Irish paralympics heroes back home

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle ES - Tle S - Tle STI2D - Tle STMG - Tle ST2S - Tle STL | Thème(s) : L'idée de progrès - L'épreuve de compréhension orale
Type : Compréhension orale | Année : 2012 | Académie : Inédit
Corpus Corpus 1
Irish paralympics heroes back home

Séries ES, S et technologiques • Compréhension orale

Corrigé

26

Oral

angT_1200_00_17C

Sujet d’oral • L’idée de progrès

compréhension orale • Séries ES, S, technologiques

> Après trois écoutes du document, rédigez un compte rendu en français.

Ce document a été réalisé par la BBC le 11 septembre 2012. Vous le trouverez à l’adresse suivante : http://www.bbc.co.uk/sport/0/disability-sport/19560211

Vous pouvez également y accéder en tapant les mots clés : « paralympic 2012 heroes home bbc » dans un moteur de recherche.

Script

Jennifer O’Leary: They returned to Dublin airport as they had left: heroes - bar the added weight of 16 medals. Sprinter Jason Smyth took double gold.

Smyth: They’re pretty big medals, I don’t know exactly what weight they are, but I mean they are quite significantly bigger than Beijing, but I mean I think I could get used to them!

Jennifer O’Leary: His mantra is ‘anything is possible’.

Smyth: The only thing that..., stops you from achieving the things that you want to achieve, is yourself and your mind. And, you know, go after your dreams and get them.

Jennifer O’Leary: Glengormley’s Michael McKillop was also chosen as the athlete who best exemplified the spirit of the games.

McKillop: I was nominated down to the last three, and then I had to go for an interview..., alongside Oscar Pistorius and an Egyptian weight lifter, so to be in the same competition or the same line up as Oscar Pistorius and to go on and achieve the award that he was also nominated for, is something special.

Jennifer O’Leary: And ability inspires others. Waiting in the crowd was Roisin McGivern, her son Laurence who competed in the 100 m back-stroke had both lower limbs amputated at four years of age.”

Roisin McGivern: A disability doesn’t mean that you are a disabled person, you know. You can do whatever you set your mind to do and if anybody has proved that, Laurence definitely has. And I know that he’ll go from strength to strength.

Jennifer O’Leary: The celebrations will continue in communities across Northern Ireland this week and every athlete I spoke to had the same message: ‘Roll on Rio!’

Jennifer O’Leary, BBC Newsline Dublin airport.

Les clés du sujet

Le titre

  • La rédaction rappelle la présentation des titres aux journaux télévisés. Est annoncé le retour des athlètes des Jeux Paralympiques.
  • On peut donc supposer qu’il s’agit d’un reportage réalisé à l’occasion de l’arrivée des médaillés des Jeux Paralympiques de Londres en 2012. On peut supposer que le thème principal sera le handicap. Sondez votre culture sur le sujet : y aura-t-il référence à l’athlète handisport le plus célèbre, Oscar Pistorius ? Aux Jeux précédents (Beijing) ? Aux prochains (Rio) ?

Pour en savoir plus :

http://en.wikipedia.org/wiki/Ireland_at_the_Paralympics

http://www.bbc.co.uk/sport/0/disability-sport/19446549

1re écoute

Indices

La vidéo (logo de la BBC) présente l’arrivée des athlètes à l’aéroport (foule qui les attend, bannières de bienvenue, journalistes), commentée par une journaliste. Deux athlètes sont interviewés, ainsi qu’une femme, qui semble être la mère d’un troisième athlète. La journaliste est britannique, les personnes interviewées sont irlandaises et ont un accent.

Mots clés à repérer

Dublin airport ; heroes ; 16 medals ; double gold ; anything is possible ; to achieve ; the spirit of the games ; amputated ; celebrations will continue ; Northern Ireland.

Déductions

  • Il s’agit bien de l’arrivée des athlètes, accueillis comme des héros, à l’aéroport de Dublin : ils vont continuer à être fêtés jusqu’en Irlande du Nord (celebrations will continue ; Northern Ireland). Ils rapportent seize médailles d’or. Le premier athlète interviewé en a gagné deux (double gold).
  • Le reportage semble se référer à l’esprit des Jeux (the spirit of the games) selon lequel, pour tout athlète, de surcroît handicapé, tout est possible (anything is possible) : c’est probablement ce thème qu’il faudra approfondir lors des écoutes suivantes.

2e et 3e écoutes

Mots et phrases clés par thèmes

  • Sur la fierté : returned to Dublin airport as they had left: heroes ; 16 medals ; Sprinter Jason Smith took double gold ; celebrations will continue across Northern Ireland this week; same competition as Oscar Pistorius; I can get used to them.
  • Sur la 1re interview : pretty big medals; bigger than Beijing; I can get used to them; The only thing that stops you from achieving the things that you want to achieve is yourself and your mind; go after your dreams and get them.
  • Sur la 2de interview : was chosen as the athlete that best exemplifies the spirit of the games ; I was nominated ; I had to go for an interview alongside Oscar Pistorius and an Egyptian; same competition in the same line as Oscar Pistorius; something special.
  • Sur la 3e interview : her son Lawrence; had both lower limbs amputated at 4 years of age; 100 metre back ; stroke a disability doesn’t mean you’re a disabled person; you can do whatever you sent your mind to do; if anybody has proved that, Lawrence definitely has; he’ll go from strength to strength.
  • Sur la force de la volonté : anything is possible ; go after your dreams and get them; ability inspire others; the same message : Roll on Rio; a disability doesn’t mean you’re a disabled person; you can do whatever you sent your mind to do.

Déductions

  • Les performances de leurs athlètes font la fierté des Irlandais. Les trois personnes interviewées exposent un point de vue commun : rien, même un handicap très important (both lower limbs amputated at 4 years of age), ne peut empêcher quiconque d’atteindre ses buts (anything is possible ; ability inspire others ; you can do whatever you sent your mind to do).
  • La première personne interviewée est un sprinter (Sprinter Jason Smith). Il montre fièrement ses deux médailles d’or (pretty big medals), il a participé aux Jeux de Pékin (bigger than Beijing) et il réagit avec humour à ses victoires (I can get used to them). Il insiste sur le rôle majeur de la volonté (go after your dreams and get them).
  • La seconde n’a pas seulement gagné deux médailles d’or mais également une distinction se rapportant à l’attitude des sportifs (was chosen as the athlete that best exemplifies the spirit of the games). Cet athlète s’est alors trouvé face à Pistorius comme concurrent (same competition as Oscar Pistorius), ce fut un événement pour lui (something special).
  • La troisième est la mère d’un autre athlète – on la voit embrasser son fils (her son Lawrence) –, champion de natation (100 metre back stroke). Elle est fière de son fils (he’ll go from strength to strength). Elle considère qu’avoir un handicap ne signifie pas nécessairement que l’on soit une personne handicapée (a disability doesn’t mean you’re a disabled person) si on a la volonté de lutter (you can do whatever you sent your mind to do).
  • Ils sont prêts pour les prochains Jeux (the same message : Roll on Rio).
Corrigé
Corrigé
  • Il s’agit d’un reportage de la BBC réalisé à l’aéroport de Dublin lors de l’arrivée des athlètes handisports irlandais après les Jeux Olympiques 2012 de Londres. Considérés comme des héros déjà avant leur départ, ils sont accueillis comme tels, avec leurs seize médailles d’or ; d’après la journaliste, les festivités vont durer toute la semaine en Irlande du Nord.

La journaliste présente ensuite chacune des trois personnes interviewées.

  • Le premier athlète à prendre la parole, le sprinter Jason Smith, montre avec fierté et un brin d’humour ses deux médailles d’or, plus grosses que celle qu’il avait ramenée l’an dernier de Pékin, et au poids desquelles il saura s’habituer… Selon lui rien n’est impossible, il faut vivre ses rêves ; rien, à part soi-même et son manque de volonté, ne peut empêcher quiconque d’atteindre ses objectifs.
  • Le second médaillé est fier d’avoir gagné le titre de Meilleur Exemple de l’Esprit Olympique au terme d’une interview menée avec les deux autres athlè­tes retenus pour ce titre, dont Oscar Pistorius. Cette confrontation fut un événement pour lui.
  • Le troisième champion, nageur de cent mètres dos crawlé, amputé à quatre ans des deux membres inférieurs, n’est pas interviewé. C’est sa mère qui prend la parole : son fils a prouvé qu’avoir un handicap ne fait pas de lui une personne handicapée, on peut réussir quoi que ce soit si on s’en est donné l’objectif. Selon elle, son fils va devenir de plus en plus fort.
  • À la fin de ce reportage, où la volonté sans faille des champions handisports est une leçon pour tous, la journaliste conclut sur le fait que tout le monde est prêt pour les prochains Jeux de Rio.