La mobilité sociale structurelle

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle ES | Thème(s) : Classes, stratification et mobilité sociales
Type : Mobilisation des connaissances | Année : 2014 | Académie : France métropolitaine
Corpus Corpus 1
La mobilité sociale structurelle

Classes, stratification et mobilité sociales

sesT_1409_07_01C

Ens. spécifique

23

France métropolitaine • Septembre 2014

mobilisation des connaissances • 3 points

> Montrez qu’une partie de la mobilité sociale peut s’expliquer par l’évolution de la structure socioprofessionnelle.

Les clés du sujet

Définir les mots clés

  • La mobilité sociale désigne les changements de position sociale d’un individu au cours de sa vie (mobilité intragénérationnelle) ou par rapport à la position sociale de ses parents (mobilité intergénérationnelle).
  • La structure socioprofessionnelle se définit comme la répartition de la population active en groupes socioprofessionnels et se réfère à la nomenclature des professions et catégories socioprofessionnelles.

Structurer sa réponse

On montrera quels effets ont les évolutions de la structure socioprofessionnelle sur la mobilité sociale et sur la nature des déplacements au sein de la structure sociale.

Corrigé
Corrigé

Introduction

Les changements de position sociale d’un individu au cours de sa vie – mobilité intra-générationnelle – ou par rapport à la position sociale de ses parents – mobilité intergénérationnelle – sont pour partie le résultat des transformations de la structure socioprofessionnelle, celle-ci désignant la répartition de la population active en groupes socioprofessionnels.

Développement

  • D’une façon générale, la mobilité sociale est en partie déterminée par les mouvements de destruction et de création d’emplois qui imposent des changements de position socioprofessionnelle, des emplois qui disparaissent vers les emplois qui se créent.
  • La comparaison de la colonne « ensemble » de la table des destinées qui indique la répartition socioprofessionnelle des actifs, avec la colonne « ensemble » de la table des recrutements qui indique la répartition socioprofessionnelle de leurs pères, permet d’observer les catégories en expansion et les catégories en baisse, entre la génération des pères et celle des fils.
  • Par exemple, depuis les années 1960-1970, l’augmentation de la part des professions intermédiaires et de la part des cadres et professions intellectuelles supérieures, au détriment de la part des agriculteurs, des ouvriers et, dans une moindre mesure, des artisans-commerçants et chefs d’entreprise, a favorisé une augmentation de la mobilité sociale ascendante.

Conclusion

Ainsi, la mobilité sociale ne peut pas s’expliquer entièrement par les stratégies individuelles, le rôle de l’école ou de la famille. Elle dépend aussi pour une large part de l’évolution de la structure socioprofessionnelle qui détermine les positions sociales à occuper.