Hormones et fertilité

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : 1re ES - 1re L | Thème(s) : Prendre en charge sa vie sexuelle
Type : Partie 3 | Année : 2012 | Académie : Inédit
Unit 1 - | Corpus Sujets - 1 Sujet
 
Hormones et fertilité
 
 

Féminin/masculin

Corrigé

35

SVT

sci1_1200_00_52C

 

Sujet zéro

Féminin/masculin • 6 points

>1. On a mesuré le taux plasmatique de LH chez une femelle macaque ovariectomisée (sans ovaire) avant et après une injection d’hormones ovariennes (OP = œstrogène + progestérone). Le graphique ci-dessous (document 1) présente les résultats obtenus.

On précise que LH est une hormone sécrétée par l’hypophyse.

Document 1

 

D’après C. Thibault, M.-C. Levasseur,
La reproduction chez les Mammifères et l’Homme.

D’après les résultats obtenus, on peut dire que les hormones ovariennes :

(Entourez uniquement la réponse exacte.)

a) inhibent la libération de LH.

b) stimulent la libération de LH.

c) sont sans action sur la libération de LH.

d) stimulent puis inhibent la libération de LH.

>2. Les graphiques du document 2 ci-après représentent les résultats de dosages hormonaux effectués chez une femme lors d’un cycle normal, puis sous prise de pilule œstroprogestative normodosée.

Document 2

 

 

« Les substances de synthèse contenues dans la pilule exercent un rétro-contrôle négatif sur le complexe hypothalamo-hypophysaire. »

Les informations du document 2 qui confortent cette idée sont que :

(Dans chaque proposition, cochez vrai ou faux.)

a) Une femme prenant la pilule ne présente
pas de pic d’œstradiol.

b) Une femme prenant la pilule ne présente pas d’augmentation
de la production de FSH.

c) Une femme prenant la pilule ne présente pas d’augmentation
de la production de progestérone.

d) Une femme prenant la pilule ne présente pas de pic de LH.

>3. Les expériences décrites ci-dessous ont été réalisées sur des lapines impubères pour comprendre l’effet de la molécule RU486 utilisée dans le cadre de l’IVG médicamenteuse.

Document 3
 

Lot 1

Lot 2

Lot 3

Protocole

Injection d’œstrogène

Injection d’œstrogène puis de progestérone

Absorption orale de RU 486 puis injection d’œstrogène et progestérone

Résultats : coupe transversale d’utérus1 après traitement

1. Les schémas sont à la même échelle.

m : muqueuse utérine.

 

On peut affirmer que le RU486 empêche le maintien de l’embryon dans l’utérus grâce à l’exploitation des résultats :

(Entourez uniquement la réponse exacte.)

a) des lots 1 et 3.

b) des lots 2 et 3.

c) du lot 3 uniquement.

d) du lot 2 uniquement.

>4. Le document ci-après évoque l’origine de la stérilité d’une femme et retrace les étapes d’une FIVETE (fécondation in vitro et transplantation d’embryon) telle qu’elle a été réalisée pour lui permettre de concevoir un enfant.

Document 4

 

D’après ce document, cette femme est stérile car :

(Dans chaque proposition, cochez vrai ou faux.)

a) elle ne peut ovuler.

b) l’embryon ne peut s’implanter naturellement.

c) elle a les trompes bouchées.

d) les spermatozoïdes ne peuvent atteindre naturellement
la cavité utérine.

Interpréter les questions

Les questions sont des QCM (questionnaire à choix multiple).

>  1.et >  3. Il faut entourer uniquement la réponse exacte ; vous n’obtenez aucun point si deux réponses sont cochées.

>  2.et >  4. Il faut indiquer en cochant pour chaque proposition, si elle est exacte ou fausse. Il y a en général toujours au moins une réponse vraie parmi celles proposées.

Il ne vous est demandé aucune justification, cependant nous avons choisi dans ce corrigé d’expliquer les choix et/ou de reformuler les réponses fausses, pour vous aider à mieux comprendre.

Comprendre les documents

Document 1

Ce graphe indique le taux de LH (hormone hypophysaire) en fonction du temps avant et après injection d’hormones ovariennes.Le but est de ­comprendre l’effet de ces hormones sur la sécrétion de LH.

Document 2

C’est un ensemble de graphiques concernant l’évolution des concentrations d’hormones hypophysaires (LH, FSH) et ovariennes (œstradiol, progestérone) en fonction du temps, sans et avec prise de pilule œstro-progestative normodosée. Le but est de comprendre le mode d’action de cette pilule.

Document 3

Il s’agit d’un tableau représentant le protocole et les résultats d’expériences d’injections menées sur des lapines ; le but est de comprendre le mode d’action de RU486.

Document 4

C’est un schéma qui concerne les mécanismes de la FIVETE et qui permet de s’interroger sur les raisons de la stérilité d’une femme.

Organiser les réponses

Il suffit de cocher dans les cases de l’énoncé ; inutile de reformuler ou de justifier comme nous l’avons fait dans ce corrigé pour vous aider.

Corrigé
 

>1. La réponse exacte est la réponse a).

En effet, l’injection d’OP provoque la diminution du taux de LH (de 60 à 10 ng/‌mL en 16 jours) ; ainsi, on peut affirmer que les hormones ovariennes combinées empêchent la sécrétion de LH par l’hypophyse.

>2. D’après l’analyse du document 2, les réponses sont les suivantes :

a) Faux.

b) Vrai.

c) Faux.

d) Vrai.

L’absence de pic d’œstradiol et de progestérone n’est pas une conséquence directe de la prise de pilule combinée. D’une part, on peut leconstater sur le document ; d’autre part, on sait que cette pilule provoque une absence de pic de LH et de FSH. L’absence d’augmentation d’hormones ovariennes n’est qu’une conséquence du blocage exercé par la pilule sur le complexe hypothalamo-hypophysaire.

>3. La réponse exacte est la réponse b).

En effet, un lot seul ne peut rien montrer (réponses c) et d)) ; et par ailleurs, il est nécessaire de comparer les lots 2 et 3 pour interpréter que :

  • l’œstrogène et la progestérone permettent le développement de la muqueuse utérine (lot 2 comparé au témoin) ;
  • mais que l’absorption au préalable de RU486 empêche ce développement (lot 3 comparé au 2), et donc empêche le maintien de l’embryon dans l’utérus.

>4. D’après les indications fournies par le document 4, les réponses sont les suivantes :

a) Faux.

b) Vrai.

c) Vrai.

d) Faux.

En effet, le schéma indique clairement que les trompes de la femme sont obstruées ; ainsi, il est impossible que l’embryon puisse s’implanter naturellement car les spermatozoïdes ne peuvent atteindre l’ovule dans la trompe, et donc il ne peut y avoir de fécondation naturelle. Par contre, ils peuvent tout à fait atteindre la cavité utérine, ce qui ne suffit pas à pouvoir concevoir de façon naturelle. Enfin, a priori, la femme est capable d’ovuler puisque la ponction est effectuée dans ses propres ovaires.