Expériences et découvertes (texte de E. Orsenna, tableau de A. Edelfelt)

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : 3e | Thème(s) : Progrès et rêves scientifiques
Type : Sujet complet | Année : 2016 | Académie : Inédit

 

15

Sujet inédit • Progrès et rêves scientifiques

50 points

Expériences et découvertes

Ce sujet regroupe tous les exercices de français de la 2de épreuve écrite.

1re partie • Analyse et interprétation de textes et de documents (1 heure)

Document A Texte littéraire

Louis Pasteur, chimiste et physicien français (1822-1895), est célèbre, entre autres, pour avoir mis au point un vaccin contre la rage. Cet extrait raconte comment le savant et son équipe découvrent l’efficacité du principe de vaccination.

L’équipe de Pasteur ne s’occupait pas que du charbon1. On lui avait aussi demandé de mettre fin au « choléra des poules », une maladie qui paralysait la volaille avant de la tuer.

Septembre 1879. […] Dans un coin de son laboratoire parisien de la rue d’Ulm, on retrouve une culture de bacilles2 qui avaient été identifiés comme responsables de cette affection3. Personne ne s’en était préoccupé durant les deux mois d’été.

Pasteur prélève quelques gouttes du bouillon et les inocule4 à des poules. Qui tombent un peu malades, mais aucune ne meurt.

Un peu plus tard, ces mêmes poules reçoivent une solution « jeune et neuve » des bacilles. Jour après jour, on guette fiévreusement leur état. Au bout de deux semaines, la bonne nouvelle est confirmée : aucune des volailles n’est morte.

Devant ses collaborateurs Chamberland et Roux, Pasteur se serait exclamé : « Ne voyez-vous pas que ces poules ont été vaccinées ? »

[…] Et c’est ainsi qu’il a baptisé « vaccin » le germe affaibli. […]

Comment atténuer la malfaisance d’un virus ? Tel est le nouveau défi de Pasteur et de son équipe. Le tout jeune Émile Roux, l’une de ses dernières recrues, va jouer un rôle crucial. Il se murmure que, déjà, pour le vaccin qui allait sauver les poules, c’est de lui que serait venue l’idée géniale. Il se chuchote aussi que la contribution de Chamberland, autre assistant, a permis de franchir un pas décisif… Mais, silence ! C’est Pasteur, le héros de l’histoire. Ne rabotons pas sa gloire. Sauf à considérer que son premier mérite est justement d’avoir constitué et conservé un tel commando. Patience, nous y viendrons. […]

Le baron de La Rochette, grand propriétaire, est, à Melun, président de la Société d’agriculture. Il offre à l’expérience sa ferme de Pouilly-le-Fort.

Le 5 mai 1881, une foule nombreuse déferle à la gare locale de Cesson : paysans, élus, pharmaciens, vétérinaires… La plupart, sceptiques, ricanent en voyant Pasteur et ses assistants procéder à la première série d’inoculations : vingt-cinq moutons et cinq vaches parquées dans un hangar.

Le 17 mai, nouvelle inoculation des mêmes animaux avec le virus moins atténué, donc plus virulent que le précédent.

31 mai : toujours devant la même foule, le bacille du charbon (plus du tout atténué) est inoculé aux trente animaux vaccinés, mais aussi à vingt-cinq moutons et cinq vaches qui n’ont reçu aucun traitement. L’attente commence.

Et les tensions montent dans l’équipe : avons-nous choisi le bon vaccin ? Ne fallait-il pas poursuivre les recherches ? Si les vaccinés meurent, nous devrons, dans la honte, fermer notre laboratoire…

Jours d’angoisse. Nuits sans sommeil, car quelques bêtes traitées souffrent de fortes fièvres.

Une semaine plus tard, quand il revient à Pouilly, des acclamations l’accueillent. Tous les animaux non vaccinés sont morts : leurs cadavres gisent, alignés sur le sol. Tous les vaccinés broutent ou gambadent.

Erik Orsenna, La vie, la mort, la vie, 2015, © Librairie Arthème Fayard.

1. Charbon : maladie infectieuse, potentiellement mortelle, qui touche aussi bien l’homme que l’animal.

2. Culture de bacilles : élevage de microbes, qui se fait dans un liquide appelé « bouillon ».

3. Affection : maladie.

4. Inoculer : introduire dans l’organisme une substance contenant les germes d’une maladie.

Document B Albert Edelfelt, Louis Pasteur, 1885

En peignant ce portrait de Louis Pasteur, un des plus célèbres scientifiques de l’époque, le peintre finlandais Albert Edelfelt obtient un succès considérable.

ph © Josse/Leemage

fra3_1600_00_06C_01

questions 20 points

Les réponses doivent être entièrement rédigées.

Sur le texte littéraire (document A)

▶ 1. a) Quelles sont les deux expériences successives racontées dans ce texte ? (1 point)

b) Quels points communs pouvez-vous relever entre ces expériences ? (1 point)

▶ 2. Pour quelle raison, le 31 mai, le bacille du charbon est-il aussi inoculé aux animaux non vaccinés ? (1 point)

▶ 3. Expliquez précisément quels sont les sentiments de Pasteur et de son équipe tandis qu’ils attendent les résultats des expériences. (2 points)

▶ 4. Expliquez la formation du mot « fiévreusement » (ligne 11) et son sens dans le texte. Le mot « fièvres » (ligne 45) est-il à prendre dans le même sens ? (3 points)

▶ 5. « Et les tensions montent dans l’équipe : avons-nous choisi le bon vaccin ? Ne fallait-il pas poursuivre les recherches ? » (lignes 41-42)

a) Comment sont rapportées les paroles dans ces phrases ? (1 point)

b) Est-ce une manière habituelle de procéder ? (1 point)

c) Pourquoi, selon vous, l’auteur procède-t-il ainsi ? (1 point)

▶ 6. « Mais, silence ! C’est Pasteur, le héros de l’histoire. Ne rabotons pas sa gloire. » (lignes 23-24)

a) Quels sont les types de phrase employés ? (1 point)

b) Qui parle et à qui ces phrases sont-elles adressées ? (1 point)

c) Expliquez le sens de ces phrases en vous aidant de ce qui précède et de ce qui suit. (1 point)

▶ 7. Ce texte dresse-t-il le portrait d’un homme ou d’un projet collectif ? Justifiez votre réponse par des renvois précis au texte. (2 points)

Sur le texte et l’image (documents A et B)

▶ 8. Quels sont les rapports entretenus entre le texte et le tableau ? (2 points)

▶ 9. Quelle impression se dégage du tableau ? Selon vous, est-ce la même que celle dégagée par le texte ? Pourquoi ? (2 points)

2de partie • Rédaction et maîtrise de la langue (2 heures)

dictée 5 points

Le titre, la source de l’extrait et les noms Victor Hugo, Louis Pasteur et Franche-Comté sont écrits au tableau.

Erik Orsenna

La vie, la mort, la vie, 2015

© Librairie Arthème Fayard

Ils se seront détestés

Victor Hugo et Louis Pasteur. Le grand écrivain et le grand savant. Les deux phares qui, au-delà de la France, éclairent encore le monde. Deux bienfaiteurs de l’humanité. L’un, explorateur des vertiges de l’âme, a rendu leur dignité aux misérables et, pour cela, demeure célébré de l’Amérique latine à la Chine. L’autre, découvreur des sources de la vie, a triomphé de la rage. Tous les deux nés dans cette province appelée Franche-Comté pour les libertés qu’elle savait défendre. […] L’un chérissait la liberté, l’autre la science. Quand, l’un après l’autre, la mort finit par les rattraper, le même hommage leur fut rendu […]. Ensemble, ils résument leur siècle.

réécriture 5 points

« Une semaine plus tard, quand il revient à Pouilly, des acclamations l’accueillent. Tous les animaux non vaccinés sont morts […] »

Réécrivez ce passage en remplaçant il par ils, et animaux par bêtes. Vous ferez toutes les modifications nécessaires.

travail d’écriture 20 points

Vous traiterez au choix le sujet A ou le sujet B.

Votre rédaction sera d’une longueur minimale d’une soixantaine de lignes (300 mots environ).

Sujet A

Selon vous, les découvertes scientifiques sont-elles nécessairement une source de progrès pour l’humanité ? Vous présenterez votre réflexion dans un développement organisé, en prenant appui sur des exemples tirés de vos lectures et de votre culture personnelle.

Sujet B

Vous avez fait une découverte qui révolutionne le quotidien. Vous écrivez une lettre au président de l’Académie des sciences pour lui présenter les vertus de votre découverte et le convaincre de soutenir vos travaux de recherche.

Les clés du sujet

Les documents

Le texte littéraire (document A)

L’écrivain Erik Orsenna, membre de l’Académie française, occupe le fauteuil qui fut jadis celui de Louis Pasteur. Dans le livre qu’il consacre à ce grand savant du xixe siècle, il retrace sa vie et ses nombreuses découvertes.

Le tableau (document B)

Pasteur est représenté au milieu de son laboratoire, entouré du matériel nécessaire à ses expériences. Le bocal qu’il tient dans la main contient la moelle épinière du lapin contaminé par la rage, à partir de laquelle il va mettre au point le vaccin contre cette maladie.

Travail d’écriture (sujet A)

Recherche d’idées

Le sujet souligne le rôle des exemples dans ta réflexion. Tu peux les tirer des enseignements donnés en cours de sciences (découverte de l’électricité, par exemple) ou d’histoire (les armes chimiques faisant leur apparition pendant la Première Guerre mondiale).

Pense également à utiliser le texte support et la découverte du principe de vaccination qui y est mentionnée.

Conseils de rédaction

Construis ton devoir en deux parties : dans un premier paragraphe, tu traiteras des aspects positifs des découvertes scientifiques, en pensant aux progrès de la médecine et aux améliorations du quotidien ; dans un second paragraphe, tu aborderas les aspects négatifs, en mentionnant les exploitations militaires meurtrières de ces découvertes ou les expérimentations animales. Pense à étayer avec des exemples concrets.

Donne ton avis en conclusion.

Travail d’écriture (sujet B)

Recherche d’idées

Choisis un domaine qui peut toucher beaucoup de gens : l’alimentation, la pollution ou l’énergie.

Il est inutile de rentrer dans des explications trop techniques ; pense surtout à présenter les avantages de ta découverte : gain de temps, gain de place, diminution de la pollution ou amélioration du cadre de vie.

Conseils de rédaction

Commence par expliquer l’utilité de ta découverte en mettant en avant les problèmes qu’elle va permettre de résoudre, car il s’agit avant tout de convaincre ton destinataire de t’aider.

Présente ensuite plus précisément ton innovation. Termine en demandant un soutien – financier ou autre – à ton destinataire.

Respecte les codes de l’écriture épistolaire : date et lieu d’envoi, formules d’adresse et d’adieu et signature.

Corrigé

Corrigé

1re partie • Analyse et interprétation de textes et de documents

questions

▶ 1. a) La première expérience mentionne le procédé tenté pour lutter contre une maladie appelée le « choléra des poules ». La seconde expérience est menée sur des moutons et des vaches pour lutter contre la maladie du charbon.

b) Dans les deux cas, le protocole expérimental est identique : un germe affaibli de la maladie est introduit chez des animaux sains, qui n’en meurent pas. Plus tard, on inocule à ces mêmes animaux un germe très virulent du virus, qui normalement devrait les tuer. Mais aucune bête ne meurt. Ces deux expériences sont donc couronnées de succès.

▶ 2. Le virus est aussi inoculé à des animaux sains : c’est ce qu’on appelle un groupe témoin. Ils n’ont pas eu la première injection atténuée et mourront, montrant par-là même l’efficacité du vaccin reçu par les bêtes de l’autre groupe.

▶ 3. Les scientifiques ne sont pas certains de la réussite de leurs expériences. Ils éprouvent d’abord de l’angoisse (« jour après jour, on guette fiévreusement leur état »). Lors de la deuxième expérience, l’angoisse est plus marquée (« les tensions montent dans l’équipe, nuits sans sommeil »), car la réussite moins certaine (« quelques bêtes traitées souffrent de fortes fièvres »). Le soulagement et la joie ne sont pas mentionnés explicitement : l’heure est encore à la recherche.

Astuce

Pour expliquer le sens d’un mot, il est également possible de lui trouver un synonyme, c’est-à-dire un mot de même classe grammaticale. Ici, le synonyme de « fiévreusement » serait « anxieusement ».

▶ 4. L’adverbe « fiévreusement » est dérivé de l’adjectif « fiévreuse », suivi du suffixement. L’adjectif lui-même est formé à partir du radical fièvr-. Dans le texte, l’adverbe qualifie l’état d’angoisse et d’impatience des scientifiques. Il est donc à prendre au sens figuré. Le mot « fièvre » qui apparaît plus loin, est employé en revanche au sens propre : les animaux vaccinés ont une température plus élevée.

▶ 5. a) Les paroles sont rapportées au discours direct, comme le montrent l’emploi du pronom de première personne et les points d’interrogation.

b) Le discours direct n’est toutefois pas employé de manière traditionnelle, car les guillemets sont absents.

c) Cette absence peut s’expliquer par le fait qu’il s’agit plus de pensées rapportées que de paroles, et qu’elles émanent d’un groupe et non d’un individu. On aurait pu parler de discours indirect libre si le pronom de 1re personne n’avait pas été employé.

Zoom

Il existe quatre types de phrase : déclarative, injonctive, interrogative et exclamative. Dans la phrase déclarative, le présentatif « C’est » sert à mettre en valeur le nom de Pasteur.

▶ 6. a) La phrase déclarative est encadrée par deux phrases injonctives.

b) Il s’agit ici de commentaires de la part du narrateur qui interrompt le récit pour s’adresser au lecteur. L’emploi de la 1re personne du pluriel crée une complicité entre le narrateur et le lecteur, associés dans ce « nous ».

c) Avec une certaine ironie, ces phrases précisent que tout le mérite doit être attribué à Pasteur et non à ses collaborateurs ; ce qui n’est peut-être pas vrai, mais nécessaire à l’élaboration de la légende (« C’est Pasteur, le héros de l’histoire »).

▶ 7. Le texte dresse le portrait d’un homme : « héros » de l’histoire, c’est lui qui prononce pour la première fois le mot « vaccin » et qui est acclamé lorsqu’il retourne à Pouilly. Mais ce portrait conforme à l’image « officielle » du savant est en réalité plus nuancé : les membres de l’équipe sont présents à tous les stades des expériences et sont peut-être à l’origine des plus grandes découvertes. L’appellation anachronique « commando » souligne la force de cette équipe.

▶ 8. Les deux documents montrent un grand savant, Pasteur, au travail. Alors que le texte détaille des expériences réalisées sur des animaux sur le terrain, avec l’aide précieuse d’une équipe entière, le tableau privilégie l’image d’un homme de laboratoire, seul dans ses recherches.

▶ 9. Le tableau dresse le portrait d’un homme plus que d’un héros. Une impression de calme et de recherche studieuse se dégage de la toile. Le texte en revanche présente un homme en proie aux doutes et aux angoisses, menant des expériences sur le vivant tout en étant incertain du résultat.

2de partie • Rédaction et maîtrise de la langue

dictée

POINT MÉTHODE

1 Souviens-toi que le participe passé employé sans auxiliaire fonctionne comme un adjectif qualificatif : tu dois identifier le nom auquel il se rapporte pour l’accorder convenablement.

2 Les noms féminins qui se terminent par le son –té s’écrivent sans e (sauf quelques exceptions, comme « dictée »).

3 Attention à l’emploi des consonnes doubles dans certains mots.

Victor Hugo et Louis Pasteur. Le grand écrivain et le grand savant. Les deux phares qui, au-delà de la France, éclairent encore le monde. Deux bienfaiteurs de l’humanité. L’un, explorateur des vertiges de l’âme, a rendu leur dignité aux misérables et, pour cela, demeure célébré de l’Amérique latine à la Chine. L’autre, découvreur des sources de la vie, a triomphé de la rage. Tous les deux nés dans cette province appelée Franche-Comté pour les libertés qu’elle savait défendre. […] L’un chérissait la liberté, l’autre la science. Quand, l’un après l’autre, la mort finit par les rattraper, le même hommage leur fut rendu […]. Ensemble, ils résument leur siècle.

réécriture

Les modifications sont mises en couleur.

« Une semaine plus tard, quand ils reviennent à Pouilly, des acclamations les accueillent. Toutes les bêtes non vaccinées sont mortes […]. »

travail d’écriture

Voici un exemple de rédaction sur chacun des deux sujets.

Attention les titres en couleur ne doivent pas figurer sur ta copie.

Sujet A

[Introduction] Les découvertes scientifiques ont considérablement changé le quotidien des hommes, dans de nombreux domaines : la santé, la communication, les déplacements. On parle ainsi des « progrès » scientifiques qui améliorent notre ordinaire. Pourtant, les découvertes ne sont pas toujours synonymes d’amélioration. Nous étudierons d’abord les aspects positifs des découvertes scientifiques ; puis nous envisagerons les catastrophes qu’elles ont parfois amenées.

[Les avancées scientifiques] Les découvertes scientifiques sont souvent une source de progrès. Le recul de la mortalité est dû aux progrès de la médecine, et à la découverte du principe d’hygiène. La vaccination a aussi permis d’éradiquer nombre de maladies, comme le montre Erik Orsenna dans son ouvrage consacré à Pasteur : La vie, la mort, la vie. Au quotidien, nous profitons également des progrès scientifiques, et notamment de la découverte de l’électricité. Il nous semblerait difficile de nous passer de ce confort qui consiste à allumer un radiateur, une plaque électrique ou à se connecter à Internet.

[Les applications malheureuses] Cependant, les découvertes scientifiques ne sont pas nécessairement synonymes de progrès pour les hommes, car elles reçoivent souvent des applications militaires et meurtrières. Beaucoup de soldats sont tués pendant la Première Guerre mondiale par les armes chimiques qui font leur apparition et provoquent une mort lente et douloureuse. Et même dans le domaine médical, les suites des nouvelles découvertes ne sont pas toujours positives. Certains vaccins sont ainsi soupçonnés de provoquer des effets secondaires très graves et irréversibles.

[Conclusion] Les découvertes successives ont considérablement changé le quotidien des hommes. Si certaines améliorent notre vie, d’autres se révèlent meurtrières. Il est donc impossible d’affirmer que ces découvertes sont une source de progrès pour l’humanité, tant certaines applications qui en sont faites sont funestes.

Sujet B

Conseil

Présente ton devoir sous la forme d’une lettre, en mentionnant l’expéditeur, la date, le lieu, les formules de politesses.

Florine Vérin

Chemin des Plateaux

78440 Praville

Praville, le 7 juillet 2016

Monsieur le Président de l’Académie des sciences,

J’ai l’honneur de vous informer d’une découverte que j’ai faite récemment, et qui pourrait révolutionner notre quotidien.

[Rappel du contexte] La pollution toujours plus importante, et les bouleversements climatiques nous font craindre une pénurie possible de notre ressource naturelle la plus importante : l’eau. Sans eau, on le sait bien, nulle forme de vie n’est possible. Et sans purification, les bactéries et les virus pullulent, faisant du liquide un véritable poison.

[Présentation de la découverte] C’est en partant des méthodes mécaniques existantes pour filtrer l’eau que j’ai découvert un moyen beaucoup plus radical de fournir, en quantité, de l’eau potable à toute l’humanité. Par un procédé simple mais connu de moi seule, je suis désormais en mesure d’obtenir de l’eau potable à partir de n’importe quel liquide : eau de mer, jus de fruit, eau de pluie et même transpiration… Le procédé chimique utilisé est sans danger pour la santé.

[Demande de soutien] Mais pour être réellement exploitable, ma découverte nécessite quelques aménagements. Je pense notamment à la fabrication d’une machine effectuant automatiquement la transformation. C’est pour cette raison, Monsieur le Président, que j’ai l’honneur de solliciter une aide financière, qui me permettrait de mener à bien mes derniers travaux de recherche.

Dans l’attente de votre réponse, veuillez agréer, cher Monsieur, l’expression de mes salutations distinguées.

Florine Vérin