L’inégale participation dans la mondialisation

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle ES - Tle L | Thème(s) : Les territoires dans la mondialisation
Type : Etude critique de document(s) | Année : 2012 | Académie : Inédit
 
Unit 1 - | Corpus Sujets - 1 Sujet
 
L’inégale participation dans la mondialisation
 
 

Les territoires dans la mondialisation

Corrigé

36

Géographie

hgeT_1200_00_33C

 

Sujet inédit

étude critique de document

>À l’aide de vos connaissances et du document suivant, présentez les pôles et les territoires en marge de la mondialisation ainsi que l’inégale diffusion du processus.

Document

Matrice du commerce mondial
et part des différentes régions
dans le commerce mondial en 2002 (en %)

 

Amérique du Nord

Amérique latine

Europe occidentale

ECO, États baltes, CEI

Afrique

Moyen-Orient

Asie

Total

Amérique du Nord

40,33

16,10

17,94

0,75

1,24

2,10

21,51

100

Amérique latine

61,29

15,45

12,63

0,96

1,24

1,29

6,69

100

Europe occidentale

10,17

2,06

67,26

6,32

2,49

2,56

7,83

100

ECO, États baltes, CEI

4,52

1,89

56,19

25,45

1,20

2,37

7,75

100

Afrique

16,98

3,30

50,91

0,65

8,12

2,26

16,8

100

Moyen-Orient

15,45

1,39

16,36

0,83

3,85

7,06

47,38

100

Asie

24,32

2,43

16,02

1,30

1,60

2,99

48,90

100

 

Source : OMC, 2003.

  • Il s’agit ici d’étudier la participation des différentes régions du monde dans la mondialisation. Les indications fournies soulignent la finalité de cette étude : mettre en évidence les foyers principaux et les territoires secondaires (qui participent peu aux échanges). La lecture croisée des lignes et des colonnes fait ressortir 2 points principaux :
  • le poids des zones les plus riches ;
  • l’importance du commerce intrarégional, surtout pour les zones les plus riches.
  • Le tableau ne présente que des pourcentages. On peut discuter aussi le choix du regroupement des pays. L’Asie forme un ensemble très disparate.
  • Pensez à faire constamment référence au document : analysez et expliquez, dans la mesure du possible, les observations.
Corrigé

Analyser un document statistique

1 Le commentaire de données statistiques doit montrer des évolutions ou souligner des contrastes. Au brouillon, il faut :

  • analyser :

le titre (il indique le thème étudié et l’espace concerné par le document) ;

la ou les valeur(s) prise(s) en compte. Notez tout de suite ce qui est mesuré : de l’argent, des poids… et s’il s’agit de pourcentages ou de chiffres absolus ;

la date : le document permet-il de rendre compte d’une évolution ou s’agit-il d’une évaluation à un moment précis ?

  • identifier les tendances principales : évolution dominante et/ou déséquilibre majeur.
  • étudier les phénomènes de moindre ampleur ou exceptionnels.

2 Le commentaire organise ces différentes observations autour des thèmes principaux. Il peut souligner les manques du document grâce à des connaissances personnelles.

Ce corrigé est proposé sous forme de plan détaillé.

Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie.

Introduction

Le tableau présentant la part des différentes régions du monde dans le ­commerce mondial en 2002 permet, à partir de l’analyse de la répartition spatiale des échanges pour chaque grande région du monde, de souligner les inégalités de la mondialisation économique. Un petit nombre de régions commercent principalement entre-elles et, surtout, le commerce intrarégional est important.

I. Un commerce qui s’effectue principalement entre et avec des régions riches

  • L’analyse du tableau souligne l’importance de l’Amérique du Nord, de l’Europe occidentale et de l’Asie dans les échanges internationaux : ce sont les pôles de la mondialisation. Le tableau montre clairement que, quelle que soit la région considérée, les échanges les plus importants ont lieu avec ces régions les plus riches. Si l’on prend l’Amérique du Nord, les trois partenaires les plus importants sont l’Amérique du Nord (40,33 % des échanges en 2002), l’Asie (21,51 %) et l’Europe occidentale (17,94 %). Pour l’Afrique, les trois premiers partenaires commerciaux sont l’Europe occidentale (50,91 %), l’Amérique du Nord (16,98 %) et l’Asie (16,80 %).
  • À l’inverse, l’Amérique latine, l’Europe de l’Est, le Moyen-Orient et surtout l’Afrique participent beaucoup moins aux échanges internationaux. Pour l’Afrique et pour l’Amérique latine, on peut souligner l’importance des liens avec le pôle le plus proche, respectivement l’Europe occidentale et l’Amérique du Nord, qui constituent à la fois d’importants foyers de production et de consommation.
  • Le Moyen-Orient représente environ 2 % des échanges commerciaux de chaque région alors qu’il s’agit d’un petit nombre de pays ; cela s’explique par les échanges liés aux hydrocarbures. La grande faiblesse économique de l’Afrique doit également être signalée : elle occupe toujours la place la moins importante dans les échanges ; l’importance des échanges avec le Moyen-Orient témoigne de la dépendance énergétique alors que celle de l’Europe occidentale traduit aussi l’ancienneté des liens économiques.

II. Un commerce intrarégional qui reste important

  • Au sein des principaux pôles de la mondialisation, le commerce intra-régional est très élevé. Les échanges intra-Europe occidentale représentent 67,26 % du commerce européen ; en Amérique du Nord, cette part est de 40,33 % et en Asie de 48,90 %.
  • L’importance de ces échanges intrarégionaux est liée à la fois à la proximité géographique, aux accords de libre-échange (Union européenne, Accord de libre-échange nord-américain - ALENA), et au fait que, de manière structurelle, les échanges sont plus importants entre des économies ayant les mêmes caractéristiques qu’entre des économies très différentes. Cela témoigne cependant des limites de la mondialisation.
  • Cependant, le choix de recoupement des régions est discutable. Il aurait été souhaitable qu’au sein de l’Asie, une subdivision soit opérée afin d’identifier les écarts qui existent entre des « poids lourds », comme le Japon ou la Chine, et des pays qui émergent ou peinent à s’affirmer à l’image des Philippines ou du Timor-Leste. En outre, le tableau ne nous donne aucune information sur la nature des flux : l’Afrique n’échange presque que des matières premières, à faible valeur ajoutée…

Conclusion

L’étude de la répartition géographique des échanges commerciaux souligne le poids de l’Europe occidentale, de l’Amérique du Nord et de l’Asie dans la mondialisation mais n’offre qu’une vision partielle du commerce mondial. Les choix de représentation de la matrice mettent en valeur les pôles de la Triade et négligent les puissances émergentes comme les BRICS. En outre, cette étude date d’avant la récession : les flux mondiaux ont diminué avec la crise de 2008.