Est-ce la faiblesse qui nous pousse à vivre en société ?

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle S | Thème(s) : La société et l'État
Type : Dissertation | Année : 2017 | Académie : France métropolitaine

France métropolitaine • Septembre 2017

dissertation • Série S

Est-ce la faiblesse qui nous pousse à vivre en société ?

Les clés du sujet

Définir les termes du sujet

Est-ce la faiblesse

La faiblesse désigne l’absence de force ou de volonté nécessaires pour atteindre un but, réaliser une action : s’interroger sur notre faiblesse suppose donc que l’on identifie ce par rapport à quoi nous pourrions être vulnérables.

Qui nous pousse à

La formule nous invite à considérer notre vie sociale comme résultant moins d’un choix que d’une nécessité. De fait, la plupart des hommes vivent en société : mais qu’est-ce qui explique le caractère massif de ce phénomène ?

Vivre en société

La société est une communauté d’individus interdépendants, unis par une langue, des pratiques culturelles, des valeurs, des règles, lois et institutions communes. Ces règles et institutions sont susceptibles de connaître des bouleversements.

Dégager la problématique et construire un plan

La problématique

On nous demande ici de nous interroger sur ce qui motive notre adhésion à la vie sociale. En quoi répond-elle à un intérêt, ou à un besoin de notre part ? Si ce besoin est un besoin de force, il convient de se demander quelles forces nous manquent quand nous vivons seuls. Trouvons-nous dans la vie collective la force qui nous manque individuellement, et en quoi peut-on dire que cette vie, pourtant faite de contraintes et de règles, nous renforce ? Mais alors, le choix de la vie sociale n’est-il qu’un choix par défaut ?

Le plan

Nous nous demanderons d’abord en quoi notre faiblesse individuelle nous pousse à vivre en société : le besoin et le souci de survivre nous conduisent nécessairement à échanger.

Nous verrons ensuite que la faiblesse ne peut à elle seule expliquer notre choix de la vie sociale : en effet, il nous est possible de vivre seul. Mais alors, pourquoi sommes-nous enclins à vivre ensemble ?

Enfin, nous verrons que ce qui nous pousse à vivre en société, c’est la force de notre désir : la vie sociale comble moins nos déficiences qu’elle nous aide à nous accomplir.

Éviter les erreurs

Si la formulation du sujet vous invite à envisager pour quelles raisons la vie sociale semble s’imposer à nous, cela vous appelle également à faire d’autres hypothèses concernant la raison d’être de la société.