L’évolution politique de la Ve République

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle STMG | Thème(s) : L'évolution politique de la Ve République

Sujet de type Bac – Question obligatoire

Analyser un document.

PB_9782216129348_T_STMG_07_Hist_Geo_Tab_0

Portrait de de Gaulle intitulé « L’oui XIV » par le dessinateur Tim dans L’Express.

1. À quel personnage de Gaulle est-il comparé ?

2. Pourquoi avoir rappro­ché de Gaulle de cet autre personnage de l’histoire de France ?

3. À quoi les « oui » dessinés peuvent-ils faire allusion ?

4. À quel genre appartient ce document ? Pourquoi ?

Corrigé

1. De Gaulle est comparé à Louis XIV dont le règne marque l’apogée de la monarchie absolue de droit divin en France de 1661 à 1715. On reconnaît la fameuse perruque portée par le Roi Soleil (la binette) sur ses portraits officiels, tandis que la mention de « L’oui » renvoie tout simplement au prénom Louis qui sert de nom de règne au souverain.

2. Ce rapprochement avec Louis XIV est une référence à l’étendue des pouvoirs confiés à la présidence de la République par la constitution de 1958. Le dessinateur rappelle ainsi que le général de Gaulle se voit doter d’un nombre élevé de fonctions et de responsabilités qui l’érige en clef de voûte du pouvoir exécutif et des institutions de la ve République.

3. Les « oui » présents dans la perruque peuvent faire allusion au « oui » accordé par les Français à l’adoption de la nouvelle constitution gaulliste de 1958. D’une façon générale, les « oui » rappellent la possibilité pour le président de la République de consulter directement les citoyens par référendum, passant outre la représentation nationale (Assemblée nationale).

4. Ce document est une caricature parce qu’il force les traits du visage de de Gaulle quitte à le rendre drôle et ridicule. Ce choix humoristique de représenter ainsi de Gaulle contient enfin un message politique dénonciateur qui assimile la présidence républicaine à une nouvelle forme de monarchie et qui souligne, non sans peur, le risque d’une dérive vers un pouvoir personnel et autoritaire dénoncée par la gauche.