nous-mêmes ou de nous faire voir le monde autrement ? Vous répondrez à cette question en vous appuyant sur vos connaissances, vos lectures et sur votre fréquentation des arts de votre choix (musique, peinture, cinéma, chanson…).

Les clés du sujet

Les documents

Le texte littéraire (document A)

Louis Aragon (1897-1982) appartient au mouvement surréaliste qui prône le recours à l’irrationnel, au rêve, à l’inconscient et refuse tout contrôle de la raison. Dans ses poèmes consacrés au peintre Chagall, Aragon cherche à mettre en mots tout ce que lui suggèrent les tableaux de l’artiste.

Les images (document B)

Le peintre Marc Chagall (1887-1985) n’appartient à aucune école, sa vision très personnelle s’est nourrie d’influences diverses : fauvisme, cubisme, surréalisme ou encore néoprimitivisme. Il crée un univers onirique aux couleurs lumineuses.

Rédaction (sujet d’imagination)

Recherche d’idées

Choisis un artiste que tu apprécies et dont tu connais bien l’œuvre.

Demande-toi quel est ton ressenti lorsque tu regardes ou écoutes ses œuvres : es-tu ému ? Te sens-tu transporté dans un autre univers ? Est-ce que cela change ta vision du monde ?

Conseils de rédaction

Tu peux, en introduction, présenter l’artiste et sa discipline. Puis, en deux ou trois paragraphes, exprime les impressions qu’il suscite en toi. Cite plusieurs de ses œuvres pour illustrer ton propos.

Attention, tu dois rédiger en prose. Emploie des mots appartenant au lexique des sentiments et des sensations.

Rédaction (sujet de réflexion)

Recherche d’idées

Tu dois réfléchir au rôle des artistes en analysant deux propositions. Mais tu peux choisir les deux, dans la mesure où elles ne sont pas contradictoires. Elles renvoient à deux aspects de l’art tout aussi importants.

Demande-toi ce que tu ressens lorsque tu regardes une œuvre d’art, un film, que tu lis de la poésie ou écoutes ta chanson préférée…

Conseils de rédaction

Tu peux suivre le plan suivant :

1. Le rôle des artistes consiste, tout d’abord, à nous permettre de mieux nous comprendre.

2. Le rôle de l’artiste est aussi de nous faire voir le monde autrement.

Tu peux en conclure que l’art a un rôle essentiel dans notre société.

Corrigé

Corrigé

travail sur le texte littéraire et sur les images

Compréhension et compétences d’interprétation

1. a) Le premier vers du poème peut déstabiliser le lecteur : le sens lui échappe. Il est désorienté.

b) La vue des tableaux apporte un éclairage nouveau sur ce début de poème. L’image « un pays de chèvres », reste étrange, bien sûr, mais le lecteur se familiarise avec l’univers personnel de Chagall où les chèvres semblent en lévitation dans le ciel bleu.

2. D’autres éléments sont communs au poème et aux tableaux : le couple d’amoureux (jeunes mariés, jeunes parents), les bouquets, le violon, le soleil tel une lampe, avec son halo de lumière, les couleurs enfin qui s’affranchissent (le bleu, le rouge). Il s’agit d’un univers onirique, joyeux, où l’amour rend les hommes légers.

info +

Le mot « palette » désigne ici l’ensemble des couleurs utilisées par le peintre.

3. Chagall est un peintre à la palette lumineuse. Les couleurs y sont chaudes et gaies. Il en joue à sa fantaisie, avec une grande liberté, sans souci des conventions.

4. Ce qui permet de dire qu’Aragon rend hommage à la peinture de ­Chagall, c’est qu’il emploie des termes positifs, laudatifs pour qualifier l’univers du peintre : « Tout est joli comme une lampe », « Dieu qu’il fait beau quand l’ombre est rouge ». Le poète exprime son enthousiasme par des exclamations, des interjections : « Dieu qu’… »

5. a) La formulation des vers 15 et 16 est surprenante, car le poète a inversé l’ordre des deux pronoms « l’un » et « l’autre ».

b) Qui peint la nuit a deux visages/L’un d’aimer l’autre pour dormir

conseil

Avant même de se lire, un poème se regarde : agencement des strophes, longueur des vers… Tout cela peut dégager une forme, voire un dessin.

6. La construction des strophes, constituées généralement de trois octosyllabes suivis d’un vers plus court qui les clôt, peut suggérer un acrobate la tête en bas. Les constructions parfois s’inversent comme lorsque le poète choisit d’écrire : « Dieu qu’il fait beau quand l’ombre est rouge/Et bleu l’amour », plutôt que « Et l’amour bleu », créant ainsi un chiasme.

L’absence de ponctuation donne enfin aux mots une plus grande liberté.

7. Le poète comme le peintre s’affranchissent du réel et des contraintes formelles pour proposer une vision neuve, personnelle, onirique et « surréaliste » du monde. Avec ses mots, ses vers, son lyrisme, Aragon se met à l’unisson de Chagall pour célébrer son univers fantaisiste et lumineux, où l’homme se fait léger, où les amoureux sont en lévitation. Les deux artistes jouent avec les images et les couleurs en toute liberté, sans souci des conventions, pour mettre en lumière un monde chatoyant, radieux, qui irradie le bonheur de vivre et d’aimer.

Grammaire et compétences linguistiques

info +

La langue orale, parlée, peut se manifester non seulement par l’emploi d’un lexique familier, mais aussi par la syntaxe, la tournure et la construction des phrases.

8. Aragon emploie des expressions et des constructions relevant de la langue orale : « Les amoureux est-ce qu’ils sont/À ça près », plutôt que « Les amoureux sont-ils à cela près ? » Ou encore : « Et ma tête à l’envers Maman/Ma tête », phrase nominale, répétitive, qui sonne comme la plainte d’un enfant s’adressant à sa mère. Et enfin l’interjection : « Dieu qu’… »

9. a) Dans le vers 15, « qui » est un pronom relatif.

b) Il est sujet du verbe « peindre ».

c) Le vers d’Aragon peut être rapproché de la construction : Qui dort dîne. Le pronom « celui », antécédent de la subordonnée relative, est sous-entendu dans les deux constructions.

10. Les modifications sont en couleur.

« Les hommes dansaient et non les oiseaux

Ils étaient les inventeurs du trapèze

Les chevaux avaient appris d’eux l’art

Des bouquets »

11. « Chagall, la couleur est ton peuple.

Donne-lui des jeux et du pain.

Dieu, qu’il fait beau quand l’ombre est rouge

Et bleu l’amour ! »

dictée

point méthode

1 Sois attentif aux terminaisons verbales des verbes du premier groupe : évite de confondre l’infinitif en -er et le participe passé en . Pour ne pas te tromper, remplace le verbe en -er par un verbe d’un autre groupe : à regarder = à voir (infinitif) ; donné = offert (participe passé) ; se coucher = dormir (infinitif).

2 Attention à ne pas confondre les homonymes à et a. La préposition à est employée à cinq reprises dans la dictée, on ne peut pas la remplacer par avait.

3 Veille à bien mettre toutes au pluriel : une fois pour toutes les fois.

On m’avait appris à regarder les choses d’une certaine façon, dans une certaine succession, un équilibre une fois pour toutes donné. Le miracle de ­Chagall, c’est qu’il désapprend : plus rien n’était grâce à lui forcément à sa place, on allait se coucher dans le ciel, la taille des bonshommes ne dépendait plus de la distance, les animaux jouaient du violon, une fois pour toutes l’ordre des facteurs était renversé, comme à la fin d’un banquet perpétuel. La peinture de Chagall, c’était une leçon sans heure, qui vous apprenait à voir autrement le monde, autrement vivre, autrement être.

rédaction

Voici un exemple de rédaction sur chacun des deux sujets.

Attention les indications entre crochets ne doivent pas figurer sur ta copie.

Sujet d’imagination

[Introduction] Il est un cinéaste que j’admire particulièrement : depuis mon enfance, ses films aux univers si personnels ont peuplé mon imaginaire de personnages et d’histoires qui ont participé à me construire.

info +

Quand on cite le titre d’une œuvre, il faut le mettre en italique ou le souligner.

[Une œuvre qui m’a fait vivre des aventures] À travers ses films, j’ai vécu des histoires extraordinaires. Avec le personnage d’Indiana Jones, j’ai voyagé et partagé des aventures haletantes, palpitantes et pleines de rebondissements, notamment au cœur de la jungle péruvienne, dans Les aventuriers de l’arche perdue. J’apprécie le rythme, le suspense et l’humour de ce film.

[Une œuvre qui a su m’émouvoir] Certains de ses films m’ont bouleversé, tout particulièrement celui dont le héros est un petit personnage venu d’ailleurs, étrange, mais qui a su toucher mon cœur : E.T., cet extra-terrestre qui ne demande qu’à rentrer chez lui, si fragile face à l’entêtement des hommes qui veulent en faire un objet d’expérimentation. J’aurais aimé être le petit garçon qui devient son ami. J’aime la simplicité, la sensibilité avec laquelle le cinéaste traite cette histoire.

[Une œuvre qui m’a donné de magnifiques leçons d’histoire et d’humanité] C’est un cinéaste qui m’a fait prendre conscience de valeurs fondamentales, comme l’égalité, la solidarité. Il y a, par exemple, cette histoire de ségrégation raciale aux États-Unis, La couleur pourpre. Et enfin et surtout ce film, magnifique leçon d’humanité, où un homme sauve des centaines de Juifs de la déportation durant la Seconde Guerre mondiale, en s’engageant à les faire travailler dans sa fabrique : La Liste de Schindler. Cette œuvre poignante m’a profondément marqué. Elle m’a fait comprendre l’horreur de cette période et combien sont essentiels les gestes d’humanité face à la barbarie.

conseil

Tu peux citer le nom de l’artiste dès l’introduction ou, comme ici, dans la conclusion, ce qui crée un effet d’attente.

[Conclusion] Ce cinéaste, c’est Steven Spielberg dont le talent à mettre en scène et à filmer des histoires et des personnages m’a enthousiasmé.

Sujet de réflexion

[Introduction] Le rôle des artistes est-il plutôt de nous aider à nous comprendre nous-mêmes, ou de nous faire voir le monde autrement ?

conseil

Évite de ne considérer qu’un aspect de la réponse : l’art ne peut être réduit à un seul rôle. Présente tes arguments dans un ordre croissant d’importance.

[Le rôle des artistes est de nous aider à nous comprendre nous-mêmes] Il me semble que le rôle d’un artiste est tout d’abord de nous aider à mieux nous comprendre nous-mêmes. Une œuvre agit en effet comme un révélateur de nos sentiments personnels. Que ce soit des poèmes lyriques, ceux de Musset, Hugo, Verlaine, des chansons, des tableaux ou des films, les œuvres artistiques éveillent en nous des sentiments profonds et évoquent des expériences que nous avons vécues ou pourrions vivre : un chagrin d’amour, la perte d’un être cher, la nostalgie du passé, l’angoisse du temps qui passe… Nous nous sentons alors en connivence avec l’artiste qui met des mots ou des images sur ce que nous ressentons. Grâce à cela, nous nous sentons moins seuls, moins incompris.

[Leur rôle est aussi de nous faire voir le monde autrement] Cependant, pourquoi limiter l’art à un seul rôle ? Il offre aussi un regard original sur le monde qui nous entoure. Marcel Duchamp, en exposant un urinoir qu’il a ­intitulé Fontaine, remet en question la conception traditionnelle de l’art et nous invite à regarder autrement cet objet trivial. Les artistes de Street art, comme ­Levalet ou Banksy, en prenant possession des murs de nos villes, choisissent d’introduire de la poésie dans notre quotidien, de nous surprendre, de nous interpeller, de nous interroger aussi parfois sur la société dans laquelle nous vivons.

Montrer le monde autrement, c’est également amener les citoyens que nous sommes à prendre conscience des injustices qui nous entourent. Ainsi, Victor Hugo, dans Melancholia, crie sa révolte concernant l’exploitation des enfants.

[Conclusion] Le rôle des artistes est donc multiple. Leurs œuvres peuvent agir comme un miroir de l’âme humaine, et elles peuvent aussi nous inviter à porter un regard neuf sur notre environnement. Ces deux rôles sont l’un comme l’autre essentiels pour notre société.