Globalisation financière et intermédiation financière

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle ES | Thème(s) : Instabilité financière et régulation
Type : Sujet de spécialité | Année : 2016 | Académie : France métropolitaine


France métropolitaine • Juin 2016

économie approfondie • 20 points

Globalisation financière et intermédiation financière

La globalisation financière a-t-elle supprimé l’intermédiation financière ? (Sujet B)

Document 1

Dans les années 1980, tous les pays industrialisés connaissent un déclin de la finance intermédiée au profit de la finance directe. […]

Le mouvement de désintermédiation a toutefois été contrebalancé par deux tendances : l’apparition de nouveaux intermédiaires financiers (les investisseurs institutionnels1) et l’affirmation de la présence des banques sur le marché des titres. C’est donc plus précisément à un mouvement de désintermédiation/réintermédiation qu’on a assisté. […]

Le processus de « désintermédiation » correspond surtout à un déplacement du champ d’activité des intermédiaires financiers. Au-delà du phénomène de désintermédiation, une nouvelle forme d’intermédiation a pris place, dans un environnement caractérisé par une formidable croissance des activités de marché. En effet, l’ouverture et le décloisonnement des marchés ont certes provoqué un déclin relatif des crédits, mais, parallèlement, ils ont aussi offert aux banques un vaste champ d’investissements, les autorisant à intervenir davantage dans le financement de l’économie par achat de titres sur les marchés.

Nicolas Couderc, « Trente ans de mutation financière », Cahiers français, n357, juillet-août 2010.

1. Organismes qui collectent l’épargne et la placent sur les marchés.

Document 2 Financement des grandes entreprises françaises par type d’endettement (taux de croissance, en glissement annuel1, %)

sesT_1606_07_01C_01

Source : Direction générale du Trésor, L’évolution du financement des entreprises depuis 2007, ­23 septembre 2013.

1. Chaque point de la courbe représente le taux de croissance depuis les 12 derniers mois. Exemple : en janvier 2009, le financement des grandes entreprises françaises par recours à l’endettement sur les marchés était de 10 % supérieur à ce qu’il était en janvier 2008.

Les clés du sujet

Entrer dans le sujet, définir les mots clés

La globalisation financière correspond à un processus de libéralisation de la circulation des capitaux entraînant la formation d’un marché unifié des capitaux au niveau mondial.

L’intermédiation financière est la situation dans laquelle la relation entre offreurs et demandeurs de capitaux s’effectue par l’intermédiaire d’une institution financière.

Comprendre les documents

Document 1

Ce texte fait le constat de la désintermédiation financière depuis les années 1980. Cependant, l’auteur du texte nuance ce constat : de nouveaux intermédiaires financiers sont apparus et un nouveau rôle pour les banques qui prennent encore plus part au financement de l’économie.

Document 2

Ce graphique permet de comparer l’évolution de la croissance de l’endettement de marché et de l’endettement bancaire entre 2007 et 2013. On constate que, généralement, lorsque la croissance de l’endettement de marché augmente, celle de l’endettement bancaire baisse, et inversement.

Structurer sa réponse

Nous verrons dans un premier temps que la globalisation financière s’accompagne en principe d’une baisse de l’intermédiation financière, puis que ce mouvement de désintermédiation est relatif.

Corrigé

Corrigé

Introduction

Commencée dès les années 1980, la globalisation financière représente le processus de libéralisation de la circulation des capitaux entraînant la formation d’un marché unifié des capitaux au niveau mondial. Une des caractéristiques de ce phénomène est la suppression de l’intermédiation financière qui est la situation dans laquelle la relation entre offreurs et demandeurs de capitaux s’effectue par l’intermédiaire d’institutions financières, principalement les banques.

Si la désintermédiation est l’une des caractéristiques de la globalisation financière, elle reste cependant relative.

Développement

La globalisation financière résulte d’un ensemble de décisions politiques adoptées à partir des années 1980 que l’on présente selon la règle des 3 D : la déréglementation, le décloisonnement et enfin la désintermédiation. Celle-ci limite la part du financement bancaire des entreprises, ce qui permet le passage progressif d’une économie d’endettement à une économie de marchés financiers. Dans cette économie, les agents à besoin de financement émettent directement des titres financiers sur le marché financier afin de financer leur activité. Ainsi, on constate le déclin du financement intermédié depuis les années 1980 (document 1). Durant la période 2007-2013, l’endettement bancaire baisse de près de 9 % en 2009, alors que l’endettement de marché progresse de 18 % environ la même année (document 2).

Cependant, cette désintermédiation reste relative. En effet, la progression de l’endettement bancaire se redresse entre 2010 et 2012, alors qu’inversement la croissance de l’endettement de marché baisse (document 2). La désintermédiation est freinée par l’émergence de nouveaux intermédiaires financiers, les investisseurs institutionnels, qui sont des institutions financières qui collectent et placent l’épargne sur le marché financier. Les principaux investisseurs institutionnels sont les fonds de placement, les compagnies d’assurances, les organisations de placement collectif. De plus, les banques continuent à jouer un rôle important sur le marché financier en émettant des titres financiers et en se portant acquéreur de titres, renouvelant ainsi leur rôle d’intermédiaire financier.

Conclusion

Si la globalisation financière est caractérisée par un déclin de l’intermédiation financière, celle-ci conserve malgré tout un rôle important du fait de l’activité des investisseurs institutionnels et de l’évolution du rôle des banques sur le marché financier.