L’eau : un appel à l’aide de Somalie

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : 1re ES - 1re L | Thème(s) : Nourrir l'humanité : synthèse
Type : Sujet complet | Année : 2012 | Académie : France métropolitaine
 
Unit 1 - | Corpus Sujets - 1 Sujet & Corrigé
 
L’eau : un appel à l’aide de Somalie
 
 

Nourrir l’humanité

Thèmes communs

sci1_1206_07_00C

 

France métropolitaine • Juin 2012

Nourrir l’humanité • 8 points

Du 19 juillet au 3 septembre 2001, les Nations unies ont déclaré plusieurs régions de la Somalie en état de famine. D’autres régions sont également menacées si une assistance d’urgence n’est pas mise en place, car la situation des populations en matière d’accès à l’eau et à la nourriture y est extrêmement préoccupante.

Des actions ont donc été mises en œuvre par des associations humanitaires en Somalie :

  • travaux et actions permettant aux populations d’avoir accès à de l’eau potable (construction et réhabilitation de puits, distribution de filtres en céramique, distribution d’eau par camion, création et maintenance d’un stock de plaquettes de chlore distribuées en cas d’urgence) ;
  • travaux assurant aux populations une meilleure situation sanitaire (construction de latrines* dans les camps de déplacés, organisation des séances de promotion à l’hygiène, distribution de kits de première nécessité non alimentaire).

*Latrines : WC.

Document 1

Les maladies liées à l’eau

Dans la nature, l’eau n’est pas toujours source de vie, loin s’en faut. Elle véhicule en particulier nombre de micro-organismes, bactéries et virus en tout genre, qui y vivent et s’y développent, ainsi que nombre de parasites qui ont besoin d’eau pour se reproduire. Or de tels organismes peuvent engendrer des maladies parfois graves lorsqu’ils pénètrent dans le corps humain. L’eau est ainsi le vecteur de transmission privilégié de ces maladies que l’on dit hydriques.

Les micro-organismes abondent dans les eaux souillées par les déjections animales et humaines, et leur transmission à l’homme se fait par simple ingestion d’eau infectée. Ils se propagent donc rapidement dans les pays qui ne disposent pas de bonnes conditions d’hygiène. Certaines bactéries déclenchent de fortes diarrhées. Aujourd’hui, ces épidémies sont surtout le drame des pays chauds qui ne disposent pas de latrines septiques, ni de traitements des eaux. Dans ces conditions en effet, les matières fécales des personnes malades contaminent rapidement les eaux de boisson consommées par les personnes saines […]. Ces maladies hydriques sont à l’origine de la mortalité très élevée des populations des pays en voie de développement. Dans le monde, environ 6 millions d’enfants meurent chaque année des suites de gastro-entérites et 100 millions de personnes souffrent en permanence de gastro-entérites hydriques. La raison principale de cette situation catastrophique est la pauvreté. Nombre de populations ne disposent pas d’eau potable, les aménagements indispensables aux traitements des eaux usées et à la fabrication d’eau potable étant trop coûteux, ni même des soins que ces infections nécessitent, les infrastructures médicales n’étant pas suffisantes.

D’après : www.cnrs.fr/cw/dossiers/doseau/
decouv/potable/maladEau.html

Document 2

Filtres céramiques

Les filtres céramiques pour le traitement des eaux sont en usage depuis plusieurs siècles. […] Ils ont souvent la forme d’un pot de fleur ou d’un bol et sont imprégnés de fines particules colloïdales* en argent servant de désinfectant et empêchant la prolifération des bactéries dans le filtre. […]

Les tests en laboratoire ont montré que ces dispositifs, s’ils sont bien conçus et bien fabriqués, peuvent éliminer ou désactiver presque toutes les bactéries et parasites protozoaires. Leur efficacité contre les virus est inconnue.

Le nettoyage et la maintenance du filtre sont critiques : […] il est recommandé d’y joindre un programme éducatif sur un stockage salubre, le nettoyage du filtre et d’autres actions recommandées.

Les avantages des filtres céramiques sont leur facilité d’emploi, leur longue durée de vie (s’ils ne se cassent pas) et leur coût relativement bas. Les inconvénients comprennent une possible recontamination de l’eau conservée sans chlore résiduel et un débit faible, en général un à deux litres par heure.

D’après : drinking-water.org/html/fr/Treatment/
Filtration-Systems-technologies.html

*Colloïdale : solution liquide contenant un corps dispersé sous forme de particules minuscules en suspension.

Document 3

Quelques paramètres de potabilité de l’eau

Pour être consommée, l’eau doit répondre à des critères de qualité très stricts :

 

Paramètres

Critères de qualité

Normes

Microbiologique

Parasites
Virus
Bactéries

Présence non tolérée

Chimique

Sels minéraux
Substances chimiques toxiques

Présence possible
Normes très sévères
(quantités très limitées)

Physique et gustatif

Aspect
Saveur – odeur

Limpide
Non désagréables

 

D’après : lesagencesdeleau.fr/francais/qualite/criteres.php

> Un médecin en mission en Somalie désire écrire une lettre à une association humanitaire afin de demander l’envoi de matériel destiné à améliorer la situation sanitaire et à rendre l’eau potable.

Rédigez vous-même ce courrier, en précisant le matériel demandé et en argumentant de façon à convaincre de la nécessité de cet envoi.

Vous développerez votre argumentation en vous appuyant sur les documents et votre culture (qui intègre, entre autres, les connaissances acquises dans les différents champs disciplinaires).

Interpréter la question

Il s’agit ici de démontrer la nécessité des différentes mesures présentées dans les documents afin d’éviter en Somalie la propagation par l’eau des agents responsables de maladies infectieuses graves comme les gastro-entérites, particulièrement dans les camps des réfugiés qui fuient les conflits des régions voisines. Votre réponse doit inclure des arguments issus des documents et de votre culture (générale et scientifique).

Comprendre les documents

En introduction quelques mesures sont présentées dont l’intérêt et les particularités vont être reprises plus loin.

Le document 1 permet de comprendre la manière dont certains microbes contaminent les individus via l’eau de boisson.

Le document 2 présente une technique de potabilisation de l’eau : les filtres en céramique, leurs intérêts, leurs limites et leurs conditions d’utilisation.

Le document 3 rappelle les normes mondiales de potabilité de l’eau.

Organiser la réponse

Les documents sont riches en informations, dont certaines se répètent. Sélectionnez-les en essayant d’être exhaustif (en les soulignant dans le texte par exemple) puis regroupez-les au brouillon en fonction du sujet auquel elles se rapportent, c’est-à-dire ce qui est lié à :

  • l’accès à l’eau propre ;
  • la contamination de l’eau et les mesures à mettre en place auprès des populations pour la limiter ;
  • la potabilisation de l’eau (désinfection).

Lorsque vous rédigez, introduisez votre sujet, puis présentez les grandes idées dans des parties distinctes en les reformulant sans paraphraser le texte. Il est parfois nécessaire de compléter certains points à l’aide de vos connaissances afin de bien établir les liens de cause à effet entre les notions présentées dans les documents.

Un exemple : les microbes qui vivent dans le tube digestif des animaux et des humains sont les plus dangereux car ils se retrouvent sur les mains et dans le sol (non dit explicitement dans le texte), ce qui est à relier avec la mise en place de latrines qui limitent leur dispersion (à déduire), mais aussi avec la nécessité de fournir du savon aux populations (ce qui n’est pas cité clairement même si les documents parlent d’éducation à l’hygiène).

Corrigé

Madame, Monsieur,

Médecin exerçant en Somalie, je sollicite votre aide afin de nous aider à améliorer la situation sanitaire difficile du pays. Il ne s’agit pas ici de la famine qui y sévit mais des problèmes liés au manque d’accès des populations à l’eau potable qui cause tout autant de ravages, particulièrement dans les camps de réfugiés où la promiscuité est grande.

1. Un bilan sanitaire catastrophique

Dans le monde, plus de 6 millions d’enfants meurent chaque année des suites de gastro-entérites, 100 millions de personnes en souffrent en permanence. Beaucoup de ces morts surviennent en Somalie. Ce pays chaud est propice au développement des bactéries et parasites et est bien trop pauvre pour mettre en place les structures qui permettraient d’éviter ces contaminations.

2. La transmission des micro-organismes pathogènes par l’eau

L’eau est le vecteur privilégié pour nombre de virus, bactéries et parasites unicellulaires qui contaminent les tubes digestifs des animaux et des humains et causent des maladies graves, parfois mortelles comme la gastro-entérite.

Les eaux stagnantes tièdes sont de véritables « bouillons de culture » qui contaminent à tour de bras.

Les personnes infectées que ce soit par les bactéries responsables du choléra, de la fièvre typhoïde ou par le virus de la gastro-entérite, par exemple, souffrent de diarrhées, voire de vomissements. Plus la promiscuité est grande, comme dans les camps, plus la contamination est facile. Ces déjections se retrouvent dans le sol et se propagent dans les eaux de surface, trop souvent prélevées pour la boisson lorsque les puits font défaut. Ainsi l’eau à laquelle accèdent les Somaliens n’est pas potable : contaminée par les matières fécales, elle contient des micro-organismes pathogènes qui y trouvent toutes les conditions nécessaires à leur multiplication. Elle ne respecte certainement pas les normes de potabilité pour ce qui concerne les concentrations en minéraux. Premier besoin et premier droit de tout être vivant, l’eau est dans ce pays trop souvent synonyme de danger, de maladie et de mort.

3. Les moyens d’éviter la contamination par l’eau

Sans parler de la construction de stations d’épuration et de potabilisation des eaux, qui nécessitent d’importants moyens financiers, il existe des moyens moins coûteux d’éviter la propagation des infections par l’eau, que vous avez le pouvoir de mettre en place.

Le premier d’entre eux est l’équipement des populations en filtres céramiques, l’un des plus anciens dispositifs connus de potabilisation des eaux. Ces filtres, malgré leur débit assez faible (1 à 2 L par heure) sont peu coûteux à long terme et sont faciles d’emploi. Ils sont efficaces car les bactéries et parasites unicellulaires présents dans l’eau sont trop gros pour passer à travers les particules colloïdales en argent qu’ils contiennent. De plus celles-ci ont un effet nocif sur ces micro-organismes et les tuent.

Néanmoins, distribuer ces filtres seuls risque d’être peu utile si l’on n’y adjoint pas un programme d’éducation à leur utilisation : où les placer afin de ne pas contaminer davantage l’eau qu’ils contiennent, comment les nettoyer afin de les maintenir en état de fonctionnement etc. Il faut également prévoir des postes de distribution de plaquettes de chlore afin d’éviter les recontaminations et compléter l’action aseptique des filtres. C’est d’autant plus important que leur efficacité contre les virus n’est pas réellement démontrée (n’oublions pas que la gastro-entérite est causée par un virus).

Par ailleurs, dans les situations d’urgence que sont les camps, outre la distribution de savon, d’eau de javel ou de plaquettes de chlore et l’enseignement des gestes de base de l’hygiène, nous avons absolument besoin d’une aide financière afin de creuser des puits pour permettre l’accès à l’eau souterraine, propre, partiellement filtrée par les roches, moins touchée par les pollutions. Il nous faut également construire des latrines pour canaliser l’eau polluée et éviter sa dispersion.

La situation est extrêmement grave ici. Il y a urgence à aider les populations. C’est pourquoi vous devez orienter votre action vers ce pays, trop souvent abandonné de tous.