L’État et la croissance

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle ES | Thème(s) : Croissance, fluctuations et crises
Type : Raisonnement sur un dossier documentaire | Année : 2012 | Académie : Inédit
 
Unit 1 - | Corpus Sujets - 1 Sujet
 
L’État et la croissance
 
 

Croissance, fluctuations et crises

Corrigé

10

Ens. spécifique

sesT_1200_00_08C

 

Sujet inédit

raisonnement • 10 points

> À l’aide du dossier documentaire et de vos connaissances, vous montrerez comment les institutions publiques sont des acteurs de la croissance.

Document 1

Les dépenses intérieures de la recherche et développement publique (en millions d’euros courants)

 

1992

2007

2008

20091

État et collectivités territoriales

5 400

6 427

6 564

6 986

Enseignement supérieur2

3 945

7 663

8 228

8 845

 

Source : Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, septembre 2011.

1. Les données de 2009 sont semi-définitives.

2. Dans les statistiques sur la recherche et développement, on distingue l’État de l’enseignement supérieur, qui comprend les universités et les établissements publics d’enseignement supérieur, le CNRS, les centres hospitaliers universitaires et les centres de lutte contre le cancer. Mais, pour les deux, le financement est public.

Document 2

 

Source : D’après SES terminale, Hatier, 2007.

Document 3

Dans les pays développés, on a tendance à considérer les droits de propriété comme une évidence ; les habitants des pays les moins développés savent que l’absence de droits de propriété pose de sérieux problèmes. En outre, dans de nombreux pays, le système judiciaire est peu efficace : les contrats sont rarement respectés, la fraude demeure impunie. Dans les situations extrêmes, le gouvernement est non seulement incapable de faire respecter les droits de propriété, mais il ne les respecte pas lui-même. Pour pouvoir opérer dans certains pays, les entreprises doivent verser des dessous-de-table aux représentants des gouvernements. Cette corruption freine le bon fonctionnement des marchés, décourage l’épargne locale et l’investissement étranger.

Gregory Mankiw, Principes d’économie, Economica, 1998.

Entrer dans le sujet

  • Dans une économie de marché, selon le courant de pensée libéral, les institutions publiques, que l’on peut définir comme l’ensemble des institutions et des services permettant de gouverner et d’administrer un pays (administrations centrales, collectivités territoriales), ne doivent jouer aucun rôle dans l’activité économique.
  • Cependant, après la Seconde Guerre mondiale, sous l’impulsion de la diffusion des idées keynésiennes, elles jouent un rôle de plus en plus important et deviennent ainsi un acteur majeur de la croissance, c’est-à-dire de la variation des richesses créées au cours d’une année et mesurée par la variation du produit intérieur brut (PIB) réel.
  • Il faut donc envisager, à l’aide des documents, les différents moyens par lesquels les institutions publiques favorisent cette croissance.

Analyser les documents

  • Les documents, de natures différentes, mettent en relief le rôle des institutions publiques dans la croissance.
  • Le premier document porte sur les dépenses de recherche et développement financées soit par l’État (au sens de l’administration centrale) et les collectivités territoriales, soit par l’enseignement supérieur (composé des institutions de formation supérieure et de recherche). L'État, les collectivités territoriales et l'enseignement supérieur constituent les institutions publiques au sens large. Leur engagement financier favorise l’innovation, facteur de croissance.
  • Le tableau permet de constater qu’entre 1992 et 2009 le financement de l’État et des collectivités territoriales a été quasiment multiplié par 1,3 et que celui de l’enseignement supérieur a fait plus que doubler.
  • Ainsi, les institutions publiques contribuent à l’effort d’innovation de l’économie nationale.
  • Le deuxième document, sous la forme d’un schéma, met en évidence la relation entre les dépenses publiques, c’est-à-dire celles de l’État, et la croissance. Grâce à ces dépenses, les pouvoirs publics créent des externalités positives. En effet, les dépenses d’éducation améliorent la qualité du travail ainsi que sa productivité. Elles favorisent également le progrès technique, phénomène illustré par le document 1.
  • Le texte de l’économiste américain Gregory Mankiw insiste sur le rôle des institutions publiques comme garantes des droits de propriété, droits qui constituent une des institutions fondamentales pour le bon fonctionnement des échanges marchands.

Définir le plan

Les documents mettent en évidence deux aspects essentiels du rôle des institutions publiques dans la croissance : les externalités positives, et la mise en place d’un environnement favorable au bon fonctionnement de l’économie de marché. Ces deux aspects constituent les axes essentiels de la réponse. Vous devrez également alimenter chaque partie avec vos connaissances sur le rôle des innovations et des institutions pour la croissance économique.

Corrigé

Introduction

L’innovation est au cœur de la croissance économique. Selon J. Schum­peter, l’entrepreneur-innovateur est le principal agent qui favorise l’innovation. Cependant, les institutions publiques jouent un rôle important, à la fois en créant un environnement favorable à l’innovation et en l’encourageant.

1. Le rôle des institutions publiques dans l'innovation

  • L’innovation constitue, pour l’ensemble de l’économie nationale, une externalité positive, c’est-à-dire qu’elle profite à l’ensemble des agents économiques sans que ceux-ci aient à rétribuer l’agent innovateur.
  • Elle est le produit du processus de recherche et développement qui nécessite un financement important dont la rentabilité peut être faible, voire nulle. C'est pourquoi les pouvoirs publics financent une part non négligeable de ce processus. Entre 1992 et 2009, les dépenses de recherche et développement de l’État et des collectivités territoriales ont été multipliées par 1,3 environ (document 1).
  • Durant la même période, ce sont les dépenses consacrées à l’enseignement supérieur, - que l'on distingue dans les statistiques de la recherche et du développement - qui ont le plus fortement augmenté : elles ont plus que doublé (document 1). Ce financement public permet surtout de financer la recherche fondamentale, étape qui précède, dans le processus de recherche et développement, la recherche appliquée, puis la construction d’un prototype aboutissant enfin à l’innovation. Cependant, la recherche implique des chercheurs ayant un niveau de formation élevé et l’utilisation des innovations de procédés nécessite une main-d’œuvre plus qualifiée. En prenant en charge les dépenses de formation, l’État favorise l’amélioration du capital humain dont profiteront toutes les entreprises (externalité positive décrite dans le document 2).

2. Les institutions publiques, garantes d'un environnement stable pour le marché

  • La croissance économique exige un environnement économique et politique stable, ainsi que des institutions fortes. Les institutions publiques ont donc également un rôle à jouer en garantissant la stabilité de l’environnement des agents économiques.
  • Ainsi, l’existence de droits de propriété donne aux agents la garantie de pouvoir bénéficier de leurs innovations (document 3). Ces droits de propriété permettent de définir une législation sur les brevets, ceux-ci donnant à l’entreprise innovatrice une situation temporaire de monopole qui, selon Schumpeter, génère un surprofit, ou rente de monopole. Cependant, l’État doit également légiférer pour faire respecter les principes de la concurrence, car celle-ci est le principal aiguillon de l’innovation.

Conclusion

Les institutions publiques sont un acteur important de la croissance. Elles favorisent l’innovation en prenant en charge une partie des dépenses de recherche et du développement, ainsi que celles concernant l’éducation du capital humain. De plus, les institutions publiques assurent un environnement stable aux agents économiques grâce aux règles mises en place par les pouvoirs publics.