Annale corrigée Sujet de spécialité Ancien programme

L'abstention électorale

France métropolitaine • Juin 2018

sciences sociales et politiques • 20 points

L'abstention électorale

Comment expliquer l'abstention électorale ? (Sujet B)

document 1

L'abstention recoupe des motivations différentes. Elle ne peut en aucun cas être considérée comme une expression univoque ou homogène, socialement ou politiquement. Cependant, son développement depuis une vingtaine d'années est moins l'expression d'une indifférence ou d'un retrait du champ politique – lié à des critères d'insertion socio-économique et culturelle défavorables – que d'une forme de « politisation négative ». L'abstention est revendiquée comme une réponse politique à part entière : une volonté de sanction, voire de délégitimation de la représentation politique instituée par l'élection. Ne pas voter, ne pas participer à la désignation d'une classe politique que l'on désapprouve, s'impose comme un nouveau droit citoyen. Considérée ainsi, l'abstention traduit un élargissement des formes d'expression démocratique porté par un modèle de citoyen à la fois plus critique et plus exigeant quant à ses attentes.

Anne Muxel, « L'électeur incertain »,
Revue projet, 2012.

document 2 Profil des abstentionnistes au second tour de l'élection présidentielle de 2017 en France (en %)

Votants

Abstentionnistes

Sexe

Homme

73

27

Femme

76

24

Âge

18-24 ans

66

34

25-34 ans

68

32

35-49 ans

73

27

50-59 ans

76

24

60-69 ans

81

19

70 ans et plus

82

18

Profession de l'interviewé

Cadre

76

24

Profession intermédiaire

75

25

Employé

70

30

Ouvrier

68

32

Retraité

83

17

Statut

Salarié

73

27

À votre compte

69

31

Au chômage

65

35

Diplôme

Inférieur au bac

73

27

Baccalauréat

72

28

Bac + 2

77

23

Au moins bac + 3

78

22

Niveau de revenu du foyer

Moins de 1 250 euros

66

34

De 1 250 euros à 2 000 euros

75

25

De 2 000 euros à 3 000 euros

76

24

Plus de 3 000 euros

80

20

Source : Ipsos, 2012.

Les clés du sujet

Entrer dans le sujet, définir les mots-clés

L'abstention électorale désigne le fait de ne pas aller voter pour les citoyens inscrits sur les listes électorales.

Le sujet invite à exposer les différents déterminants de l'abstention électorale.

Comprendre le document

Dans le premier document, la sociologue Anne Muxel évoque les deux grandes explications de l'abstention. Après avoir rappelé l'existence d'abstentionnistes peu ou pas politisés, elle explique qu'il se développe une autre forme d'abstention perçue comme un acte politique protestataire dans un contexte de défiance croissante vis-à-vis des politiques.

Le second document est un tableau produit par Ipsos qui présente le profil sociologique des abstentionnistes au second tour de l'élection présidentielle en France en 2017. Plus les électeurs sont jeunes et plus ils sont abstentionnistes. La part d'abstentionnistes est plus élevée parmi les ouvriers, les employés, les chômeurs, les personnes peu diplômées et celles vivant dans un foyer avec des revenus faibles.

Structurer sa réponse

Il s'agit de présenter successivement les deux grands types d'abstention : l'abstention comme désintérêt de la politique, puis l'abstention comme choix politique.

Corrigé

Introduction

Depuis les années 1970, on assiste à une montée de l'abstention électorale, c'est-à-dire qu'un nombre croissant d'électeurs inscrits ne vont pas voter. Comment expliquer ce phénomène ? Nous présenterons les deux grands types d'explications.

1. L'abstention est le résultat du désintérêt pour la politique

info

Il faut bien distinguer l'abstention de la non-inscription électorale. Mais elles concernent toutes deux principalement les catégories sociales populaires peu diplômées.

Une première forme d'abstention concerne des électeurs qui décodent mal la politique et s'en désintéressent. Il s'agit de personnes peu intégrées, au faible capital économique et/ou culturel (document 1). Les catégories populaires votent moins. Par exemple, la part des ouvriers abstentionnistes est 8 points plus élevée que celle des cadres abstentionnistes, tandis que plus d'un chômeur sur 3 inscrit sur les listes électorales n'est pas allé voter au second tour des présidentielles de 2017. La proportion est environ la même pour les électeurs vivant dans un foyer avec moins de 1 250 euros (document 2). Ces abstentionnistes « hors du jeu politique », ainsi que les qualifie Anne Muxel, sont des électeurs qui ont tendance à rester en retrait de la vie politique. Leur abstention est le plus souvent permanente.

2. L'abstention peut être un choix politique

Une seconde catégorie d'abstentionnistes présente des caractéristiques très différentes. Loin de se détourner de la politique, ils sont au contraire « dans le jeu politique ». Ils ne votent pas par choix politique. Il s'agit d'électeurs le plus souvent instruits qui, ne se reconnaissant pas dans l'offre politique proposée, vont alors préférer s'abstenir pour marquer leur désaccord. On retrouve le comportement d'électeurs qui votent sur enjeu. Leur abstention est donc davantage conjoncturelle, dépendant du contexte d'un scrutin. Environ un tiers des inscrits de moins de 35 ans parmi les 25-34 ans se sont abstenus lors du dernier scrutin présidentiel : parmi eux on peut trouver des électeurs qui restent politisés (documents 1 et 2). Ils ont en effet pu s'exprimer à travers des comportements politiques protestataires comme la manifestation.

Conclusion

Si l'abstention électorale peut résulter d'un manque d'intégration, elle traduit également des choix politiques affirmés. Les abstentionnistes ont ainsi des profils très contrastés.

Accéder à tous les contenus
dès 6,79€/mois

  • Les dernières annales corrigées et expliquées
  • Des fiches de cours et cours vidéo/audio
  • Des conseils et méthodes pour réussir ses examens
  • Pas de publicités
S'abonner