États-Unis – Brésil : les dynamiques territoriales

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle S | Thème(s) : L'Amérique : puissance du Nord, affirmation du Sud
Type : Composition | Année : 2014 | Académie : Sujet zéro
 
Unit 1 - | Corpus Sujets - 1 Sujet
 
États-Unis – Brésil : les dynamiques territoriales
 
 

L’Amérique : puissance du Nord, affirmation du Sud

hgeT_1400_14_02C

GÉOGRAPHIE

35

CORRIGE

 

Sujet zéro

composition

Entrer dans le sujet, définir les mots clés

  • Le sujet est centré sur la notion de dynamiques territoriales : vous devez donc mettre en évidence les transformations qui affectent le territoire de deux puissances, les États-Unis et le Brésil, en lien avec le processus de mondialisation. En effet, ces deux États sont traditionnellement ouverts sur l’extérieur (flux humains, commerciaux, de capitaux et d’informations).
  • Vous penserez à prendre en compte différentes échelles : l’échelle nationale qui se confond en partie avec l’échelle continentale, s’agissant d’États-continents, mais également l’échelle locale (intra-urbaine).

Dégager la problématique

La formulation de la problématique est largement suggérée par le libellé du sujet : comment les territoires des États-Unis et du Brésil, deux puissances mondiales, se transforment-t-il ?

Définir le plan

  • Pour rester dans une logique comparative, vous opterez pour un plan thématique mettant en lien en évidence les points communs et les différences entre les deux États dans chacune des parties.
  • Vous rappellerez d’abord qu’il s’agit de pays aux territoires immenses et riches, qui ont fait l’objet d’une mise en valeur pionnière expliquant une maîtrise par ailleurs inégale ; vous préciserez ensuite leurs dynamiques territoriales en lien avec leur forte insertion dans la mondialisation ; vous préciserez enfin les déséquilibres spatiaux que celles-ci entraînent à différentes échelles.
Corrigé

Intégrer un schéma dans une composition de géographie

1 Vous pouvez intégrer une ou plusieurs « productions graphiques » dans une composition ; ce sujet est propice à la réalisation de schémas d’organisation spatiale mettant en valeur l’organisation et les dynamiques territoriales.

2 Leur intérêt est de remplacer des explications trop descriptives. Vous devez les intégrer logiquement dans votre raisonnement. Attention, ils ne peuvent remplacer des parties entières du développement.

3 Vous serez rigoureux dans leur exécution en pensant à les titrer, les légender et y intégrer une nomenclature minimale. Vous veillerez à les réaliser avec soin.

Les titres en couleur servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie.


Introduction

[Accroche et présentation du sujet] Actuellement, les États-Unis et le Brésil sont respectivement les 1re et 6e puissances économiques mondiales. Ceci s’explique en partie par la mise en valeur performante de territoires aux ressources immenses. Les transformations qui les affectent sont ainsi comparables.

[Problématique et annonce du plan] C’est pourquoi nous répondrons à la question suivante : quelles dynamiques territoriales sont à l’œuvre aux États-Unis et au Brésil, deux puissances mondiales ? Pour ce faire, nous rappellerons d’abord les atouts de leurs territoires, valorisés par leurs populations ; puis, nous montrerons que leur forte intégration à la mondialisation génère des évolutions similaires ; enfin, nous décrirons les déséquilibres spatiaux que cette insertion engendre.

I. Des territoires immenses et inégalement maîtrisés

1. Des territoires immenses

  • Les États-Unis (9,8 millions de km2) et le Brésil (8,5 millions de km2) sont des États-continents. De plus, grâce à leurs façades maritimes, ils sont largement ouverts sur l’extérieur.
  • Cette immensité présente à la fois des atouts (abondance des ressources naturelles, surfaces cultivables disponibles) et des contraintes (maîtrise des distances, contrôle du territoire par l’État).

2. Une mise en valeur pionnière

  • Le territoire des deux États est le fruit d’une conquête pionnière, entamée dès le xviie siècle. Elle s’est traduite par une colonisation progressive à partir du littoral atlantique fondée sur les cultures spéculatives (canne à sucre, coton) et sur le recours à l’esclavage.
 

Info

De même, de grandes régions industrielles (Manufacturing Belt, Sudeste brésilien) ont vu le jour.

  • Le territoire a été mis en valeur de façon extensive : de vastes espaces de production agricoles (Grandes Plaines aux États-Unis, Mato Grosso au Brésil) ont ainsi été constitués.

3. Des territoires inégalement maîtrisés

  • Le territoire des États-Unis est bien maîtrisé, même si l’Alaska est en cours d’exploitation. Les transports (aérien, routier, ferroviaire) permettent un maillage territorial très serré.
  • Le territoire du Brésil, n’est pas encore totalement maîtrisé. L’Amazonie est encore un espace pionnier (déforestation, mise en culture) ; son exploitation fait débat au regard des exigences du développement durable. Le réseau de transport (aérien, routier, ferroviaire) est déséquilibré.

II. Des dynamiques territoriales similaires

1. Une forte littoralisation

 

Gagnez des points !

Pour un sujet très spatial, ce type de rappel est pertinent.

  • Dans les deux États, on assiste à la concentration progressive de la population et des activités économiques dans les régions littorales. Ce phénomène est lié à leur ouverture maritime précoce et à leur forte insertion dans l’espace mondialisé.
  • Aux États-Unis, 2/3 de la population vit dans les régions côtières ; au Brésil, 4/5e des habitants s’y concentre. De même, les régions littorales sont les plus actives économiquement (Nord-Est et Californie ; Sudeste brésilien).

2. Une intense métropolisation

  • Dans les deux États, on constate aussi le renforcement du poids démographique et décisionnel des métropoles, lié à la mondialisation.
  • Aux États-Unis, New York, Los Angeles, Washington et Chicago exercent une influence planétaire ; au Brésil, seule São Paulo s’affirme comme une métropole mondiale.
  • Cette métropolisation se traduit par d’intenses migrations intérieures au profit des régions métropolitaines (Californie, Sudeste).

3. Une inégale intégration régionale

  • L’ALENA (Accord de libre-échange nord-américain) a permis aux États-Unis d’intensifier ses échanges commerciaux avec le Canada et le Mexique. Les frontières avec ces deux États sont des interfaces particulièrement actives (flux de produits énergétiques et miniers, agricoles et industriels).
  • Le Mercosur (Marché commun du Sud) favorise l’émergence d’une région transfrontalière active reliant le Paraguay, l’Uruguay et le Sud du Brésil : les flux commerciaux, d’abord modestes, sont en pleine croissance. Le processus d’intégration régionale est cependant moins poussé que dans l’ALENA.

III. De forts déséquilibres spatiaux

1. À l’échelle nationale

  • Les dynamiques territoriales à l’œuvre aux États-Unis et au Brésil conduisent à l’amplification des contrastes régionaux. Au(x) centre(s) concentrant richesses et fonctions décisionnelles s’opposent des périphéries moins riches et dépendantes, intégrées ou en marge.
 

Attention !

Par souci de clarté, faites le lien entre votre propos et le schéma.

  • Aux États-Unis, le centre historique est constitué par la Mégalopolis : les fonctions de commandement se concentrent à New York (sièges des FTN, bourse de valeur, siège de l’ONU) et Washington (capitale fédérale, sièges du FMI et de la Banque mondiale). Cependant, la Californie s’affirme comme un centre concurrent avec des métropoles comme Los Angeles (sièges sociaux, production cinématographique) et San Francisco (universités, centres de recherche). Le reste du territoire est constitué de périphéries inégalement intégrées (voir schéma ci-dessous).

Les dynamiques territoriales des États-Unis


 
  • Au Brésil, le Sudeste est la région centrale, polarisé par São Paulo (capitale économique et culturelle du Brésil). Le reste du territoire est constitué de périphéries inégalement intégrées (voir schéma ci-dessous).

Les dynamiques territoriales du Brésil


 

2. À l’échelle intra-urbaine

  • Dans les agglomérations états-uniennes et brésiliennes, on observe une forte ségrégation socio-spatiale, renforcée par le processus de mondialisation. Des quartiers bien connectés aux échanges mondiaux s’opposent à des quartiers restés à l’écart.
  • Dans les deux pays, des CBD concentrent les richesses et les fonctions de commandement. Ils emploient les actifs, nationaux ou expatriés, les mieux formés, dans les activités les plus productives (banques, assurances, recherche).
  • Au Brésil, les catégories aisées vivent dans des quartiers résidentiels proches du centre (ex. : quartier des jardins à São Paulo). Aux États-Unis, on les trouve dans des quartiers centraux en cours de réhabilitation (ex. : Harlem à New York) ou dans de lointaines banlieues. Parfois, se constituent de véritables îlots de richesse hautement sécurisés (gated communities).
  • Au Brésil, les pauvres habitent des bidonvilles (ex. : favela de la Rocinha à Rio), séparés des quartiers riches par des murs ou des axes routiers ; aux États-Unis, ils vivent dans des quartiers centraux délaissés (ex. : le Bronx à New York).

Conclusion

[Réponse à la problématique] Ainsi, les territoires des États-Unis et du Brésil sont en de nombreux points comparables : caractérisés par leurs fortes potentialités très tôt mises en valeur, ils sont affectés par des dynamiques liées à leur forte insertion mondiale ; celle-ci accroît en même temps leurs déséquilibres.

[Ouverture] En somme, les dynamiques territoriales différenciées reflètent les contrastes entre une puissance avérée et une puissance émergente.