Famille et intégration sociale

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle ES | Thème(s) : L'épreuve orale
Type : Sujet d'oral | Année : 2012 | Académie : Inédit
 
Unit 1 - | Corpus Sujets - 1 Sujet
 
Famille et intégration sociale
 
 

Sociologie

Corrigé

57

Sujets d’oral

sesT_1200_00_57C

 

Sujet d’oral n° 4

Sociologie

> Comment la famille contribue-t-elle au processus d’intégration sociale ?

Document 1

Réussite scolaire des jeunes par origine sociale
et niveau d’étude de la mère, selon que les parents étaient unis ou séparés quand le jeune avait 18 ans

 

Origine sociale (CSP du père)

Niveau d’étude de la mère

Proportion de jeunes ayant obtenu un diplôme (%)

Bac ou plus1

Bac + 3 ou plus2

Unis

Séparés

Unis

Séparés

Cadre et profession intermédiaire

Aucun diplôme ou études secondaires

63

52

18

8

Diplôme d’études supérieures

93

85

45

25

Ouvrier

Aucun diplôme

20

14

3

0

Diplômée

33

28

6

3

Employé

Aucun diplôme

35

16

5

4

Diplômée

53

30

16

5

Indépendant

Aucun diplôme

33

16

4

0

Diplômée

59

52

18

11

 

Source : Insee, Enquête Jeunes 1992, extrait de Paul Archambault, Population et société, n° 379, mai 2002.

1. Champ : personnes âgées de 20 à 29 ans au moment de l’enquête.

2. Champ : personnes âgées de 23 à 29 ans au moment de l’enquête.

Document 2

Tous les spécialistes de la famille constatent que le « clan » familial n’a pas été détruit par l’évolution des modes de vie et des structures (unions libres, parents uniques, positions, etc.). Il a au contraire gardé une importance primordiale pour les Français, qu’ils soient enfants ou adultes. En cette fin de siècle marquée notamment par une crise économique de longue durée, il joue un rôle protecteur et sécurisant : il est pour les adolescents et les jeunes adultes un refuge, un soutien, un lieu d’échanges et d’écoute, que les parents soient mariés, remariés, seuls ou en couple. […] Un journaliste du Parisien demandait récemment à Anne Muxel, sociologue de la famille, si la forte cohésion des familles françaises d’aujourd’hui « s’accommode de la multiplication des familles recomposées ». La réponse était claire : « Entre demi-frères ou demi-sœurs, entre ex-époux, il est certain que les liens ne sont pas définis de façon institutionnelle. Mais on a appris qu’il était préférable pour tous d’éviter les ruptures brutales, et que tout le monde avait à gagner à ce que ça se passe bien. On a simplement redéfini ces liens familiaux. »

G. Langouët (dir.), Les « Nouvelles Familles » en France, Hachette, 1998.

Questions préalables

>1. À l’aide de données chiffrées, montrez que la situation conjugale des parents influence la réussite scolaire des enfants (document 1).

Candidats n’ayant pas suivi l’enseignement de spécialité

>2. Par quel indicateur peut-on mesurer la croissance économique ?

>3. Qu’est-ce que la méritocratie ?

Candidats ayant suivi l’enseignement de spécialité « Économie approfondie »

>2. Qu’est-ce qu’une situation d’aléa moral ?

>3. Distinguez les systèmes de retraite par répartition et par capitalisation.

Préparation

Les termes du sujet

  • Au sens large, une famille désigne l’ensemble des personnes qui ont des liens de parenté (relations d’alliance, de filiation ou de germanité). L’intégration sociale désigne le processus par lequel un individu se sent appartenir à la société en adhérant aux normes et aux valeurs communes, et participe à la vie collective.

Document 1

Ce document montre que le taux de réussite des jeunes dont les parents sont unis est toujours plus élevé que celui des jeunes dont les parents sont séparés. Cette influence sur la réussite scolaire est encore plus significative lorsque le niveau de diplôme s’élève. On remarque également qu’elle varie selon la catégorie socioprofessionnelle du père et le diplôme de la mère.

Document 2

Il rappelle que, malgré les profondes évolutions de la famille, notamment la crise de l’alliance, cette institution conserve un rôle essentiel de protection et de solidarité entre ses membres. Dans un contexte économique et social incertain, la famille demeure un lieu de « refuge », de « soutien », « d’échanges et d’écoute », qui participe à l’intégration sociale des individus.

Présentation

Réponses attendues aux questions préalables

>1. Bien que cela ne soit ni le seul ni le principal facteur, la situation conjugale des parents influence la réussite scolaire des enfants. On observe par exemple, parmi les enfants dont le père est cadre ou profession intermédiaire et dont la mère détient un diplôme d’études supérieures, que 45 % d’entre eux sont titulaires d’un bac + 3 ou plus ; cette proportion tombe à 25 % lorsque les parents sont séparés, soit une différence de 20 points de pourcentage.

La réussite scolaire des enfants est donc plus élevée lorsque les parents restent unis et cette relation est avérée quels que soient la catégorie socioprofessionnelle des parents et le niveau de diplôme de la mère.

Candidats n’ayant pas suivi l’enseignement de spécialité « Économie ­approfondie »

> 2. La croissance économique désigne l’augmentation durable de la production d’une économie. Elle se mesure par l’évolution du produit intérieur brut (PIB) réel qui correspond, sur la période considérée, à la somme des valeurs ajoutées brutes réalisées par les unités productives résidant sur le territoire, à laquelle on ajoute la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) et on soustrait les subventions sur les produits.

> 3. La méritocratie désigne un système dans lequel les positions sociales repose sur le mérite individuel. Ce principe est au fondement des sociétés démocratiques.

Candidats ayant suivi l’enseignement de spécialité « Économie approfondie »

> 2. Un aléa moral désigne une situation où le fait d’être garanti auprès d’un autre agent contre un événement particulier accroît la prise de risque et donc les chances de réalisation de cet événement.

> 3. Dans un système de retraite par répartition, les cotisations, versées par les actifs au titre de l’assurance vieillesse, sont immédiatement utilisées pour payer les pensions des retraités. Ce système repose sur une forte solidarité entre générations. Son équilibre financier dépend du rapport entre le nombre de cotisants et celui des retraités.

Dans un régime de retraite par capitalisation, la logique est différente : les actifs d’aujourd’hui épargnent en vue de leur propre retraite. Les cotisations font l’objet de placements financiers ou immobiliers, dont le rendement dépend essentiellement de l’évolution des taux d’intérêt.

Réponse au sujet

Introduction

  • Accroche et reformulation du sujet : les profondes mutations de la famille sont souvent interprétées comme une « crise de la famille » dont l’une des conséquences serait un affaiblissement du rôle de cette institution dans le processus d’intégration sociale. Les études sociologiques invitent néanmoins à nuancer cette thèse en montrant que la famille conserve un rôle clé dans l’intégration sociale de ses membres. Quels sont alors les moyens et les processus par lesquels la famille participe à l’intégration sociale ?
  • Définition des termes : famille, processus d’intégration sociale.
  • Annonce du plan : la famille participe au processus d’intégration sociale de ses membres en les socialisant et en restant un lieu de solidarité.

Développement

  • La famille participe à intégrer socialement ses membres en les socialisant.
  • La famille est un acteur essentiel de la socialisation primaire.
  • Par la transmission d’un capital culturel, elle influence la réussite scolaire. Celle-ci est plus forte lorsque la situation conjugale est stable (document 1).
  • La famille, malgré ses transformations, intègre également en étant un lieu de relations et de solidarités sociales (document 2).
  • La famille reste un refuge garantissant des liens de solidarité importants, ce qui renforce la cohésion et l’intégration sociales, notamment dans un contexte économique et social incertain.

Conclusion

Malgré les profondes mutations de la famille, cette institution reste au cœur du processus d’intégration sociale.