Annale corrigée

L'outre-mer, facteur de puissance maritime ?

Mers et océans : au cœur de la mondialisation

L'outre-mer, facteur de puissance maritime ?

question problématisée

1 heure

10 points

Intérêt du sujet • Derrière l'image d'îles paradisiaques, les territoires ultramarins cachent des réalités complexes. Souvent considérés comme des périphéries, ne sont-ils pas plutôt de véritables atouts pour la France ?

 

Comment les territoires ultramarins participent-ils à la puissance maritime de la France ?

 

Les clés du sujet

Analyser le sujet

hgeT_2100_00_12C_01

Dégager les enjeux du sujet

Le sujet vous propose d'explorer les facteurs de puissance qui émanent des territoires ultramarins, mais vous devez aussi montrer les limites, les défaillances : ces territoires soulèvent de nombreux défis.

Organiser la réponse

Tableau de 3 lignes, 2 colonnes ;Corps du tableau de 3 lignes ;Ligne 1 : I. Une souveraineté sur les mers accrue; En quoi la ZEE est-elle source de puissance ?Où la souveraineté de la France est-elle contestée ?Comment ces territoires renforcent-ils le hard power français ?; Ligne 2 : II. Une intégration au trafic maritime mondial facilitée; Où se situent les grandes voies maritimes ?Pourquoi les territoires ultramarins ont-ils une position stratégique ?Quel rôle jouent les ports ultramarins ?; Ligne 3 : III. Les outremers, des défis pour la puissance maritime française; Quels défis sécuritaires soulèvent les territoires ultramarins ?En quoi la préservation de la biodiversité marine est-elle un enjeu pour la puissance maritime ?;

Les titres et les indications entre crochets ne doivent pas figurer sur la copie.

Introduction

[Accroche] La France est une « puissance moyenne d'influence mondiale » (H. Védrine). Les territoires ultramarins français symbolisent ce paradoxe car ils témoignent à la fois de la puissance maritime de la France et des nombreux défis auxquels elle doit faire face. [Problématique] Comment ces territoires participent-ils à la puissance maritime de la France ? [Annonce du plan] Les territoires ultramarins renforcent la souveraineté française sur les mers [I], ils facilitent l'intégration au trafic maritime mondial [II], mais ils soulèvent de nombreux défis qui minimisent cette puissance maritime [III].

Le conseil de méthode

Vous pouvez utiliser une citation en guise d'accroche, à condition d'en indiquer l'auteur. Cette citation doit vous permettre de contextualiser le sujet. Ici, l'expression « puissance moyenne » est utile pour montrer la contradiction soulevée par le sujet.

I. Une souveraineté sur les mers accrue

1. Le deuxième espace maritime mondial

Grâce à ses territoires ultramarins, la France possède la 2e zone économique exclusive (ZEE) du monde, derrière les États-Unis, avec 11 millions de km2. Elle regorge de richesses minérales, énergétiques et halieutiques.

Cependant, les contestations de souveraineté sont encore nombreuses dans les outre-mer : avec le Vanuatu au large de la Nouvelle-Calédonie (Matthew et Hunter) ou avec la République de Maurice pour Tromelin.

2. Une position géopolitique enviable

Grâce à ces douze territoires, la France a un pied dans chaque grande région du monde et offre une force de projection très importante. Les forces militaires et civiles peuvent inter­venir rapidement lors de crise, de conflit ou de catastrophe.

à noter

Les territoires ultramarins se répartissent en Amérique du Nord (Saint-Pierre-et‑­Miquelon), en Amérique du Sud (Guadeloupe, Guyane, Martinique Saint-Barthélemy, Saint-Martin), en Océanie (Nouvelle-Calédonie, Wallis-et-Futuna, Polynésie française) et dans l'océan Indien (La Réunion, Mayotte, Terres australes et antarctiques françaises).

Cette présence favorise la diplomatie. Ainsi, grâce à La Réunion, la France siège à la Commission de l'océan Indien, cadre officiel qui lui permet de dialoguer directement avec l'Iran et le Pakistan.

[Transition] Les territoires ultramarins permettent d'augmenter la zone d'influence maritime de la France et de lui donner accès à des ressources, mais aussi de la connecter au réseau mondial des voies maritimes.

II. Une intégration au trafic maritime mondial facilitée

1. Des territoires proches des routes maritimes

80 % du trafic mondial de marchandises circule sur les grandes routes maritimes mondiales. Ces dernières passent non loin des territoires d'outre-mer, ce qui permet à la France de participer activement à la maritimisation de l'économie mondiale.

Ainsi, l'île de La Réunion se situe sur la route maritime qui relie l'Europe et l'Asie, la Martinique et la Guadeloupe sont sur la route atlantique débouchant sur le canal de Panama et Saint-Pierre-et-Miquelon peut devenir un avant-poste sur la voie du Nord en devenir.

2. Les ports ultramarins, carrefours des routes maritimes

Quatre grands ports maritimes (Guyane, Martinique, Guadeloupe et La Réunion) servent de relais et de connexion entre la métropole et les autres continents.

Les ports ultramarins se constituent en hubs régionaux et plateformes de transbordement à l'exemple de Nouméa (2e place en Océanie). Ils deviennent de plus en plus compétitifs et attractifs.

mot clé

Une plateforme de transbordement est une partie du port vouée au déchargement et au rechargement des marchandises.

[Transition] La maîtrise des routes maritimes est favorisée par le dynamisme des ports ultramarins, mais de nombreux défis subsistent.

III. Les outremers, des défis pour la puissance maritime française

1. Le défi de la sécurité maritime

Les menaces maritimes sont nombreuses en outre-mer : pêche illégale en Guyane ; narcotrafic dans la Caraïbe ; piraterie dans l'océan Indien.

L'augmentation des capacités opérationnelles de la marine française, 1re européenne, et la présence de bases navales dans les outre-mer permettent d'assurer cette mission de protection et de sécurité dans toutes les eaux du globe.

2. La préservation de la biodiversité et des écosystèmes marins

L'outre-mer contient 80 % de la biodiversité de la France. Mais cette biodiversité est en danger : 75 % des coraux auront disparu d'ici 2050 et la ressource halieutique est surexploitée.

Les impacts du changement climatique actuels sur le milieu marin sont nombreux : érosion du trait de côte, élévation du niveau de la mer, risque de submersion des territoires insulaires.

La puissance maritime se mesure aussi à la capacité à préserver cet environnement marin avec, par exemple, la création d'aires marines protégées.

Conclusion

[Réponse à la problématique] Les territoires ultramarins par leur ZEE, leurs ressources, leurs ports et leurs forces militaires contribuent à l'affirmation de la puissance maritime française. Mais, face aux défis sécuritaires et environnementaux, la France reste une puissance moyenne. [Ouverture] En effet, elle ne peut pas encore rivaliser avec les États-Unis qui sont une véritable thalassocratie.

Accéder à tous les contenus
dès 6,79€/mois

  • Les dernières annales corrigées et expliquées
  • Des fiches de cours et cours vidéo/audio
  • Des conseils et méthodes pour réussir ses examens
  • Pas de publicités
S'abonner