Annale corrigée Etude d'un document

L'engagement des États en faveur de l'environnement

Étude de document

L'engagement des États en faveur de l'environnement

1 heure

6 points

Intérêt du sujet • Les pays sont fiers d'annoncer qu'ils se coordonnent et mettent en scène leurs rencontres et leurs engagements. Mais leurs promesses sont-elles tenues ?

 

DocumentEngagements des pays en vertu du protocole de Kyoto et leur position en 2007 par rapport aux objectifs1

Tableau de 13 lignes, 4 colonnes ;Tetière de 1 lignes ;Ligne 1 : Pays;Objectif de Kyoto [2008-2012]/année de référence (1990);Évolution des émissions depuis l'année de référence (1990) jusqu'en 20072;Écart entre les émissions 20072 et l'objectif de Kyoto;Corps du tableau de 12 lignes ;Ligne 1 : EU 15; – 8,0 %; – 4,3 %; 3,7; Ligne 2 : Russie; 0,0 %; – 33,9 %; – 33,9; Ligne 3 : Japon; – 6,0 %; 8,2 %; 14,2; Ligne 4 : Bulgarie; – 8,0 %; – 35,6 %; – 27,6; Ligne 5 : Slovaquie; – 8,0 %; – 35,9 %; – 27,9; Ligne 6 : Nouvelle-Zélande; 0,0 %; 22,1 %; 22,1; Ligne 7 : Norvège; 1,0 %; 10,8 %; 9,8; Ligne 8 : Lituanie; – 8,0 %; – 49,6 %; – 41,6; Ligne 9 : Estonie; – 1,8 %; – 47,5 %; – 39,5; Ligne 10 : Croatie; – 5,0 %; – 5,2 %; – 0,2; Ligne 11 : Islande; 10,0 %; 31,3 %; 21,8; Ligne 12 : États-Unis3; – 7,0 %; 16,8 %; 23,8;

Source : CCNUCC, mission Climat de la Caisse des Dépôts, juillet 2009.

1. Les objectifs de Kyoto sont des engagements pris par différents pays, signataires du protocole de Kyoto, en termes de réduction des émissions de gaz à effet de serre, de façon à limiter le réchauffement climatique.

2. Le calcul est réalisé sur la base des émissions 2006, les données 2007 n'étant pas disponibles.

3. Les États-Unis n'ont pas ratifié le protocole de Kyoto et ne sont dès lors pas légalement contraints à respecter leur objectif.

1. Comment ont été calculées les deux données en gras ?

2. Mettez en évidence le comportement de passager clandestin de certains pays vis-à-vis de la pollution.

 

Les clés du sujet

Définir les mots clés

Le passager clandestin est celui qui souhaite utiliser un bien (par exemple, le climat) sans en supporter les coûts.

La pollution est ici comprise comme le niveau d'émission de gaz à effet de serre (GES).

Comprendre le document

Ce tableau à double entrée est composé de deux taux de variation (celui de l'objectif d'émission de GES et celui des émissions réelles) et de l'écart entre les deux. Lorsque ce dernier est positif, le pays n'a pas tenu son engagement.

Structurer la réponse à la seconde question

Dans la présentation du document, il faut expliquer comment il est construit et comment se lisent les données. Il faudra ensuite diviser les pays en groupes, avec d'un côté ceux qui ont tenu leur engagement (écart négatif), et de l'autre ceux qui ne l'ont pas fait (écart positif).

Il restera à montrer que certains pays imposent aux autres la baisse des émissions de GES mais ne s'y tiennent pas eux-mêmes. Ce sont les pays riches, et en particulier les États-Unis qui n'ont finalement pas ratifié le protocole de Kyoto.

1. Pour obtenir la donnée « – 4,3 % » :

(émissions de GES en 2007émissions de GES en 1990)×100émissions de GES en 1990.

Pour obtenir la donnée « 3,7 points de pourcentage » :

taux de variation entre 1990 et 2007 des émissions (colonne 2)

– taux de variation entre 1990 et 2007 de l'objectif d'émission (colonne 1).

2. Les titres des parties ne doivent pas figurer sur votre copie.

Introduction

Nous sommes tous dépendants d'un même environnement, et face à sa dégradation les pays du monde cherchent à s'entendre pour le préserver. Cependant, certains incitent les autres à moins polluer tout en continuant à le faire eux-mêmes.

Développement

Le document compare des objectifs que se sont fixés les pays à la conférence de Kyoto de 1997 en termes de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) sur la période 2008-2012 par rapport aux niveaux de 1990, et la réalité de cet engagement.

Il apparaît que certains pays signataires du protocole de Kyoto (le Japon, la Norvège, etc.) n'ont pas tenu leurs engagements en termes de pollution, mesurée par le niveau d'émission de GES. Il en est de même pour les États-Unis, qui n'ont pas ratifié le protocole : l'écart entre l'évolution promise et l'évolution réelle de leurs émissions de GES est de 23,8 points de pourcentage. Ces pays se comportent ainsi en passagers clandestins en promettant des baisses d'émissions de GES qu'ils ne respectent pas.

à noter

Il faut toujours transformer le document, en calculant de nouvelles données ou en formant des groupes.

Conclusion

L'environnement est un bien commun qui incite les pays à adopter un comportement de passager clandestin. Les accords internationaux paraissent alors servir davantage de vitrine au développement durable. En réalité, peu de pays sont prêts à renoncer à leurs intérêts économiques.

Accéder à tous les contenus
dès 6,79€/mois

  • Les dernières annales corrigées et expliquées
  • Des fiches de cours et cours vidéo/audio
  • Des conseils et méthodes pour réussir ses examens
  • Pas de publicités
S'abonner