Flexibilité du travail et chômage

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle ES | Thème(s) : L'épreuve orale
Type : Sujet d'oral | Année : 2012 | Académie : Inédit
 
Unit 1 - | Corpus Sujets - 1 Sujet
 
Flexibilité du travail et chômage
 
 

Regards croisés

Corrigé

59

Sujets d’oral

sesT_1200_00_59C

 

Sujet d’oral n° 6

Regards croisés

> La flexibilité du travail peut-elle réduire le chômage ?

Document 1

L’Insee […] a annoncé que l’économie avait détruit 22 600 postes au quatrième trimestre 2011 et 31 500 au troisième, rompant ainsi avec une tendance positive depuis fin 2009. […]

Les données du troisième trimestre ont été fortement révisées puisque l’Institut national de la statistique tablait jusqu’à présent sur un solde légèrement positif de 3 600 postes créés sur cette période.

Les données du quatrième trimestre ont, en revanche, été revues plus positivement puisque l’Insee avait avancé mi-février le chiffre de 31 900 destructions d’emplois.

Au final, l’économie perd des emplois depuis deux trimestres consécutifs et non plus un seul comme le laissaient penser les données provisoires. La France n’avait plus perdu d’emplois depuis fin 2009. […]

Pour le quatrième trimestre, l’Insee note que la grande majorité des destructions d’emplois ont concerné l’intérim, avec 21 100 emplois en moins au quatrième trimestre (– 3,6 %). Hors intérim, l’emploi est resté stable, avec 4 900 postes en plus dans le tertiaire.

Les secteurs de l’industrie et de la construction sont, en revanche, dans le rouge au dernier trimestre 2011, avec respectivement 1 700 postes en moins (– 0,1 %) et - 4 600 (– 0,3 %).

Sur un an, l’emploi salarié reste en modeste hausse (+ 0,4 %, avec 67 300 postes créés).

Source : AFP, 8 mars 2012.

Document 2

Évolution de l’emploi précaire en France

 

1975

1985

2010

Emplois précaires (en milliers)

217

752

3 191

Intérimaires

0

113

527

CDD

0

315

1 938

Apprentis

165

178

395

Contrats aidés et stagiaires

152

146

331

En % de l’emploi salarié

1,24

4,17

 13,5 

 

Source : INSEE.

Questions préalables

>1. Faites une phrase donnant la signification de la donnée encadrée du document 2.

Candidats n’ayant pas suivi l’enseignement de spécialité « Sciences sociales et politiques »

>2. Quels sont les quatre types de capital qui doivent être pris en compte pour analyser le bien-être des populations ?

>3. Qu’est-ce qu’une classe sociale pour Marx ?

Candidats ayant suivi l’enseignement de spécialité « Sciences sociales
et politiques »

>2. Quels sont les trois pouvoirs dans la démocratie et leur fonction principale ?

>3. Quels sont les deux grands types de régime démocratique ?

Préparation

Les termes du sujet

  • La flexibilité du travail signifie que les entreprises peuvent adapter la quantité de travail et/ou le coût du travail aux évolutions de la conjoncture économique. Le chômage désigne la situation d’un actif sans emploi, disponible et recherchant activement un emploi.
  • La question posée incite à mettre en relation la flexibilité du travail et le chômage dans une optique libérale, le marché du travail étant considéré comme un marché semblable à tous les autres. Mais le sens de la question implique de nuancer l’affirmation selon laquelle la flexibilité réduit le chômage.

Document 1

Ce document montre que l’économie française, au cours de l’année 2011, tend à perdre des emplois. On peut l’expliquer par une croissance économique faible entraînant la destruction d’emplois surtout intérimaires, c’est-à-dire précaires. Ainsi, on voit que la précarité de l’emploi, liée à une plus grande flexibilité du marché du travail, se traduit par une sensibilité forte du niveau de l’emploi à la conjoncture économique.

Document 2

Il permet de mesurer la part grandissante de l’emploi précaire dans l’emploi salarié. Si les emplois précaires restent moins nombreux, l’augmentation de leur part depuis 1975 s’explique par la faible réglementation du travail, qui a favorisé la création d’emplois à contrat à durée déterminée ainsi que le recours à l’emploi intérimaire. Cependant, il faut noter que la part de l’emploi précaire reste relativement faible dans l’ensemble.

Présentation

Réponses attendues aux questions préalables

> 1. Selon l’INSEE, en France en 2010, sur 100 emplois salariés, 13,5 sont des emplois précaires.

Candidats n’ayant pas suivi l’enseignement de spécialité « Sciences sociales et politiques »

> 2. On peut distinguer quatre types de capital pour analyser le bien-être des populations. Le capital naturel, constitué par l’ensemble des ressources naturelles ; le capital physique, correspondant au stock de richesses accumulées pour produire ; le capital humain, englobant aptitudes, qualifications, expériences accumulées par un individu qui déterminent en partie sa capacité à travailler ; le capital social, constitué par un ensemble de règles, de structures sociales et de réseaux sociaux.

> 3. Pour Marx, les classes sociales sont définies par leur place dans les rapports de production capitalistes. On distingue la classe capitaliste (bourgeoisie), qui possède les moyens de production, de la classe ouvrière (prolétariat), qui ne possède que sa force de travail qu’elle vend à la bourgeoisie.

Candidats ayant suivi l’enseignement de spécialité « Sciences sociales et ­politiques »

> 2. Dans chaque État, on peut distinguer trois pouvoirs. Le pouvoir législatif vote les lois et il est détenu par des assemblées représentatives. Le pouvoir exécutif est assuré par le gouvernement chargé d’exécuter les lois adoptées par les assemblées. Enfin, le pouvoir judiciaire fait respecter la loi. Ce sont les tribunaux composés de juges qui ont en charge le pouvoir judiciaire.

> 3. Les deux grands types de régime démocratique sont le régime parlementaire et le régime présidentiel. Dans le premier, la séparation des pouvoirs est souple : le gouvernement est responsable devant le Parlement, celui-ci pouvant être dissous par l’exécutif. Dans un régime présidentiel, la séparation des pouvoirs entre l’exécutif et le législatif est forte. Le chef de l’exécutif ne peut dissoudre le Parlement et ce dernier ne peut renverser le gouvernement. Cependant, la séparation des pouvoirs n’est pas rigide. Ainsi, aux États-Unis, la Constitution donne au président un droit de veto sur les lois votées par le Congrès. En contrepartie, la nomination des principaux responsables des ministères doit être approuvée par le Sénat.

Réponse au sujet

Introduction

  • Accroche et annonce du sujet : depuis les années 1980, les économies industrialisées, et particulièrement la France, connaissent un chômage de masse. Une des solutions pour réduire ce chômage est, selon la thèse libérale, de rendre plus flexible le marché du travail, d’où la question : la flexibilité du travail peut-elle réduire le chômage ?
  • Définition des termes du sujet : flexibilité du travail et chômage.
  • Annonce du plan : dans une première partie, présentez la vision libérale de la question, puis, dans une seconde partie, montrez les limites de cette analyse.

Développement

  • Utilisez vos connaissances personnelles pour présenter l’analyse libérale. Le marché du travail est un marché comme les autres qui atteint une situation de plein emploi si on le laisse suivre son cours : flexibilité des salaires, absence de rigidités liées au contrat de travail et à la protection sociale.
  • Montrez, à l’aide des documents, que le ralentissement de la conjoncture peut entraîner une rapide hausse du chômage (document 1). De plus, la flexibilité se traduit par une plus grande précarité de l’emploi (document 2) qui peut avoir des effets négatifs sur l’emploi, et donc favoriser une hausse du chômage.

Conclusion

La flexibilité du travail peut accélérer la baisse du chômage en période d’accélération de la croissance économique mais, lorsque la conjoncture se dégrade, le chômage augmente rapidement.