L’appertisation

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : 1re ES - 1re L | Thème(s) : Nourrir l'humanité : synthèse
Type : Partie 1 | Année : 2017 | Académie : France métropolitaine


France métropolitaine • Septembre 2017

Nourrir l’humanité • 8 points

L’appertisation

Plus de 80 milliards de boîtes de conserve sont produites chaque année dans le monde. En France, nous consommons en moyenne cinquante kilogrammes d’aliments en conserve par an et par habitant.

Depuis son invention en 1795 par le français Nicolas Appert (1749-1841), le principe de la mise en conserve, ou appertisation, permet de conserver les produits alimentaires courants, sans ajout de conservateur, à température ambiante et pendant plusieurs années.

On cherche à comprendre le principe et l’évolution de la conservation par appertisation.

document 1 L’appertisation

a. La technique de Nicolas Appert, exposée dans sa publication

sci1_1709_07_00C_01

ph © BNF, Paris

« Avant d’entrer dans les détails d’exécution de mon procédé, je dois dire qu’il consiste principalement :

1. À renfermer dans des bouteilles ou bocaux les substances que l’on veut conserver.

2. À boucher ces différents vases avec la plus grande attention, car c’est principalement de l’opération du bouchage que dépend le succès.

3. À soumettre ces substances, ainsi renfermées, à l’action de l’eau bouillante d’un bain-marie1, pendant plus ou moins de temps2, selon leur nature, et de la manière que je l’indiquerai pour chaque espèce de comestible.

4. À retirer les bouteilles du bain-marie au temps prescrit. »

D’après Nicolas Appert, L’art de conserver pendant plusieurs années toutes les substances animales ou végétales, 1810

1. Technique de chauffage d’un récipient contenant une préparation, en le plongeant dans de l’eau chaude à pression ambiante.

2. Les durées étant de l’ordre de quelques heures.

b. Traitements thermiques pour l’appertisation, d’après le ministère de l’Économie et de l’Industrie en 2015

Un traitement thermique est défini par un couple « temps – température » qui correspond à une valeur stérilisatrice pour les produits appertisés. Elle est exprimée en minutes passées à 121,1 °C.

La valeur stérilisatrice minimale de 3 minutes est recommandée et reconnue pour garantir un assainissement du produit.

La technique a évolué, ces dernières décennies, vers des traitements thermiques « temps court – haute température » qui permettent une meilleure préservation des molécules thermosensibles.

Techniquement, seul un appareil où la pression peut augmenter de plusieurs bars (autoclave ou stérilisateur) peut être utilisé pour la stérilisation des produits.

D’après la Direction générale de l’alimentation, Instruction technique relative aux conditions hygiéniques et sanitaires de production de produits appertisés, octobre 2015

c. Variation de la température d’ébullition de l’eau en fonction de la pression

sci1_1709_07_00C_02

document 2 Effets des paramètres de l’environnement sur la vitamine C, les micro-organismes et les enzymes

a. Teneur en vitamine C dans le jus de noix de cajou, en fonction de la durée et du traitement thermique utilisé pour sa conservation

sci1_1709_07_00C_03

D’après L. F. Damasceno, « Evaluation and optimization of non enzymatic browning of cajuina during thermal treatment », Brazilian Journal of Chemical Engineering, São Paulo, 2008

b. Effet de la température sur les micro-organismes

sci1_1709_07_00C_04

D’après biografiq.biotechnose.fr

c. Effet de la température sur l’activité enzymatique

Les enzymes sont des molécules naturellement présentes dans toutes les cellules où elles accélèrent les réactions biochimiques. À la mort d’un organisme, l’activité de certaines enzymes persiste et a pour effet de dégrader des molécules et donc d’altérer la texture, la couleur ainsi que la saveur et l’odeur des aliments.

sci1_1709_07_00C_05

Montrez comment l’appertisation, telle qu’elle a été élaborée par Nicolas Appert, permet la conservation des aliments, puis citez les améliorations techniques apportées aujourd’hui dans ce domaine en précisant leurs intérêts.

Vous développerez votre argumentation en vous appuyant sur les documents et sur vos connaissances (qui intègrent, entre autres, les connaissances acquises dans les différents champs disciplinaires).

Les clés du sujet

Interpréter la question

L’appertisation est un procédé de conservation. Vous devez expliquer, en vous appuyant sur les données fournies par les documents, en quoi l’appertisation permet la conservation des aliments. Il vous faudra ensuite énumérer les améliorations apportées à ce procédé par les techniques récentes en indiquant leur intérêt.

Comprendre les documents

Le document 1a apporte des explications sur la technique inventée par Nicolas Appert. Soulignez les détails donnés sur le procédé.

Le document 1b indique l’évolution du procédé d’appertisation ainsi que les améliorations apportées à partir de 2015 à cette technique.

Le document 1c est un graphique montrant la façon dont la température d’ébullition de l’eau peut varier avec la pression à laquelle elle est soumise.

Le document 2a donne la concentration en mg/L de la vitamine C dans un jus en fonction de la température. Le graphique permet d’observer que le temps de chauffage influe beaucoup sur la décomposition de cette vitamine lorsqu’on change la température du chauffage.

Le document 2b est un schéma qui montre l’effet de la température sur les micro-organismes.

Le document 2c explique ce qu’est une enzyme et donne par un ­graphique l’effet de la température sur ce type de molécules.

Organiser la réponse

Commencez par expliquer le procédé mis au point par Nicolas Appert à l’aide du document 1a en vous appuyant sur les principes de base (température et temps de chauffage) de sa technique.

Utilisez ensuite le document 1b pour introduire les nouvelles techniques et les comparer avec celle mise au point par Appert en 1795.

Les différentes parties du document 2 vous aideront à développer les raisons pour lesquelles il faut chauffer les produits alimentaires, et ce pendant un temps bien précis que l’on ne peut pas diminuer inconsidérément.

Vous devez entrer dans les détails pour être précis, mais sans vous y perdre. N’oubliez pas de conclure.