La Chine et le monde jusqu’aux années 1970

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle S | Thème(s) : L'épreuve orale
Type : Sujet d'oral | Année : 2014 | Académie : Inédit
 
Unit 1 - | Corpus Sujets - 1 Sujet
 
La Chine et le monde jusqu’aux années 1970
 
 

Oral • Histoire

hgeT_1400_00_43C

ORAL

45

CORRIGE

 

Sujet d’oral no 2

avec document

document

Rencontre entre Mao et Nixon en février 1972, lors du premier voyage officiel d’un président des États-Unis en République populaire de Chine


 

préparation

Entrer dans le sujet

  • Le sujet porte sur une partie de la question du programme intitulée La Chine et le monde depuis 1949. Veillez à bien respecter ses limites temporelles.
  • Il vous invite à présenter la place de la République populaire de Chine dans le monde, de sa naissance en 1949 à la veille des réformes économiques lancées par Deng Xiaoping à partir de 1978.
  • Le document proposé correspond à un tournant historique des relations de la Chine avec les États-Unis, marqué par un rapprochement entre les deux puissances.

Organiser l’exposé

  • La difficulté de ce sujet est qu’il porte sur une photographie, a priori plus pauvre en informations qu’un autre type de document (ex. : texte), et qu’il ne couvre qu’une partie de la question. Il vous faut d’abord utiliser la légende qui permet de dater le document et d’identifier les personnages ; vous devez ensuite mobiliser vos connaissances sur l’évolution de la puissance chinoise depuis 1949 pour replacer le document dans son contexte ; vous devez enfin faire preuve d’esprit critique, le rapprochement diplomatique entre deux puissances jusque-là antagonistes étant mis en scène.
  • Compte tenu de l’évolution de la place de la Chine dans les relations internationales, un plan chronologique s’impose.
  • Dans une première partie, vous présenterez l’affirmation d’une puissance sous tutelle soviétique (de 1949 à 1960) ; dans une seconde partie, les tentatives d’exister comme une puissance autonome (1960-1970) ; dans une dernière partie, la volonté d’une reconnaissance internationale (1970-1978) dont la visite du président américain en Chine en est le symbole.

présentation

Introduction

C’est un tournant historique qu’illustre cette photographie de 1972 : en effet, pour la première fois, un président des États-Unis (Richard Nixon) rencontre le dirigeant de la République populaire de Chine (Mao Zedong). L’analyse de ce document nous permettra de retracer l’évolution de la place de la Chine communiste dans le monde, de sa naissance en 1949 à son ouverture économique en 1978. Nous distinguerons ainsi trois phases : de 1949 à 1960, la construction d’une puissance communiste ; de 1960 à 1970, l’affirmation d’une puissance autonome ; de 1971 à 1978, la consécration d’une puissance mondiale.

I. 1949-1960 : la construction d’une puissance communiste

1. Une puissance sous tutelle soviétique

  • La République populaire de Chine fondée par Mao en octobre 1949 est aussitôt reconnue par l’URSS et ses alliés. Au contraire, les États-Unis et les pays occidentaux ne reconnaissent que le gouvernement nationaliste de Taïwan qui occupe le siège de membre permanent au Conseil de sécurité de l’ONU.
  • Dès 1950 est signé un traité d’amitié sino-soviétique qui place la Chine sous protection militaire de l’URSS et la contraint à s’aligner sur la diplomatie de Moscou.
  • La Chine adopte alors le modèle soviétique, tant du point de vue politique (parti unique, encadrement des masses, suppression des libertés) qu’économique (collectivisation, planification).

2. Une puissance anti-impérialiste

  • Dans le contexte de la guerre froide, la Chine se positionne comme un adversaire résolu de l’impérialisme occidental.
  • Durant la guerre d’Indochine (1946-1954), elle soutient le Viêt-minh contre l’armée française ; puis elle participe à la conférence de Genève. Ensuite, elle intervient massivement dans la guerre de Corée (1950-1953) en envoyant 800 000 « volontaires » combattre aux côtés de la Corée du Nord communiste contre la Corée du Sud pro-occidentale, soutenue par les États-Unis.

3. Vers la rupture sino-soviétique

  • La Chine cherche à mener une diplomatie autonome au sein des pays du Tiers-Monde (participation à la conférence de Bandung en 1955).
  • Dès 1956, Mao critique le révisionnisme de Khrouchtchev ; en 1958, l’échec du Grand Bond en avant remet en cause l’adoption du modèle économique soviétique.
  • En 1960, la rupture sino-soviétique est consommée.

II. 1961-1970 : une puissance autonome ?

1. Une puissance militaire et diplomatique

  • En 1964, la Chine devient une puissance nucléaire (bombe A) ; trois ans plus tard, elle se dote de la bombe H.
  • Dans les années 1960, la Chine cherche à s’imposer comme leader du Tiers-Monde en prenant la tête du combat contre l’impérialisme américain. De plus, face à la logique des blocs, elle défend le non-alignement.
  • Cependant, elle reste isolée tant dans le camp socialiste que dans le camp occidental où seule la France la reconnaît en 1964.

2. Une puissance fragile

  • Le maoïsme jouit d’une aura internationale, notamment durant les mouvements du printemps 1968 (ex. : mouvement estudiantin en France). En effet, il semble une alternative révolutionnaire au modèle soviétique atteint de sclérose.
  • Cependant, la Révolution culturelle lancée en 1966 par Mao amorce une période d’isolement international du pays, à l’exception au soutien apporté au Viêt-cong pendant la guerre du Vietnam. De plus, en raison des troubles intérieurs, celui-ci se trouve dans une situation économique catastrophique.

III. Vers la reconnaissance internationale (années 1970)

1. L’entrée à l’ONU

  • En 1971, la Chine fait son entrée à l’ONU en récupérant un siège de membre permanent au Conseil de sécurité aux dépens de Taïwan.
  • Ce retour entame une série de reconnaissances officielles de la part de nombreux pays occidentaux (ex. : le Japon dès 1972).

2. Le rapprochement avec les États-Unis

  • Jusqu’en 1971, les relations sino-américaines sont extrêmement tendues en raison du soutien chinois au Nord-Vietnam.
  • En 1971, des rencontres sportives entre pongistes américains et chinois amorcent un rapprochement diplomatique (« diplomatie du ping-pong »). Celui-ci est mis en œuvre lors d’un voyage secret du secrétaire d’État américain Henry Kissinger à Pékin.
  • En 1972, le rapprochement est confirmé par la visite officielle du président des États-Unis Richard Nixon dans la capitale chinoise. Cette photographie, sans doute réalisée par un grand reporter, nous en présente le temps fort : la poignée de main entre Richard Nixon et Mao. Il s’agit non seulement d’un rapprochement entre les États-Unis et la Chine, mais aussi entre l’Ouest (Nixon est à gauche) et l’Est (Mao est à droite), emblématique de la détente, amorcée dès 1963. Cependant, la mise en scène de ce rapprochement ne doit pas faire oublier que la Chine reste un adversaire idéologique des États-Unis qui ne la reconnaissent pas encore officiellement.

3. Vers une grande puissance

  • En 1974, à la tribune de l’ONU, Deng Xiaoping expose sa théorie des « trois mondes » : la Chine réaffirme sa volonté d’être le leader du Tiers-Monde.
  • En janvier 1979, deux ans après la mort de Mao, les États-Unis reconnaissent officiellement la République populaire de Chine : le pays est sorti de son isolement diplomatique.
  • À partir de 1978, le nouveau dirigeant chinois Deng Xiaoping décide d’entreprendre de grandes réformes économiques amorçant le passage d’une économie socialiste à une économie libérale : le pays s’ouvre désormais aux capitaux étrangers pour devenir une grande puissance économique.

Conclusion

Ainsi, les trente premières années de la Chine communiste sont marquées par la construction d’une puissance qui, d’abord liée à la logique des blocs, s’en démarque peu à peu. Cela lui permet ensuite, sous l’impulsion de Deng Xiaoping, de s’ouvrir économiquement au reste du monde.