La Chine et le monde sous Mao Zedong

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle ES - Tle L | Thème(s) : Les chemins de la puissance : les Etats-Unis et la Chine depuis 1918
Type : Analyse de document(s) | Année : 2018 | Académie : Amérique du Nord

Amérique du Nord • Mai 2018

étude critique de documents

La Chine et le monde sous Mao Zedong

 En vous appuyant sur les deux documents, montrez que la République populaire de Chine cherche à s’affirmer progressivement sur la scène internationale, de 1949 à la mort de Mao.

document 1 Affiche chinoise (1953)

hgeT_1805_02_00C_01

Traduction du texte en bas de l’affiche : « Avec l’immense soutien de l’URSS et notre très grande force, nous réaliserons l’industrialisation de notre nation, pas à pas ! »

Affiche du Parti communiste chinois, décembre 1953, Shanghai.

document 2 Deng Xiaoping et les trois mondes

Le monde d’aujourd’hui est en fait constitué de trois parties, ou trois mondes, qui sont à la fois reliés entre eux et en contradiction les uns avec les autres. Les États-Unis et l’URSS constituent le premier monde. Les pays en développement d’Asie, d’Afrique, d’Amérique latine et d’autres régions constituent le troisième monde. Les pays développés entre les deux représentent le deuxième monde. Les deux superpuissances, les États-Unis et l’URSS, cherchent en vain l’hégémonie mondiale.Chacun, à sa manière, tente d’amener les pays en développement d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine sous son contrôle et, dans le même temps, tente d’intimider les pays développés qui n’ont pas une puissance égale à la leur […].La Chine est un pays socialiste et en même temps un pays en voie de développement. La Chine appartient au troisième monde. Constamment, en suivant les enseignements du président Mao, le gouvernement et le peuple chinois soutiennent fermement tous les peuples et les nations opprimés dans leur lutte pour gagner ou défendre l’indépendance nationale, ou développer l’économie nationale et combattre le colonialisme, l’impérialisme et l’hégémonisme. […] La Chine n’est pas une superpuissance et jamais elle ne cherchera à en être une.

Extrait du discours prononcé par Deng Xiaoping1, devant l’Assemblée générale de l’ONU, 10 avril 1974.

1. En 1974 Deng Xiaoping (1904-1997) est membre du comité central du Parti communiste chinois et chef de la délégation chinoise à l’ONU. Il devient, après la mort de Mao en 1976, le principal dirigeant de la République populaire de Chine.

Les clés du sujet

Lisez la consigne

Prêtez d’abord attention au sujet. Celui-ci porte sur les relations (le « et » de l’énoncé) entretenues par Pékin avec « le monde ». La période d’étude commence en 1949, date de la proclamation de la République populaire de Chine (RPC) ; elle va jusqu’à la mort de Mao Zedong en 1976. Elle couvre donc toute la période d’application orthodoxe de l’idéologie communiste en Chine.

Le sujet exclut l’histoire plus récente et la mise en place de « l’économie socialiste de marché ». Par l’emploi du mot « progressivement », la consigne invite aussi à présenter les changements survenus entre les deux dates de référence. Le mot « affirmer » suggère une conclusion mettant en valeur le renforcement de la place de la Chine dans le monde.

Analysez les documents

Le document 1 est une affiche de propagande. Elle date de 1953, l’année de la disparition de Joseph Staline, mais surtout le moment où la Chine s’efforce de copier le modèle soviétique. Elle témoigne des relations d’amitié entre la Chine et l’Union des républiques socialistes soviétiques (URSS).

Le document 2 est un discours officiel de Deng Xiaoping, représentant de l’État chinois devant l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU), que la Chine populaire vient d’intégrer trois ans plus tôt, en 1971. Il s’adresse donc au monde et a vocation à définir la politique extérieure du pays. L’auteur expose cette dernière au moment où commence une phase de crise économique mondiale consécutive au choc pétrolier de 1973. C’est aussi la fin de la détente, période pendant laquelle les relations internationales se sont recomposées.

Définissez les axes de l’analyse

Le sujet, la nature des documents et le mot « progressivement » placé au cœur de la consigne invitent à choisir un plan chronologique en deux séquences : 1949-1959, la Chine bon élève de l’URSS ; 1959-1974, la Chine suit sa propre voie. Chacune des périodes doit présenter les relations entre la Chine et le reste du monde mais aussi expliquer celles-ci.

Attention : le Deng Xiaoping qui parle en 1974 n’est pas celui qui décide de changer de stratégie politique après la mort de Mao. Il ne faut pas lui prêter les idées qu’il mettra en œuvre dans les années 1980, mais qu’il ne défend pas encore en 1974.