Annale corrigée Etude d'un document

La mobilité sociale des femmes

Étude de document

La mobilité sociale des femmes

1 heure

6 points

Intérêt du sujet • Les études de mobilité sociale se sont souvent intéressées aux hommes. Mais qu'en est-il du recrutement social des femmes salariées ? Est-il également marqué par le poids de l'autorecrutement ?

 

DocumentÉvolution des origines sociales des femmes salariées entre 1977 et 2015 (femmes comparées à leur mère, en %)

sesT_2000_00_18C_01

Source : La Mobilité sociale des hommes et des femmes : évolutions entre 1977 et 2015, coll. « Insee Références », Insee, édition 2019.

1. Comment évolue la part des employées et ouvrières non qualifiées dont les mères occupaient la même position sociale, entre 1977 et 2015 ?

2. Dégagez les principales tendances de l'évolution des origines sociales des femmes salariées entre 1977 et 2015.

 

Les clés du sujet

Définir les mots clés

L'origine sociale est mesurée ici par la catégorie socioprofessionnelle (CSP) de la mère.

La population considérée est constituée des femmes occupant un emploi salarié. En sont donc exclues les femmes occupant un emploi indépendant.

Comprendre le document

Le graphique est un histogramme empilé dont les données sont des pourcentages de répartition. Il est construit à partir des tables de recrutement. Ainsi, sur 100 femmes cadres en 1977, 15 ont une mère employée ou ouvrière non qualifiée.

Structurer la réponse à la seconde question

On observera, tout d'abord, l'évolution de l'autorecrutement des femmes salariées.

Ensuite, on regardera les origines sociales en déclin, puis celles qui sont en progrès.

On montrera, enfin, quels en sont les effets sur le recrutement dans les différentes CSP.

1. Sur 100 femmes employées et ouvrières non qualifiées, 45 (100 – 55) ont une mère occupant la même CSP (autorecrutement) en 1977, 50 en 2015, soit une part en hausse de 5 points de pourcentage.

2. Les titres des parties ne doivent pas figurer sur votre copie.

Introduction

Les origines sociales des salariées se sont fortement transformées entre 1977 et en 2015. Quelles sont les principales tendances de cette évolution ?

Développement

L'autorecrutement, qui représente une proportion plus forte chez les employées et ouvrières que chez les cadres et professions intermédiaires, augmente quelle que soit la catégorie socioprofessionnelle (CSP). Cette proportion croît de 12 points entre 1977 et 2015 chez les employées et ouvrières qualifiées et de 5 points chez les cadres.

mot clé

L'autorecrutement, qui désigne les individus qui occupent la même CSP que celle de leur père ou mère, se repère dans la diagonale d'une table de recrutement.

Les salariées qui ont des mères agricultrices connaissent la plus forte baisse en proportion, quelle que soit leur CSP, suivies de celles dont les mères sont artisanes, commerçantes et chefs d'entreprise. Pour les employées et ouvrières non qualifiées dont la mère est agricultrice, on constate une diminution de 21 points. Parallèlement, les salariées dont les mères sont employées et ouvrières voient leur part augmenter, quelle que soit la CSP.

Le profil des origines de certaines CSP a en conséquence changé entre 1977 et 2015. Ainsi, les employées et ouvrières non qualifiées ont un recrutement qui s'homogénéise, puisque les trois quarts d'entre elles ont une mère employée ou ouvrière en 2015, contre un peu plus de la moitié en 1977. Un peu moins de la moitié des femmes cadres ont une mère employée ou ouvrière en 2015, contre environ 30 % en 1977.

Conclusion

L'évolution du recrutement des salariées depuis 1977 est marquée par la hausse de l'autorecrutement, d'une part, et par l'augmentation des origines employées et ouvrières, d'autre part.

Accéder à tous les contenus
dès 6,79€/mois

  • Les dernières annales corrigées et expliquées
  • Des fiches de cours et cours vidéo/audio
  • Des conseils et méthodes pour réussir ses examens
  • Pas de publicités
S'abonner