Kant, Critique de la raison pure

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle Générale | Thème(s) : La conscience
Type : Explication de texte | Année : 2020 | Académie : Inédit


Explication de texte

Kant, Critique de la raison pure

4 heures

20 points

Intérêt du sujet • La conscience est le propre de l’homme. Elle fonde l’unité de la pensée et de la vie d’un individu. Elle fait de chacun de nous un sujet qui peut dire « je », un sujet responsable de sa pensée et de ses actes.

 

Expliquez le texte suivant :

Le : je pense doit nécessairement pouvoir accompagner toutes mes représentations ; car, si tel n’était pas le cas, quelque chose serait représenté en moi qui ne pourrait aucunement être pensé – ce qui équivaut à dire que la représentation ou bien serait impossible, ou bien ne serait du moins rien pour moi. La représentation qui peut être donnée avant toute pensée s’appelle intuition. Donc, tout le divers de l’intuition entretient une relation au : je pense, dans le même sujet où ce divers se rencontre.

[…] Je l’appelle l’aperception pure pour la distinguer de l’aperception empirique, ou encore l’aperception originaire parce qu’elle est cette conscience de soi qui, en produisant la représentation : je pense, laquelle doit pouvoir accompagner toutes les autres et est une et identique dans toute conscience, ne peut être accompagnée d’aucune autre.

Emmanuel Kant, Critique de la raison pure, I, 2,

trad. Alain Renaut, Flammarion, 2006.

La connaissance de la doctrine de l’auteur n’est pas requise. Il faut et il suffit que l’explication rende compte, par la compréhension précise du texte, du problème dont il est question.

 

Les clés du sujet

Repérer le thème et la thèse

Identifiez l’opposition entre le vocabulaire de l’expérience sensible (« représentations », « intuition », « divers », « empirique ») et celui de la conscience (« je pense », « aperception », « pour moi », « même sujet », « pure », « originaire », « une et identique »). Les mots mis en italique par l’auteur vous aideront beaucoup.

Les termes « intuition », « aperception empirique » ou « représentation » sont l’équivalent des perceptions sensibles immédiates données aux sens avant la conscience.

Dans quelle mesure faut-il distinguer l’aperception pure de l’aperception empirique ? Les perceptions se suffisent-elles à elles-mêmes ou supposent-elles autre chose pour les unifier ? D’où vient la conscience et pourquoi est-elle nécessaire ?

Il faut veiller à ne pas confondre « perceptions » et « aperception » : les perceptions sont multiples, sensibles et dispersées ; l’aperception est une, a priori, et unificatrice. L’aperception est la manière de saisir les perceptions d’un point de vue unifiant.

Dégager la problématique

phiT_2000_00_33C_01

Repérer les étapes de l’argumentation

Tableau de 3 lignes, 2 colonnes ;Corps du tableau de 3 lignes ;Ligne 1 : 1. Sans un « je pense », aucune pensée n’est possible (l. 1 à l. 6); Si l’on raisonnait par l’absurde, que se passerait-il si les représentations sensibles (couleurs, goûts, formes) étaient seules, livrées à elles-mêmes ?Repérez les implications et les conséquences absurdes de cette hypothèse.; Ligne 2 : 2. Le « je pense » est la condition de notre connaissance (l. 6 à l. 7); Repérez le connecteur logique qui annonce la thèse.En quoi cette thèse apparaît-elle comme le résultat d’une démonstration ?Quel rapport entre le divers sensible et le « je pense » est affirmé ?; Ligne 3 : 3. L’aperception pure conditionne l’aperception empirique (l. 8 à l. 12); Expliquez le vocabulaire technique utilisé : « aperception pure », « originaire »…Quel est le rôle du « je pense » et que signifie ici le verbe « accompagner » ?;