L’iPhone, un produit mondialisé

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle ES - Tle L | Thème(s) : La mondialisation en fonctionnement
Type : Composition | Année : 2015 | Académie : France métropolitaine
Corpus Corpus 1
L’iPhone, un produit mondialisé

France métropolitaine 2015

hgeT_1506_07_01C

Sujet complet

2

France métropolitaine • Juin 2015

composition

> En vous appuyant sur le cas du produit mondialisé étudié dans l’année, vous présenterez la mondialisation en fonctionnement.

Les clés du sujet

Analysez le sujet

Les termes du sujet


Terme


Définition


Produit mondialisé


Produit élaboré dont les étapes de fabrication, d’assemblage, d’acheminement, de distribution et de consommation reflètent l’intégration des acteurs économiques mondiaux et révèlent la complexité des liens économiques qui unissent différentes parties du monde. C’est un produit qui fait l’objet d’une distribution massive sur les marchés mondiaux.


Mondialisation


Mise en relation des différentes parties du monde par des flux. La mondialisation est inséparable du capitalisme qui l’a mise en place.

La problématique

En quoi l’exemple d’un produit mondialisé rend-il compte du fonctionnement de la mondialisation, de ses acteurs, de ses flux, de ses réseaux ?

Utilisez les mots clés


Évitez les pièges

  • Étudiez le produit mondialisé en faisant bien le lien avec les dynamiques de la mondialisation.
  • De même, étudiez le fonctionnement de la mondialisation en faisant bien référence au produit mondialisé.
Corrigé
Corrigé

Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie.

Introduction

[Accroche] Qui n’a pas regardé, l’œil halluciné, ces hordes de geeks se ruer dans les rayons d’un Apple Store pour arracher la dernière version de l’iPhone, le produit phare de la célèbre marque à la pomme, Apple ? Qui ne les a vus, sur une chaîne de télévision, brandir, essoufflés mais comblés, la précieuse boîte dont la possession signe leur entrée dans le club très fermé des gens in, ceux qui ont « le dernier iPhone » ?

[Problématique] Enfin, pas si fermé que cela, ce club. C’est d’ailleurs là tout le paradoxe : comment donner l’impression à un client d’entrer dans un cercle très privé alors qu’il a été vendu 75 millions d’iPhone 6 en trois mois ? C’est simple : il faut le vendre cher et partout dans le monde. Exemple emblématique de ces produits mondialisés qui accompagnent les pérégrinations urbaines d’une humanité connectée, l’iPhone peut rendre compte, à lui seul, de l’ensemble des logiques de la mondialisation.

[Annonce du plan] L’iPhone est en effet un produitmade in world dont la production suit les stratégies des firmes mondialisées. Mais c’est aussi un produit qui, loin d’être universel, laisse transparaître les logiques sélectives, uniformisatrices ou contestables d’une mondialisation « sauvage ».

I. L’iPhone, made in world

1. Une firme globale, Apple

Info

Le NASDAQ est la bourse des valeurs techno­logiques de New York.

  • Lancée en 1976 dans leur garage par Steve Jobs et Steve Wozniak, Apple est aujourd’hui une firme transnationale (FTN) d’une ampleur particulière. Cotée au NASDAQ, sa capitalisation boursière atteint 730 milliards de dollars : c’est la première au monde.

Conseil

Veillez à donner de temps à temps à votre étude de cas une portée générale.

  • Apple est implantée depuis l’origine à Cupertino, en Californie, au cœur de la Silicon Valley, le premier technopôle du monde. C’est là que sont conçus les iPhones, dont les derniers modèles, les 6 et 6 Plus, ont permis à la société de récolter 18 milliards de dollars au premier trimestre 2015. Appple se révèle ainsi être une firme extraordinairement profitable : deux caractéristiques qu’elle partage, quoiqu’à des degrés divers, avec les autres FTN de la planète.

2. La stratégie des avantages comparatifs

  • Si la conception des iPhones se fait en Californie, de même que l’élaboration de la stratégie de l’entreprise ainsi que la réalisation des activités à plus forte valeur ajoutée, comme le logiciel (software), le marketing ou la publicité, la production de l’objet matériel (hardware) est éclatée à travers le monde : l’iPhone est fabriqué à 90 % hors des États-Unis.
  • La firme fait jouer les avantages comparatifs de chaque zone de la planète : le processeur A8 est produit en Corée du Sud, les composants semi-conducteurs en Allemagne ou à Taïwan, les composants mémoire au Japon et en Corée du Sud, l’écran haute définition à Taïwan et en Corée du Sud, les métaux rares viennent essentiellement d’Afrique et d’Asie, l’acier de Russie.

3. La nouvelle division internationale des processus productifs

  • La division internationale du travail (DIT) permet donc de produire dans des lieux différents et éloignés les uns des autres les composants qui seront ensuite assemblés en Chine par le sous-traitant principal d’Apple, le Taïwanais Foxconn. Dans le Henan, au sud de Zhengzhou, se trouve « Apple City », l’immense zone industrielle dédiée aux activités d’assemblage des produits Apple. 300 000 ouvriers y travaillent.

Info

La DIPP est l’intervention simultanée de plusieurs pays dans un même processus productif, le faible coût du transport maritime par conteneurs permettant l’assemblage final dans un lieu d’où le produit sera réexporté, souvent la Chine. La DIPP est un terme plus technique et précis que la DIT.

  • La division internationale des processus productifs (DIPP) s’applique pour l’iPhone comme pour les autres produits de la mondialisation. Des firmes comme Apple profitent ainsi des faibles salaires – mais de moins en moins faibles à présent – chinois, du coût très réduit du transport maritime et de l’efficacité des chaînes logistiques actuelles. Au final, la part de la valeur ajoutée par le travail chinois est inférieure à 4 % de la valeur finale de l’iPhone, alors qu’Apple en empoche près de 60 %.

[Transition] La division internationale des processus productifs rend bien compte des logiques mondialisées qui président à la production de l’iPhone. Mais produit mondialisé ne veut pas dire produit universel, ni universellement accepté.

II. L’iPhone, produit mondialisé, produit global ?

1. La distribution sélective d’un produit mondialisé

  • La commercialisation de l’iPhone n’est en effet aucunement universelle. Elle reflète les inégalités, les hiérarchies introduites entre les territoires par les dynamiques de mondialisation. Les Apple Stores sont encore, pour l’essentiel, concentrés dans les pays du Nord, autrement dit à destination des populations à fort revenu : avec un iPhone 6 Plus dont le prix est supérieur à 1 000 dollars l’unité, on peut comprendre la logique de cette implantation.

Conseil

Vous pouvez largement développer cette idée de l’appareil technologique bling bling en décrivant les luxueuses déclinaisons de la récente Apple Watch. Cela montrera que vous savez relier l’actualité publicitaire à une réflexion géographique.

  • Toutefois, de plus en plus d’Apple Stores s’ouvrent dans les pays émergents, ceux dans lesquels une classe moyenne avide de consommer se développe et où les nouveaux riches veulent afficher les signes de leur réussite en arborant l’appareil à la pomme, parfois dans des versions spécifiques (doré, avec des brillants, etc.). C’est le cas en Chine, en Russie, dans les pays du Golfe, au Brésil ou encore en Afrique du Sud. La Chine, par exemple, est le premier marché mondial pour le téléphone mobile.
  • En revanche, Apple est peu ou pas distribué dans un certain nombre de pays, plutôt pauvres et isolés, qui forment les angles morts de la mondialisation : les pays les moins avancés (PMA) en sont le meilleur exemple.

2. Un produit agent de l’uniformisation ?

  • Plus que d’autres produits mondialisés, l’iPhone est connu pour gommer les spécificités locales, régionales ou nationales. En dehors de quelques concessions récentes au goût prononcé des Asiatiques pour la couleur or, le design Apple joue d’un marketing indifférencié, qui privilégie l’idée d’une communauté, d’un club select, voire cool. Il s’agit là d’un marqueur essentiel d’une culture mondialisée, uniformisée, déterritorialisée.
  • Il est vrai que le téléphone portable, surtout le smartphone, est devenu un objet dont il est à présent difficile de se séparer. Certains vont jusqu’à dire qu’il s’agit d’un objet identitaire, c’est-à-dire dans lequel on reconnaît une part de son identité.

3. Concentrer la valeur, diluer les responsabilités

Conseil

Donnez l’idée générale, puis un exemple tiré de l’étude de cas.

  • Or, la firme productrice de cet objet identitaire est loin d’être exempte de tout reproche. L’objectif d’Apple, comme des autres FTN, est de maximiser le profit, de concentrer la valeur, quitte à diluer les responsabilités, au premier rang desquelles la responsabilité sociale. Les grandes marques feignent d’ignorer les conditions de travail qui prévalent souvent chez leurs sous-traitants, et préservent leur image de marque à grand renfort de communication. Foxconn a ainsi souvent été accusé par différentes organisations non gouvernementales (ONG), notamment chinoises, de « faire travailler l’homme plus vite que la machine ».
  • Responsabilité environnementale ensuite : loin des logiques du développement durable, celles de profitabilité conduisent à créer chez les consommateurs le besoin d’un nouvel appareil, selon la théorie de l’obsolescence programmée. Or, le bilan écologique de la production de l’iPhone, comme celui de tous les autres produits mondialisés, est fortement négatif : changements fréquents d’appareils non recyclés, matières premières à l’extraction fortement polluante (terres rares), multiplication des transports dans le cadre de la DIPP, etc.

Conclusion

[Reprise] L’iPhone est donc le produit mondialisé par excellence, celui qui concentre toutes les logiques de la mondialisation contemporaines, celui dont les processus de production mettent en œuvre une division internationale du travail extrêmement efficace. Mais aussi celui qui révèle les critiques le plus souvent portées contre la mondialisation.

[Réponse] Un produit mondialisé n’est pas un produit mondial, simplement distribué partout dans le monde. C’est un produit qui reflète l’intégration des acteurs économiques mondiaux, l’interdépendance des marchés, mais aussi les inégalités de la mondialisation.

[Remise en perspective] Un tel produit accompagne les évolutions du monde, car les firmes s’y adaptent et les anticipent. Il est ainsi question que le lancement mondial du prochain appareil d’Apple se fasse depuis Shanghai…