La Bruyère, Les Caractères, livre XI, 121

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : 1re Générale - 1re ST2S - 1re STI2D - 1re STL - 1re STMG | Thème(s) : La Bruyère, Les Caractères – La comédie sociale - La Bruyère, Les Caractères – Peindre les Hommes, examiner la nature humaine
Type : Sujet d'oral | Année : 2021 | Académie : Inédit

La Bruyère, Les Caractères

oral

32

fra1_2100_00_04C

Sujet d’oral • Explication & entretien

La Bruyère, Les Caractères, livre XI, 121

20 minutes

20 points

1. Lisez le texte à voix haute.

Puis expliquez-le.

Document 

121 (IV)

Gnathon ne vit que pour soi, et tous les hommes ensemble sont à son égard comme s’ils n’étaient point. Non content de remplir à une table la première place, il occupe lui seul celle de deux autres ; il oublie que le repas est pour lui et pour toute la compagnie ; il se rend maître du plat, et fait son propre de chaque service1 : il ne s’attache à aucun des mets2, qu’il n’ait achevé d’essayer de tous ; il voudrait pouvoir les savourer tous tout à la fois. Il ne se sert à table que de ses mains ; il manie les viandes, les remanie, démembre, déchire, et en use de manière qu’il faut que les conviés, s’ils veulent manger, mangent ses restes. Il ne leur épargne aucune de ces malpropretés dégoûtantes, capables d’ôter l’appétit aux plus affamés ; le jus et les sauces lui dégouttent3 du menton et de la barbe ; s’il enlève un ragoût4 de dessus un plat, il le répand en chemin dans un autre plat et sur la nappe ; on le suit à la trace. Il mange haut et avec grand bruit ; il roule les yeux en mangeant ; la table est pour lui un râtelier ; il écure ses dents, et il continue à manger. Il se fait, quelque part où il se trouve, une manière d’établissement5, et ne souffre pas d’être plus pressé au sermon6 ou au théâtre que dans sa chambre. Il n’y a dans un carrosse que les places du fond qui lui conviennent ; dans toute autre, si on veut l’en croire, il pâlit et tombe en faiblesse. S’il fait un voyage avec plusieurs, il les prévient dans les hôtelleries7, et il sait toujours se conserver dans la meilleure chambre le meilleur lit. Il tourne tout à son usage ; ses valets, ceux d’autrui, courent dans le même temps pour son service. Tout ce qu’il trouve sous sa main lui est propre, hardes, équipages8. Il embarrasse tout le monde, ne se contraint pour personne, ne plaint personne, ne connaît de maux que les siens, que sa réplétion et sa bile9, ne pleure point la mort des autres, n’appréhende que la sienne, qu’il rachèterait volontiers de l’extinction du genre humain.

La Bruyère, Les Caractères, livre XI, 1696.

1. Fait son propre de chaque service : fait de chaque plat sa propriété personnelle.

2. Des mets : des plats.

3. Dégouttent : coulent.

4. S’il enlève un ragoût : s’il prend une viande en sauce.

5. Il se fait, quelque part où il se trouve, une manière d’établissement : il s’installe partout où il se trouve comme s’il était chez lui.

6. Au sermon : à l’église, à la messe.

7. Il les prévient dans les hôtelleries : il les devance dans les hôtels (pour avoir la meilleure chambre).

8. Hardes, équipages : bagages et carrosses.

9. Sa réplétion : ses indigestions ; sa bile : ses accès de tristesse.

2. question de grammaire.

Analysez l’expression de la négation dans le passage suivant : « Il embarrasse tout le monde, ne se contraint pour personne, ne plaint personne, ne connaît de maux que les siens […] » (l. 26-28).

 

Conseils

1. Le texte

Faire une lecture expressive

Faites bien entendre l’effet d’accumulation produit par les propositions juxtaposées, en particulier dans la première partie du texte.

Rendez perceptible l’ironie présente dans l’extrait, notamment lorsque vous lisez des passages où transparaissent des commentaires de l’auteur (par exemple : « si on veut l’en croire, l. 21 »).

Situer le texte, en dégager l’enjeu

Extrait du livre XI, intitulé « De l’Homme », ce portrait tend vers la caricature : étudiez les moyens employés par La Bruyère pour créer cet effet.

Le comportement de Gnathon illustre un travers humain : insistez sur la portée universelle du portrait.

2. La question de grammaire

Vous devez relever trois négations dans le passage concerné.

Comment sont-elles construites ? S’agit-il de la même forme de négation pour chaque occurrence ?

Pour lire la suite :