Homéostasie

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle ST2S | Thème(s) : Homéostasie

Sujet de type Bac

Sujet d’étude n°1 : à partir du sujet Antilles Guyane – juin 2014

Lors de la visite prénatale du 6e mois, Madame X, 42 ans, pèse 95 kg et mesure 1,51 m. Elle indique au médecin qu’elle souffre de fatigue chronique et généralisée et qu’elle est sujette à des vertiges et à des palpitations cardiaques. Son médecin note qu’elle est pâle et essoufflée en arrivant dans la salle d’attente située au rez-de-chaussée de l’immeuble.

Il réalise une analyse d’urine par test bandelette qui révèle la présence de glucose et l’absence de protéine dans l’urine. D’autre part, il lui prescrit une analyse de sang dont les résultats sont pour partie consignés dans le tableau ci-après.

PB_9782216129331_T_ST2S_01_BIOLOGIE_Tab_100

1. Donner le terme technique correspondant aux expressions en gras dans le texte et définisser la glycémie.

2. Identifier les anomalies de la NFS à partir des données du tableau en utilisant les termes médicaux adaptés. Le médecin diagnostique une anémie. Établir un lien entre ce diagnostic et des données cliniques relevées chez la patiente.

Le médecin suspecte un diabète gestationnel. C’est un diabète (hyperglycémie supérieure à 11 mmol/L avec glycosurie) diagnostiqué pendant la grossesse, il peut débuter et ne durer que le temps de la grossesse ou préexister et persister après l’accouchement. Pour confirmer le diagnostic, il prescrit à Madame X un test d’hyperglycémie provoquée par voie orale (HGPO). Ce test consiste à faire ingérer au patient à jeun une solution de 250 ml d’eau contenant 75 g de glucose. Des prélèvements sanguins sont réalisés toutes les 30 minutes afin de mesurer la glycémie. Les résultats obtenus pour Madame X figurent dans le tableau ci-dessous. Les résultats obtenus chez un individu non diabétique sont présentés sur le graphique de la figure 10.

PB_9782216129331_T_ST2S_01_BIOLOGIE_Tab_99

12933_Biolo_4_10_stdi

Fig. 10 – Test HGPO sujet non diabétique

3. Tracer la courbe correspondant aux résultats de Madame X sur le graphique de la figure 10.

4. Analyser la courbe obtenue chez le sujet non diabétique et expliquer l’évolution de la glycémie au cours du temps.

5. Analyser la courbe de Mme X. Ce résultat confirme-t-il le diagnostic de diabète ? Justifiez votre réponse.

Pour identifier le type de diabète dont souffre Mme X, le médecin prescrit à la patiente une nouvelle HGPO avec dosage concomitant de la glycémie et de l’insulinémie. Elle révèle une insulino-résistance des tissus de Mme X.

6. Définir le terme insulinémie et indiquer les caractéristiques de la molécule dosée et son rôle dans l’organisme. Votre réponse comportera les termes : hormone, régulation, glycémie, cellule ß, sécrétion, glycogénogenèse, hypoglycémiante, hyperglycémie, Langerhans.

Le médecin diagnostique un diabète de type 2 et prescrit le suivi alimentaire de la patiente par une diététicienne.

7. Établir des relations entre les données cliniques et paracliniques du patient et le diagnostic du médecin. Indiquer l’objectif principal du suivi diététique.

Corrigé

Sujet d’étude n° 1 

1. Asthénie = fatigue chronique. Glycosurie = présence de glucose dans l’urine. Protéinurie = protéine dans l’urine. Glycémie = concentration du plasma en glucose.

2. L’hémogramme révèle un hématocrite trop faible et un déficit en hématies (érythropénie). La teneur insuffisante en hémoglobine (95 g/L) correspond à une anémie. Le diagnostic du médecin tient compte des résultats de la NFS et des signes cliniques. L’asthénie et l’essoufflement sans gros effort, s’expliquent par un déficit d’hémoglobine. Le déficit de transporteurs de dioxygène dans le sang entraîne un approvisionnement en O2 déficient pour les organes gros consommateurs comme les muscles en activité, d’où l’asthénie et l’essoufflement après effort. La pâleur peut être rapprochée de la faible teneur en hémoglobine du sang dans les capillaires de la peau.

PB_9782216129331_T_ST2S_01_BIOLOGIE_Tab_12

3. Courbe correspondant aux résultats de Madame X sur le graphique de la figure 10.

4. Courbe bleue : la glycémie est normale à jeun (5,5 mmol/L), elle augmente modérément (maximum 8 mmol/L) suite à l’absorption intestinale du glucose ingéré, du fait du stockage hépatique du glucose. Par la suite, elle décroît progressivement pour retrouver des valeurs proches de la glycémie à jeun. Le glucose stocké par le foie est libéré dans le sang et utilisé par les cellules.

5. La courbe de Mme X montre une légère hyperglycémie à jeun. L’ingestion de glucose fait grimper la courbe jusqu’à 12 mmol/L (hyperglycémie provoquant la glycosurie) et la glycémie reste élevée pendant plusieurs heures. Ce résultat confirme le diagnostic de diabète : hyperglycémie marquée et glycosurie suite à l’ingestion de glucose.

6. Insulinémie = concentration de l’insuline dans le sang.

L’insuline est une hormone hypoglycémiante, sécrétée par les cellules ß des îlots de Langerhans du pancréas. L’insuline favorise la baisse de la glycémie, notamment en activant la glycogénogenèse hépatique. La sécrétion d’insuline est provoquée par une hyperglycémie, son action est essentielle pour la régulation de la glycémie après un repas. (Ceci n’est qu’un exemple de réponse).

7. Le diabète de type 2 apparaît le plus souvent après 40 ans, chez des personnes sujettes au surpoids et ses manifestations sont d’abord pas ou peu apparentes, ce qui est le cas de Mme X. Il est confirmé par l’hyperglycémie et l’insulino-résistance. La sécrétion d’insuline existe mais ses effets sont trop limités pour réguler correctement la glycémie. L’objectif principal du suivi diététique est d’obtenir un amaigrissement pour rétablir la sensibilité des tissus à l’insuline.